• Le Roi Arthur

     

    Le Roi Arthur

    Le roi Arthur, ou Arthur Pendragon, est un personnage important de la mythologie bretonne. Il est le personnage central de la matière de Bretagne. Il n’est pas sûr qu’il ait réellement existé, ce qui est toutefois sûr c’est que l’on retrouve plusieurs rois prénommés Arzur, Arthus, Artus, Arthur dont le synchrétisme a probablement conduit au mythe du roi Arthur Pendragon. De plus, les textes médiévaux en gallois ne lui donnent jamais le titre de roi, mais l’appellent amerauder (« empereur »).
    Le nom lui-même viendrait de la racine celtique Arz signifiant « ours », symbole de force, de stabilité et de protection, caractères bien présents dans sa légende : c’était un homme réputé fort, posé, et en tant que roi, garant de la sécurité de ses sujets. Dans la civilisation celtique, l’ours est avant tout l’animal emblématique de la royauté. On rapproche son nom avec celui de la déesse ourse Artio.
    Le terme « Pendragon » lui vient de son père Uther Pendragon et signifie « tête de dragon ».

    Arthur est le fils du roi Uther Pendragon et de la duchesse Ygraine de Cornouailles.
    Sa mère avait été mariée une première fois à Gorlois, duc de Cornouailles et vassal d'Uther. Mais un soir, grâce à un sortilège de Merlin, Uther prend l'apparence du duc et partage la couche d'Ygraine. Pendant cette même nuit le duc meurt dans une escarmouche hors de son château. Uther épouse alors Ygraine.
    Il y a ensuite deux version:
    - soit Arthur est confié dès sa naissance à Merlin, qui va l'élever comme un chevalier mais dans l'ignorance de ses origines
    - soit à Ectorius et Flavilla, vassaux loyaux et justes, qui l'élèvent alors avec leur fils Keu (Key).

    A la mort d'Uther, la succession se révèle un problème épineux et douloureux car il n'a pas de fils légitime.
    Mais à la sortie de la messe, après l'enterrement, on découvre sur le parvis de la cathédrale une épée enfoncée dans une enclume et un roc (ou alors ce rocher apparait de façon mystérieuse sur une place). On peut y lire une inscription selon laquelle seul le roi légitime pourra arracher l'épée de la pierre. De nombreux chevaliers tentent l'épreuve, mais l'épée reste à sa place. Ce n'est que plusieurs années après qu'un adolescent parvient à l'extraire : c'est Arthur.

    A cet endroit se dessinent encore deux versions :
    - Selon la première, les barons refusent de reconnaître l'autorité de cet adolescent. Finalement, Merlin intervient pour révéler qu'Arthur est le fils d'Uter et d'Ygerne, donc l'héritier légitime du trône.
    - Selon la seconde, Arthur arrive volontairement pour obtenir ce qui lui revient de droit. Et c'est lui-même qui révèle, devant un parterre de chevaliers ébahis, ses origines, confirmées par Ygerne et Merlin, présents à cette scène.

    D'autres divergences ont lieu quand à l'acceptation du nouveau roi, parfois la bataille est rude et Arthur doit y prouver sa valeur, d'autres fois, il est accueilli dans la joie, comme un libérateur. Il se fait couronner roi et revient avec son armée dans son château de Camelot.

    La pacification du royaume :
    Alors que de nombreux barons guerroient contre Arthur, refusant de lui prêter serment, les envahisseurs Saxons profitent de la situation pour pénétrer dans le royaume. Les barons révoltés se rendent alors compte du danger qu'ils font courir au royaume et se réconcilient avec Arthur. Le jeune roi s'avère être un général avisé et un chevalier hors pair. En outre la jeune génération, les fils des barons, avaient déjà rejoint le parti du jeune roi. Les barons font leur soumission à Arthur et écrasent avec son aide les saxons.

    C'est pendant cette période mouvementée qu'Arthur rencontre Guenièvre. Il se porte au secours du roi de Carmelide que menaçaient des géants et des Saxons (là encore, il y a de nombreuses variations). Guenièvre est la fille de ce roi vassal. Arthur l'épouse et cela entérine la fin de l'épopée guerrière et sanctionne l'ouverture d'une époque de paix et de prospérité. C'est le signe final de sa légitimité en tant que souverain.
    D'autres textes racontent que le roi Arthur, au début de son règne, avait aidé le roi d'Écosse Leodagran contre les Irlandais, et que celui-ci, pour le remercier, lui a offert sa fille Guenièvre en mariage.
    Mais Arthur ayant envoyé Lancelot, son meilleur chevalier et meilleur ami, pour chercher sa promise, les deux jeunes gens tombent follement amoureux l’un de l’autre.

    La Table Ronde :
    Viennent ensuite douze années de paix où se placent les aventures des Chevaliers de la Table Ronde. Arthur cesse d'être le héros central des récits, il est entouré d'un certain nombre de personnages :
    Keu le sénéchal, Gauvain, Agravain, Gaheriet, Guerrehet, Sagramor, Lancelot du Lac, Perceval le Gallois, Bohort, Lionnel, Galaad, Mordred...
    (les noms des personnages diffèrent aussi d’un récit à l’autre).

    Mordred est le fils d'Arthur, qu'il a eu avec Morgane, sa demi-soeur (au cours d’un rituel des Prêtresses d’Avalon alors qu’ils ignoraient tous deux le nom de leur partenaire).
    Pour appuyer sa souveraineté, Arthur possède Excalibur, l'épée magique d'Avalon qui lui a été remise officiellement par la Dame du Lac, la Reine des Fées, après qu‘il l‘ait retirée du rocher. Elle lui confère aussi un pouvoir non négligeable : tant qu'il combat avec elle, il est invincible.
    Ces chevaliers sont unis par des sentiments de fraternité indissolubles. La rupture de cette solidarité mènera à la bataille finale.

    La quête du Graal :
    Le Graal, selon la légende, est le calice dans lequel le Christ aurait bu lors du dernier repas avec les apôtres. Ce calice aurait contenu son sang après la crucifixion.
    Le Saint Graal apparaît une fois aux chevaliers de la Table Ronde, recouvert d'un tissu blanc au milieu d'une lumière éblouissante. Lorsque les chevaliers voient cette lumière, ils restent tous sans voix.
    Suite à cette apparition, Merlin intervient et explique à toute l'assemblée que cette coupe est un élément essentiel à l'harmonie entre les hommes, qu'il faut que l'un des chevaliers de la Table Ronde le trouve et regarde ce qu'il contient pour que le monde continue à fonctionner.
    La quête du Saint Graal est la plus difficile et la plus grande des quêtes de l'époque du Roi Arthur, plusieurs chevalier en sont revenus les mains vides. Le roi Arthur se disait que la loyauté et la noblesse de ses chevaliers ne serait plus jamais la même sans l'illustre relique du Saint Graal et il ne se trompait pas : plusieurs d'entre eux sont morts avant que Galaad, fils de Lancelot, réussisse à regarder dans le calice et ramener la paix à Camelot.

    La mort du roi :
    Le roi Arthur se rend avec son armée sur le continent. Là encore il l y a 2 versions à cet événement :
    La plus ancienne indique qu'il marche sur Rome qui avait osé réclamé le tribut de la Grande-Bretagne à l'Empire.
    Pendant son absence Mordred s'empare du royaume avec l'aide des Saxons. Il se fait couronner roi. Arthur et son armée reviennent. C'est alors le combat final entre les armées d'Arthur et de Mordred sur la plaine de Salisbury.

    La seconde version est plus romanesque : Lancelot est surpris avec Guenièvre. Arthur, bafoué et trahi par les deux êtres qu'il aime le plus au monde, ordonne que l'on tue Lancelot et que Guenièvre soit brûlée vive. Il poursuit alors son rival, venu sauver la reine le jour de l'exécution, jusqu'en Bretagne, fief de Lancelot, où une gigantesque bataille se développe, opposant les Chevaliers de la Table Ronde entre eux.
    Quoi qu'il en soit, tous les personnages de la légende trouvent la mort au cours du combat. C'est Cador, duc de Cornouailles, qui devient roi de Grande-Bretagne. Guenièvre quant à elle prend le voile à Amesbury.
     Morgane emportera le corps du roi Arthur à Avalon.

    Le Roi Arthur a-t-il existé ?

    En 1191, des moines de l’abbaye de Glastonbury annoncèrent avoir découvert la tombe d’Arthur et de Guenièvre. Le lieu s’accorde avec la légende qui fait de Glastonbury l’île d’Avalon.
    Ces tombes furent visitées par beaucoup de personnes, et déplacées vers une nouvelle sépulture en 1278. Celle-ci fut détruite pendant la Réforme protestante du XVIe siècle.
    La tombe était protégée par deux pyramides de pierre.
     L’antiquaire John Leland rapporte qu’il en a trouvé la croix parmi les débris, et traduit son inscription :
    « Hic jacet sepultus inclutvs rex arturius in insula avalonia, Ici git le célèbre roi Arthur en son île d’Avalon. »


    Sources: Wikipédia et http://users.belgacom.net/renedec/pagehis6.html
    http://www.histoiredumonde.net/Roi-Arthur.html

     

     

    « QuetzalcoatlL'Anneau »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Octobre 2013 à 07:42

    bonjour

    pourquoi aurait on inventer cette histoire,non,j'y crois ,tout ces mythes et légendes sortent bien d'une réalité qui fût

    belle journée

    2
    Dimanche 27 Octobre 2013 à 07:52

    Bonjour Maylie, je suis bien de ton avis, à la base de toute légende il y a une réalité, qui a sans doute été déformée et enjolivée au fil du temps, mais une réalité quand même.
    Merci de ton passage et bon dimanche.

    3
    Samedi 14 Juin 2014 à 23:18

    Bonsoir Triskèle, 

    Je suis entièrement en phase avec toi, sur la base de toutes légendes, il y a une vérité cachée, quelle part pour Arthur, les preuves manquent mais nul doute que ce grand roi a bel et bien existé, tout comme Merlin et toutes ces personnages gravitant autour de ces êtres d'exception!Ensuite comme tu dis, les histoires ont probablement été enjolivées, mais il reste toujours une trame centrale qui est reprise dans divers récits...

    Merci ma chère Triskèle, je voulais te donner l'adresse d'un site que tu vas certainement aimer, il est possible que tu connaisses déjà...hihi.Je le trouve aussi très intéressant et dans la même veine que le tien! 

    http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=103&Itemid=39

    Je te souhaite un excellent week-end ma douce amie, de gros bisous tendresse

    4
    Dimanche 15 Juin 2014 à 08:27

    Bonjour ma petite Neige, en effet ces histoires se sont transmises de générations en générations et ont été enjolivées au fil du temps, pour notre plus grand plaisir.
    Merci pour le lien très intéressant que je ne connaissais pas, je vais aller fouiner un peu.
    Passe un très beau dimanche ma puce, ici il pleut, ça nous rafraichit un peu, je t'embrasse.

    5
    Mercredi 23 Novembre 2016 à 10:57

    Bonjour chère Trislele,

    J'ai parcouru tes rubriques, tu as tellement d'articles que je ne sais pas où donner de la tête lol Intéressant ton article sur le célèbre roi Arthur.Tu as du passer du temps à rédiger ce texte et à chercher les images, mais le résultat est plaisant à lire biggrin

    Les légendes arthuriennes m'ont toujours fasciné et attiré depuis que je suis enfant, ainsi que tout ce qui se rapporte de l'univers celtique et médiéval.Cela nous change de l'époque actuelle dans lequel on vit et qui ne me plait pas. 

    J'adore la série TV "Kaamelott" par et avec Alexandre Astier.Tu connais surement ? J'ai plusieurs coffrets DVD de cette série.Il a révisité à sa façon la légende d'Arthur, c'est drôle et émouvant par moment.  

    Au plaisir de te lire à nouveau.La porte de mon Royaume t'est grande ouverte, chère nouvelle amie.

    Passes une bonne journée.

    Gros bisous de Florence

      • Mercredi 23 Novembre 2016 à 11:29

        Bonjour Florence, je suis comme toi, je préfère vivre dans ce monde de légendes plutôt que dans le nôtre qui n'est pas plaisant du tout, alors sois la bienvenue ici. J'ai mis ton joli blog dans mes favoris.

        J'aime bien aussi la série Kaamelott, faite avec beaucoup d'humour.

        Au plaisir de te relire, amitiés.

         

    6
    Mercredi 25 Octobre à 11:46

    Bonjour

    une histoire bien macho, tout de meme comme pas mal de mythes et legendes

    d'ou ma decouverte de la legende vue du coté femininde l'auteur Marion Zimmer Bradley

    par son roman "Mysts Of Avalon"

    sorti en France en deux tomes "Les Dames Du Lac" et "Les Brumes D'Avalon"

    et que j'ai préféré (c'est mon coté feminin qui est ressorti hi hi hi)

    a la vison tres mâle du mythe original

      • Mercredi 25 Octobre à 12:30

        Bonjour Philippe, je suis fan de Marion Zimmer Bradley et j'ai tous les livres de la série les dames du lac, il y en bien plus que deux:

        Pour une meilleure compréhension de l'histoire, il vaut mieux commencer par la lecture de "la colline du dernier adieu", parce que c'est un peu fouillis, j'ai renuméroté de cette façon:

        1- la colline du dernier adieu
        2- le secret d'Avalon
        3- les dames du Lac
        4- les brumes d'Avalon

        Avant il y a aussi la chute d'Atlantis et les Ancêtres d'Avalon, et tu peux aussi  lire après: la prêtresse d'Avalon. Tout un monde merveilleux dans lequel je saute à pieds joints.

        Et j'ai bien sûr le film qui est magnifique: les brumes d'Avalon.

        Merci à toi d'aimer ce monde magique, bises amicales.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :