• Le Cygne

    Le Cygne

    Le Cygne

     

    Pour Béa.

    Le cygne est un symbole de lumière, de pureté et d‘amour dans de nombreuses cultures. Dans le shamanisme, le totem du cygne est associé à l’amour, à l’inspiration, à l’intuition, à la grâce et à la beauté. Étant un oiseau aquatique, donc lunaire, il est également associé aux émotions et à la spiritualité.

    Les cygnes sont monogames et fidèles, et symbolisent l’amour éternel.

    Le cygne meurt en chantant et chante en mourant.

    La légende du cygne muet dit qu’au moment de mourir il aurait exhalé pour la première fois un chant très mélodieux.

    Le cygne est présent dans toutes les cultures païennes d'Europe ainsi que dans le reste du monde comme dans les traditions chamaniques de Sibérie. La blancheur de son plumage est la couleur symbolique de la lumière qui se retrouve dans la tradition vestimentaire des druides celtes et des skaldes nordiques. 

    De la Grèce ancienne à la Sibérie, en passant par l’Asie Mineure, aussi bien que par les peuples slaves et germaniques, un vaste ensemble de mythes, de traditions et de poèmes célèbre le cygne, oiseau immaculé, dont la blancheur, la puissance et la grâce font une vivante épiphanie de la lumière.

    Mais il existe deux types de lumière, celle du jour qui est solaire et mâle, et celle de la nuit qui est lunaire et femelle. La lumière diurne est la puissance masculine fécondante, tandis que la lumière nocturne en est le miroir en tant que puissance féminine fécondée. Le cygne peut donc selon le contexte incarner la lumière du jour ou bien celle de la nuit. Il est féminin dans la contemplation et masculin dans l'action.

    Le Cygne

    Dans les textes celtiques, la plupart des êtres de l'autre monde qui, pour une raison ou autre, pénètrent dans le monde des hommes, empruntent la forme du cygne et voyagent en général par deux, reliés par une chaîne d'or ou d'argent. L'or comme symbole solaire et l'argent comme symbole lunaire, font encore une fois une claire allusion à cette bipolarisation du symbolisme du cygne.

     Il est considéré en Irlande comme l'oiseau de l'Autre Monde. Il est la forme la plus prisée pour les messagères du Sidh lorsqu'elles viennent dans le monde des hommes. Sur beaucoup d'œuvres d'art celtiques, deux cygnes figurent sur un côté de la barque solaire, qu'ils guident et accompagnent dans son voyage sur l'océan céleste.

    Sur le continent, et même dans les îles, le cygne est souvent confondu avec la grue, d'une part, et l'oie, d'autre part ; ce qui explique l'interdit alimentaire dont cette dernière faisait l'objet, d'après César, chez les Bretons.

    Le CygneLe cygne est un symbole royal, mais il est aussi un symbole de pureté, de la lumière et de la féminité chez les Celtes. On l'associe à l'amour (cf la légende d'Aengus et Caer la jeune fille cygne). Le cygne possède alors un caractère sacré qui le rend intouchable. Etain la troisième et Midir le roi du Monde Invisible se changent en cygnes pour échapper à la colère du roi Eochaid.

    En Extrème-Orient, le cygne est symbole d’élégance, de noblesse et de courage. Il est aussi symbole de la musique et du chant.

    Enfin, de même qu’il y a un soleil noir, il existe un cygne noir, non pas désacralisé, mais chargé d’un symbolisme occulte et inversé.

    Dans le conte d’Andersen « le camarade de voyage », une vierge ensorcelée et sanguinaire apparaît sous la forme d’un cygne noir. Plongé trois fois dans l’eau purifiante ce cygne devient blanc et la princesse est exorcisée.

    Le Cygne

    De nombreux mythes sibériens parlent de l'oiseau de lumière à la beauté éblouissante, comme d'une vierge céleste qui sera fécondée par l'eau ou la terre pour donner naissance au genre humain. Dans ce cadre, le cygne est lié à l'aspect féminin, celui qui reçoit la fécondation. On retrouve cet aspect femelle et lunaire du cygne dans les traditions nordiques et irano-aryennes. 
    Les Bouriates content qu’un chasseur surprit un jour trois femmes splendides qui se baignaient dans un lac solitaire. Elles n’étaient autres que des cygnes, qui s’étaient dépouillés de leur manteau de plumes pour entrer dans l’eau. L’homme ravit un de ces costumes et le cacha, ce qui fit qu’après leur bain, deux seulement des femmes-cygnes purent reprendre possession de leurs ailes et s’envoler. Le chasseur prit la troisième pour épouse. Elle lui donna onze fils et six filles, puis reprit son costume et s’envola après lui avoir tenu ce discours : «Vous êtes des êtres terrestres et vous resterez sur la terre, mais moi, je ne suis pas d’ici, je viens du ciel et je dois y retourner. Chaque année, au printemps, lorsque vous nous verrez passer, volant vers le Nord, et, chaque automne, quand nous redescendrons vers le Sud, vous célébrerez notre passage par des cérémonies spéciales.»
    En Sibérie même, cette croyance, bien qu’elle ne soit pas généralisée, a laissé quelques traces. Ainsi, Uno Harva note que, chez les Bourates, les femmes font une révérence et adressent une prière au premier cygne qu’elles aperçoivent au printemps.

    Dans la mythologie grecque, le cygne était à la fois un symbole mâle et femelle.
    Ainsi, sous sa forme mâle, il était l'emblème d'Apollon (le dieu de la force solaire, de la musique et de la poésie) et symbolisait la lumière.

    En revanche, sous sa forme femelle, le cygne symbolise la poésie lyrique et la mort.

    Le CygneApollon est né à Délos un jour sept. Ce jour là des cygnes sacrés firent sept fois le tour de l'île. Zeus, le Père des Dieux, remit au jeune Apollon une lyre ainsi qu'un char attelé de cygnes. Ces cygnes sacrés étaient originaires du grand Nord, terre mythique que les Grecs nommaient le pays des Hyperboréens. C'est avec ce char et ces cygnes que le Dieu Apollon voyage régulièrement vers l'Hyperborée (équivalent de Tir Na Nog chez les Celtes) faisant de cette manière le lien entre le bassin méditerranéen et le grand Nord. C'est là que le Dieu de la lumière et de la poésie va se régénérer avant de retourner à son temple de Delphes en Grèce. 

    Les mythes de la Grèce païenne mentionnent aussi le cygne lors de l'union entre Zeus et Léda. Afin de séduire Léda qui s'était changée en oie, Zeus se transforma en cygne. L'oie étant un avatar symbolique du cygne, on peut en conclure que Zeus-cygne et Léda-oie représentent à eux deux les deux aspects du cygne et la bipolarisation de symbole traditionnel: la lumière solaire diurne et la lumière lunaire nocturne, ce qui conduit à penser que les Grecs, rapprochant volontairement ses deux acceptions diurne et nocturne, ont fait de cet oiseau un symbole hermaphrodite où Léda et son divin amant ne font qu’un.
    De cette union naîtront deux Immortels (Hélène et Pollux) ainsi que deux Mortels (Clytemnestre et Castor).

    Le mythe grec raconte que Cycnos (le roi de Ligurie) fut tellement affligé par la mort de Phaéton (le fils d'Hélios, le Soleil), foudroyé par Zeus, qu'Apollon, ému, le changea en cygne. D'ailleurs, c'est certainement de cette histoire qu'est issue la légende du chant merveilleux du cygne mourant.

    Enfin, l'expression Le chant du cygne désigne le dernier chef-d'oeuvre d'un artiste.

    Le Cygne

    Le cygne est l'emblème de l'âme du poète. Aussi, cette image du cygne a fortement influencé la poésie et la musique, notamment à l'époque romantique, avec des œuvres majeures telles que la Mort du cygne de Tchaïkovsky, ou Lohengrin de Wagner.

    Le cygne fait également partie de la symbolique de l’alchimie. Il a toujours été regardé, par les Alchimistes, comme un emblème du mercure. Il en a la couleur et la mobilité, ainsi que la volatilité proclamée par ses ailes. Il exprime un centre mystique et l’union des opposés (eau-feu), en quoi l’on retrouve sa valeur archétypale d’androgyne. Au monastère franciscain de Cimiez, la devise latine dégage l’ésotérisme de l’image: Divina sibi canit et orbi (il chante divinement pour soi et pour le monde). Ce sifflement est nommé le chant du cygne (le signe chantant), parce que le mercure, voué à la mort et à la décomposition, va transmettre son âme au corps interne issu du métal imparfait, inerte et dissous.

    Malheureusement de nos jours, le cygne n’est plus respecté, des centaines d’entre eux sont abattus en vol chaque année au cours de leur migration, à tel point qu’ils sont en voie de disparition. J’espère que les dieux puniront ces meurtriers du sacré.

     

    Le Cygne

     

     

     

    Sources: L’arbre celtique.com- http://www.les-voies-libres.com/articles/symbolisme-du-cygne-
    http://francoise1.unblog.fr/2015/11/17/la-symbolique-du-cygne/-http://1001symboles.net/symbole/sens-de-cygne.html

     

    « EuropeBakhtalo »

  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Octobre 2016 à 08:49

    Un article complet sur ce roi des lacs romantiques. Un bel oiseau  mais attention à ses colères elles sont redoutables.....

    Bonne journée.

      • Mardi 11 Octobre 2016 à 09:34

        Un si bel oiseau dont la simple vue nous met du baume au cœur, quand il se met en colère c'est pour défendre sa famille.

        Merci de ta visite Baba, bonne journée à toi aussi, chez moi ce sera la pluie, amitiés.

    2
    Mardi 11 Octobre 2016 à 11:11

     Comme toi j aime cet oiseau

     pour sa  beauté , sa force et son esprit  combatif  , il défend  son territoir   c'est tout à son honneur

     bonne journée Triskéle

     kénavo

      • Mardi 11 Octobre 2016 à 11:54

        Bonjour Monica, c'est un oiseau magique, représentant les êtres du monde invisible, c'est pourquoi il est si beau, si élégant et si gracieux.

        Merci de ton passage, passe une belle semaine, bises, kenavo.

    3
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 04:01

    youpi ! Je suis un cygne , puisque j'en ai les caractéristiques :
    si je ne vole pas comme lui, j'ai volé des pommes quand j'avais 10 ans, mon plumage testier est aussi blanc que le sien, selon Victor Hugo, """dans l'oeil du vieillard on voit de la lumière""", je suis fidèle et monogame ( ou inversement ) je n'arrive pas encore à former un coeur avec mon cou, mais je m'y entraîne, et mon taux de gras me permet de flotter.  Ayant commis quelques poésies, je suis donc aussi un peu  poète. Comme tous les humains je suis aussi en  voie de disparition, même si je ne suis pas encore prêt à vous régaler de mon   chant mélodieux à la réception de ma lettre de liccnciement , comme dit M. Lelouch,

    4
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 04:04

    les deux versions sont valables !

      • Mercredi 12 Octobre 2016 à 10:11

        smile Bonjour cygne des îles lointaines! Quand tu pourras faire un cœur avec ton cou et celui de ta belle j'aimerais avoir une photo s'il te plait. En attendant surtout ne sois pas pressé de chanter, que ce soit le plus tard possible. Bises.

    5
    Jeudi 13 Octobre 2016 à 13:41

    Bonjour Triskèle ! 

    Un article qui ne pouvait que me plaire, merci ! ... smile Et tu as raison de la souligner, ils ne sont plus respectés, il et vrai qu'ils sont devenus de + en + sédentaires, on en voit beaucoup sur les lacs. Je ne savais pas qu'ils étaient en voie de disparition, peut-être font-ils déjà partie des espèces protégées ?  J'adore le observer, ce sont des oiseaux magnifiques. Bisou et encore merci pour cet article ! happy 

      • Jeudi 13 Octobre 2016 à 14:18

        Bonjour Béa, hélas oui ils sont en voie de disparition, ils font partie des espèces protégées en France, au Canada et dans quelques états américains, mais à d'autres endroits ils sont considérés comme nuisibles parce qu'ils mangent les récoltes. Tu as la chance d'en voir souvent je savais que cet article te plairait.

        Merci à toi Béa, belle fin de journée, bises.

    6
    Vendredi 14 Octobre 2016 à 23:31

    J'aime leur beauté qu'ils promènent avec indifférence. Mes plus beaux souvenirs sur la Neva à Saint Petersbourg, des joyaux flottants, aussi blancs que la neige.

      • Samedi 15 Octobre 2016 à 08:27

        Jolie image, des joyaux flottants. J'espère avoir réveillé de bons souvenirs Volodia.

        Je te souhaite un bon week-end, bises.

    7
    Ninaie Prigent
    Dimanche 20 Novembre 2016 à 00:32
    Merci Triskele pour l'ensemble et pour ce cygne aussi
      • Dimanche 20 Novembre 2016 à 07:04

        Merci à toi pour cette visite surprise et appréciée ma chère Ninaïe, grosses bises.

    8
    Mardi 20 Décembre 2016 à 09:55

    Bonjour ma douce amie Triskèle,

    Intéressant et complet article sur le cygne, ce magnifique oiseau que j'admire ! C'est un plaisir de lire tes articles à chacun de mes passage.J'apprend certaines choses sur ton blog que j'ignorais.

    Bonne journée à toi, gros bisous et amitié sincère.

    Florence 

      • Mardi 20 Décembre 2016 à 10:10

        Bonjour ma chère Florence, tes visites sont toujours un plaisir renouvelé, merci de ta fidélité.

        Bonne journée à toi aussi, bises amicales.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :