• Apollon

    Apollon de Mantoue, Musée du Louvre

     

    Apollon

    Le dieu de la lumière, de l'harmonie et de l'oracle.
    Le dieu de la musique, du chant, de la danse, de la poésie, des arts et des sciences,
    Le dieu de la jeunesse éternelle.


    Sa vie est une perpétuelle tragédie.
    Loin des clichés faisant de lui un dieu solaire, il est à la fois ombre et lumière à l’instar de tous les mortels.

    Apollon est le fils de Zeus et d'une Titanide, Léto. Il a pour sœur jumelle Artémis. Héra étant folle de jalousie, Léto doit s’enfuir pour accoucher. Les versions diffèrent.

    Chez Hygin, le serpent Python prédit sa propre mort des mains d'Apollon et poursuit Léto enceinte pour l'empêcher d'accoucher. Parallèlement, Héra décrète qu'aucune terre sous le soleil ne pourra accueillir Léto.

    Sa naissance est contée en détail dans l’Hymne homérique à Apollon: sur le point d'enfanter, Léto parcourt la mer Égée, cherchant un asile. Pleines de terreur, « car nulle d'entre elles n'eut assez de courage, si fertile qu'elle fût, pour affronter la colère d’Héra » îles et presqu'îles refusent l'une après l'autre d'accueillir Léto; celle-ci gagne finalement l'île de Délos, qui refuse d'abord. Léto jure par le Styx que son fils y bâtira son temple et l'île accepte aussitôt.

    Autre version: Zeus demande à Borée, le vent du Nord, d'amener Léto à Poséidon. Ce dernier installe la parturiente sur l'île d'Ortygie, qu'il recouvre sous les eaux. Python finit par abandonner ses recherches et Léto peut accoucher. Aussitôt, Poséidon fait sortir des eaux Ortygie qui prend le nom de Délos, « la visible ».

    Selon certaines versions: Pour protéger Léto, Zeus la transforma en louve et la mena sur l’île de Délos, où elle mit au monde leurs deux enfants: Apollon et Artémis. Ayant une louve pour mère, ils furent surnommés Artémis Lycaea et Apollon lycien.

    Toutes les déesses, dont Dioné, Rhéa, Thémis et Amphitrite, viennent assister Léto pendant sa délivrance. Par jalousie, Héra ne prévient pas Ilithyie, déesse des accouchements, qui reste sur l'Olympe. Après neuf jours et neuf nuits, les déesses ordonnent à Iris, messagère des dieux, de prévenir Ilithyie et de lui remettre un collier d'or pour la faire venir. Dès que celle-ci arrive à Délos, Léto étreint un palmier qui deviendra sacré et donne naissance à Apollon, en un jour qui est le septième du mois. Aussitôt, les cygnes sacrés font sept fois le tour du rivage en chantant. Puis Thémis offre à Apollon le nectar et l'ambroisie, c‘est ainsi que ce bébé sera nourri.

    Dès sa naissance, Apollon manifeste sa puissance d'immortel; il réclame ses attributs, la lyre et l'arc, et affirme ses pouvoirs.
    Dans l’Hymne homérique, Artémis ne naît pas en même temps que son frère, mais à Ortygie, nom qui désigne peut-être l'emplacement du temple d'Artémis à Éphèse.
    Chez Pindare, Artémis et Apollon naissent, jumeaux, à Délos. Délos est une île errante avant l'arrivée de Léto; après la délivrance d'Apollon, quatre colonnes surgissent du fond de la mer et viennent l'ancrer solidement.

     

    Apollon à la lyre- Parc du Château de Versailles

    Apollon, l'enfant illégitime et non désiré par Héra, fait une entrée majestueuse à l'Olympe, dans la demeure de Zeus, en faisant trembler le sol de ses pas et en tenant son arc; les dieux pris de peur se lèvent de leur siège à son approche; sa mère Léto, le désarme en débandant sa corde et en fermant son carquois puis en suspendant son arc à un clou d'or; elle le mène prendre place sur un trône; son père Zeus lui donne une coupe de nectar pour le hausser au rang des dieux immortels.

    Apollon est aussi le dieu Purificateur et Guérisseur, qui le premier apprit aux hommes l'art de la médecine. Mais, il peut aussi apporter la peste avec son arc : lui seul peut écarter la maladie qu'il apporte.
    Enfin, c'est un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie. Il a aussi été honoré par les Romains, qui l'ont adopté très rapidement sans changer son nom. Dès le Ve siècle av. J.-C., ils l'adoptèrent pour ses pouvoirs guérisseurs et lui élevèrent des temples.

     Il est également connu comme Phœbus ou Phébus, « le brillant », mais il ne doit pas être confondu avec Hélios, dieu du soleil. Il est fréquemment représenté avec son arc et ses flèches, ou encore avec une lyre: on le qualifie alors de « citharède ». Il est également appelé « musagète », celui qui fait danser les Muses. Le surnom de Loxias, « l'Oblique », lui est attribué à cause de l'ambiguïté de ses oracles.
    Il reste l'un des dieux auquel l'on a élevé le plus de temples et consacré le plus de cultes

    attributs : l'arc, la lyre, la flûte, les cornes de bovidés et le laurier (cf. Daphné), le trépied; le chiffre 7.
    animaux favoris : le corbeau, le cygne, le coq, le loup et le serpent ;
    sanctuaires : Delphes, Délos, Claros, Argos, Thasos ; Didymes
    fêtes qui lui sont consacrées : les Karneia, les Actia.


    Chez les Hyperboréens
    Peu après la naissance d'Apollon, Zeus lui remet avec sa lyre d’or un char tiré par des cygnes et lui ordonne de se rendre à Delphes. Le dieu n'obéit pas immédiatement, mais s'envole à bord de son char pour le pays des Hyperboréens qui, selon certaines versions, est la patrie de Léto. Là vit un peuple sacré qui ne connaît ni la vieillesse, ni la maladie; le soleil brille en permanence. Il y reste pendant un an avant de partir pour Delphes.
    Il y revient tous les 19 ans, période au bout de laquelle les astres ont accompli une révolution complète (un cycle métonique). De l'équinoxe de printemps au lever des Pléiades, il y danse chaque nuit en s'accompagnant de la lyre. Selon d'autres légendes, il y passe chaque année les mois d'hiver, ne revenant dans son lieu de culte — Delphes ou Délos — qu'avec le printemps.

    Apollon à Delphes, dieu de l'oracle :
    Après son séjour chez les Hyperboréens, Apollon se dirige vers Pytho, une région près de la source Castilie (dans une caverne du Mont Parnasse); là vivait le serpent Python, fils de la terre (Gaia); un monstrueux et terrifiant serpent symbolisant les puissances ténébreuses de la Terre, il massacrait les hommes et les animaux. Il a été déjà envoyé par Héra pour poursuivre sa mère Létô et l'empêcher de trouver une terre tranquille pour accoucher. Apollon le tue à l'aide de ses flèches et s'empare d'un vieux sanctuaire oraculaire détenu par Thémis et auparavant défendu par Python. Il sera puni par Zeus pour avoir tué un dieu…

     

     Delphes par Leonid Tsvetkov

    Pytho prend le nom de Delphes en souvenir de la métamorphose d'Apollon en dauphin pour dérouter un navire crétois et affecter ses passagers comme prêtres au service de son culte.
    Delphes est désormais le centre universel du culte d'Apollon qui devient le dieu de l'oracle, maître des prophéties et de la divinisation .

    Apollon a de multiples amours, mais bien qu'Apollon soit d'une grande beauté, il semblerait qu'il soit malheureux dans ses amours. Parmi les plus célèbres:
    - La nymphe Daphné, qui préféra être changée en laurier que de lui céder
    - La nymphe Cyrène, avec qui il eut un fils: Aristée
    - Hyacinthe, qui est un jeune garçon qui s'entraînait au lancer du disque. Il le tua par erreur et le transforma en la fleur Jacinthe.
    - Cassandre, prophétesse de Troie, qui se joua de lui
    - Coronis qui l'abandonna pour un mortel, mais lui donna un fils Asclépios. Il tua Coronis et son amant et sauva l’enfant.

    Apollon fut averti de son infortune par l'indiscrétion d'une corneille qui était blanche à cette époque. La pauvre corneille fut maudite et depuis ce jour là son plumage devint noir.
    Apollon tua Coronis et Ischys son amant. Le corps était déjà sur le bûcher funéraire lorsqu' Apollon réalisa que son amante était enceinte et arracha son fils du ventre de sa mère et des flammes.
    Le petit Asclépios fut confié à un berger qui le nourrit du lait de ses chèvres et plus tard Apollon confia son fils au Centaure Chiron qui lui apprit l'art de la médecine. Athéna lui donna deux fioles contenant du sang de Méduse. L'une permettait de tuer et l'autre de ressusciter les morts. Asclépios s'en servit à plusieurs reprises (Lycurgue, Capanée, Tyndare, Hippolyte...)
    Les guérisons miraculeuses et les résurrections d'Asclépios inquiètent Hadès, le Dieu du monde inférieur, qui se plaignit devant Zeus que plus personne ne meure.
    L'ordre du monde risquait d'en être changé, alors Zeus foudroya Asclépios.
    Cet acte mit Apollon en colère et il alla tuer les Cyclopes qui avaient simplement forgé le Foudre de Zeus.
    Furieux, Zeus s'apprête à jeter Apollon dans le Tartare puis, sur l'intercession de Léto, condamne simplement le dieu à servir un mortel pendant un an; ainsi Apollon se met-il au service d'Admète comme bouvier.
    Se rendant compte par la suite du bien qu'Asclépios avait apporté aux hommes, Zeus le place parmi les étoiles sous la forme de la constellation du Serpentaire.


    Lorsque son culte s'introduit en Grèce, Apollon est déjà honoré par d'autres peuples pré-hellènes, ce que l'Hymne homérique qui lui est destiné indique en signalant que les Crétois étaient ses premiers prêtres. Son premier lieu de culte est bien sûr Délos, capitale religieuse des Ioniens ; c'est sous Périclès, au Ve siècle av. J.-C. que l'île passe aux mains des Athéniens, qui confortent son caractère de sanctuaire inviolable en y faisant interdire toute naissance et toute mort. Le culte d'Apollon s'était entre-temps répandu partout dans le monde Antique, de l'Asie Mineure (le sanctuaire de Didymes, près de Milet, en porte la trace flagrante: c'est l'un des plus grands temples jamais bâtis dans la zone méditerranéenne) à la Syrie, sans parler des innombrables temples qui lui sont dédiés en Grèce même.

     

     Le temple d'Apollon à Didymes

     

     

     

     

    Source Wikipédia -et  http://dieux-grecs.fr/apollon.htm - http://www.aly-abbara.com/histoire/Mythologie/Grece/images/Apollon_athenes.html

     

     

     

     

     

    « LithaMitakuye Oyasin »

  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Juillet à 15:16

    Un récit fort intéressant et bien écrit l& beauté physique n'es pas forcément une chance en amour et que de drame vécut apollon.

    Merci de cette belle lecture 

    Douce semaine 

    Amicalement

    Bises Triskèle 

      • Lundi 2 Juillet à 15:59

        Eh non, la beauté ne fait pas le bonheur!

        Merci Béa, belle semaine à toi aussi, bises.

         

    2
    Lundi 2 Juillet à 16:10

    Bel article sur ce Dieu qui fait encore des émules à notre Epoque...

    Bonne semaine.

      • Lundi 2 Juillet à 16:53

        Oui, beaucoup se prennent pour Apollon et c'est devenu un nom commun pour désigner un très bel homme.

        Merci Baba, belle semaine à toi aussi sous le soleil.

    3
    Lundi 2 Juillet à 21:04

    Bonsoir Triskèle,

    Merci pour cet article qui me fait découvrir Apollon sous son vrai jour.

    Combien de personne a-t-il tué au juste ? ce n'est pas vraiment l'idée que l'on se fait d'un idéal masculin...

    Par contre, j'aime beaucoup l’anecdote qui raconte l'entrée de ce Dieu à l'Olympe, en faisant trembler le sol de ses pas, arc à la main, et suscitant la peur parmi les autres Dieux !

     

    Belle soirée. Bises !

      • Mardi 3 Juillet à 08:59

        Bonjour Jo, comme beaucoup d'entre nous Apollon est alternativement ombre ou lumière, et du temps des dieux on tuait facilement.

        Merci mon ami, passe une belle journée sous le soleil, grosses bises.

    4
    Mardi 3 Juillet à 19:19

    bonsoir 

     quelle belle légende 

     et certain  ont rêvé  d 'être un Apollon 

     merci pour le récit 

     bonne soirée  Tryskéle 

      • Mercredi 4 Juillet à 10:13

        Merci à toi Monica, passe une belle journée ensoleillée, bises.

    5
    Mercredi 4 Juillet à 08:29

    On a toujours à apprendre, même sur les personnages que l'on croit connaitre

    Amicalement

    Claude

      • Mercredi 4 Juillet à 10:14

        En effet Claude, les histoires sont plus complexes que ce qui est resté dans nos mémoires.

        Merci et bonne journée,  amitiés.

    6
    Jeudi 5 Juillet à 16:04

    Apollon, dieu solaire, chantre de la poésie et de la musique, était aussi, chez les Grecs, une divinité de l'ombre, celle des oracles et de leurs ténébreuses révélations, et n'était-ce pas lui qui avait la plus grand part dans les croyances des Grecs de l'Antiquité ? Rien ne pouvait se faire sans avoir au préalable consulté les oracles ? Merci de réveiller notre questionnement avec ce bel article. Bonne fin de journée Françoise

      • Jeudi 5 Juillet à 16:07

        J'oubliais, pour nous un Apollon, c'est d'abord un bel homme. Il incarnera à jamais la beauté, mais comme tu le dis ça ne fait pas tout.

         

      • Jeudi 5 Juillet à 18:05

        Bien sûr, le sanctuaire de Delphes est le plus célèbre et le plus consulté dans l'antiquité, et seuls ses prêtres pouvaient traduire les oracles du dieu transmis, comme tu le dis, de façon bien énigmatique par la Pythie.

        Et oui, il était beau mais bien malheureux en amour malgré cela.

        Merci Françoise, belle fin de journée à toi aussi, bises.

    7
    Jeudi 12 Juillet à 17:32

    Comme quoi être beau n'est pas gage de bonheur, je suis toujours étonnée du nombre de différentes versions qui existent pour une même légende ! Je te le dis entre nous, je me suis toujours méfié des "Apollon" souvent trop beaux pour être honnêtes hi hi  ... Merci pour cet article, très complet comme d'habitude. Bises

      • Jeudi 12 Juillet à 19:00

        Comme tu as raison Béa, la beauté n'est pas essentielle et n'apporte pas forcément le bonheur.

        Merci et belle soirée, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :