• Histoire: Eilan/Hélène

    Joyeux premier mai à toutes et tous, que le bonheur et la chance vous accompagnent tout au long de cette nouvelle saison claire qui commence aujourd’hui.

    Histoire: Eilan/Hélène

     

    Le muguet, j’en ai déjà parlé,
    Beltane, j’en ai déjà parlé.
    Si vous le souhaitez vous pouvez retrouver ces articles, je n’y reviendrai pas.
    Alors je vais vous parler d’autre chose.

     

    Eilan / Hélène,
    d’Avalon à Byzance.

    Histoire: Eilan/Hélène


    Une histoire vraie aussi merveilleuse qu’une légende, celle d’Hélène, impératrice d’Orient.

    Sa biographie officielle ne doit pas être prise au pied de la lettre, car les auteurs chrétiens et son fils Constantin ont certainement voulu, dans un vaste programme de propagande chrétienne et impériale, donner une image de femme pieuse, charitable et honorable.

    La première partie de sa vie concernant ses origines est soigneusement passée sous silence, on en fait souvent une simple servante d’auberge, quand ce n’est pas une prostituée. Pauvre Eilan!

    À la fin du IIIe siècle, vers 249 après Jésus Christ, naît Eilan, fille de Rian, une grande prêtresse d‘Avalon, et d'un prince de Grande-Bretagne.
    Élevée sur l'île mythique d'Avalon, elle est initiée aux mystères de la Déesse, s'exerçant à la divination et à d'autres pouvoirs que l‘on dit magiques. À dix-huit ans, une vision bouleversante va changer son destin.

    Poussée par sa vision où elle se voit épouser un officier romain et avoir un fils qui deviendra empereur, Eilan traverse les brumes magiques qui conduisent vers l'autre monde, car depuis les invasions romaines et les massacres de druides dans les sanctuaires, Avalon s’est réfugiée derrière les brumes du temps.

    Elle va rencontrer Constance, un officier romain d'origine balkanique (né vers 250 sur les rives du Danube) qui deviendra l'homme de sa vie et leur enfant, fruit de l'union d'un futur empereur et d'une prêtresse, transformera le monde.
    Malgré les guerres entre son peuple et l'Empire romain, elle abandonne son île et son nom pour le suivre et vivre comme une romaine.

    Eilan aidera beaucoup Constance à réaliser ses rêves d’ascension sociale grâce à ses dons et l‘initiation qu‘elle a reçue à Avalon, mais pris au coeur d'implacables luttes de pouvoir, Constance Chlore est contraint de répudier cette femme aux origines secrètes et donc troubles afin de devenir empereur en épousant Théodora, fille de l’Auguste Maximien.
    Mariage de raison, mariage politique comme il était et est encore d‘usage dans ces milieux.

    Hélène vit alors dans l'ombre, cette période de sa vie étant inconnue, mais on sait qu’elle ne se mariera pas. On ne sait pas vraiment si elle était mariée officiellement à Constance mais elle restera toujours très proche de son fils Constantin.

    Une vie de lutte va conduire Constantin à devenir le premier empereur chrétien et Eilan qu’on appelle désormais Hélène préfèrera vivre parmi les pauvres et les chrétiens persécutés. Elle deviendra leur protectrice.

    Histoire: Eilan/HélèneAprès l'avènement de son fils Constantin en 306, Hélène retrouve une vie publique.
    Entrée à Rome avec son fils, elle reçut le titre de Nobilissima Femina et la résidence impériale du Sessorium, près du Latran.
    Elle se convertit au christianisme comme son fils, et sans doute avant lui.
    Constantin se serait converti en 312, durant la bataille du pont Milvius, selon la légende après avoir vu dans le ciel une croix et une inscription: « par ce signe, tu vaincras.» Ce qui ne l’empêche pas de continuer d’adorer le « Sol invictus ».
    Il sera à l’origine de l’édit de Milan en 313 et de la convocation du Concile de Nicée en 324; contrairement à ce qui est propagé, il n’affirme pas sa volonté d’imposer le christianisme dans tout l’empire, mais il instaure la liberté de culte, mettant la religion chrétienne sur un pied d‘égalité avec les autres, toujours bien vivaces, ce qui met fins aux persécutions. Hélène y est sans doute pour beaucoup, elle qui s’est faite protectrice des disciples du Christ.

    À l'automne 324, Constantin fait proclamer « Augusta » (impératrice) sa mère Hélène que Constance Chlore avait répudiée, ce qui montre l’influence grandissante de celle-ci à la cour et au sein de la dynastie constantinienne.

    C’est à l’âge de 80 ans, en l’an 326 que l’Augusta Hélène délaisse le confort de la cour de Rome et décide de marcher sur les traces de Jésus Christ, sa volonté étant d’expier les péchés de son fils Constantin: l’infanticide de son fils Crispus, et l’assassinat de son épouse Fausta.
    Hélène n’en reste pas moins Augusta, chargée par l’empereur d’assurer la présence impériale en Orient et d’œuvrer à l’unification politique et religieuse de l’empire romain.

    Selon une chronique de la fin du IVe siècle, très postérieure à sa mort et donc douteuse, Hélène aurait supervisé des fouilles à Jérusalem et permis la découverte de ce que l'on considère être la Vraie Croix, et même rapporté la Sainte Tunique.

    Elle meurt vers 330 à Nicomédie avec son fils à ses côtés et sa dépouille, d'abord déposée à Constantinople, fut transférée à Rome dans un mausolée magnifique que Constantin fit construire sur la via Lavicana et dont il subsiste des vestiges.
    Constantin fait transformer sa résidence, le palais de Sessorium, en une église, la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem en hommage à sa mère.
    Le sarcophage de sainte Hélène est aujourd'hui au musée du Vatican.

    Histoire: Eilan/Hélène

    Mais selon la tradition catholique, ses reliques auraient été volées en 845 par le moine Teutgis et transférées à l'abbaye de Hautvillers, au-dessus d'Epernay, en Champagne où, dès lors, on célébra, le 7 février, la fête de la translation des reliques de sainte Hélène. Quand, en 1791, les révolutionnaires détruisirent la châsse de sainte Hélène, un moine déroba les reliques pour les confier au curé de Ceffonds qui, avant de mourir, les légua aux Chevaliers du Saint-Sépulcre, prétendument fondés par sainte Hélène, lesquels les déposèrent dans leur église parisienne de Saint-Leu-Saint-Gilles où ils se réunissent.
    Là aussi bien des récits diffèrent sur ses reliques volées et déplacées plusieurs fois.

    On ne trouve de représentation d’Hélène qu’en icone orthodoxe en tant qu’impératrice.
    Une fresque rare (que j’ai postée en haut de page) semble la représenter en prêtresse.
    Ces fresques du 4è siècle ornaient le plafond du palais de Constantin trouvé sous la cathédrale de Trèves en Allemagne.

    Canonisée, elle est considérée comme sainte par les églises catholique et orthodoxe, sa fête est fixée au 18 août pour les catholiques et au 21 mai pour les orthodoxes, qui fêtent le même jour Hélène et Constantin ("Fête des très Grands Souverains Constantin et Hélène, égaux aux apôtres").

    Un livre de Marion Zimmer Bradley lui est dédié sous le titre « la prêtresse d’Avalon ».

    Saga épique et fantastique fondée sur les mythes celtes, mettant en scène les soubresauts de l'Empire romain, sur le déclin et la montée du christianisme, La Prêtresse d Avalon est aussi l'histoire passionnée d'une femme déchirée entre son amour et la politique, qui passera dans l'histoire sous le nom de sainte Hélène.


    Bellini se serait inspiré de la vie d’Eilan/Hélène en lui donnant un tour plus tragique pour son Opéra Norma:

    Norma, prière à la Lune, Casta Diva:


     

     

     

    Sources:Wikipédia et https://www.herodote.net/almanach-ID-2513.php

     

     

     

     

     

     

    « L'amitiéLe Val sans Retour »

  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Mai à 09:35

    Quelle vie agitée au gré des déchéances et des prises de pouvoir. Rome était une puissance mondiale et l'empire était implanté durablement.

    Bon 1 Mai.

      • Lundi 1er Mai à 09:59

        Bonjour Baba, l'océan politique a toujours été très agité et beaucoup s'y sont noyés.
        Bon premier mai  à toi aussi, je te remercie, bises

         

    2
    Lundi 1er Mai à 11:51

    bonjour

    bon premier mai

     

    pureeeeeeeeeeeeeeee quelle vie, c'est pire que les feux de l'amour LOL

      • Lundi 1er Mai à 12:22

        Bonjour Justelenoir, yes en effet une vie en dents de scie, pleine de rebondissements, qui se passe dans l'ombre mais se termine dans la lumière.

        Merci de cette visite et bon premier mai également, amitiés.

    3
    Lundi 1er Mai à 12:00

    Finalement, l'empereur Constantin n'aura eu confiance qu'en sa mère, et ce tout au long de sa vie.

    Il a nommé sa mère impératrice, et non son épouse dont il a fini par se "séparer" brutalement" . En ces temps où l'on n'hésitait pas à assassiner les membres de sa famille, enfants, parents, épouses, c'est un élément remarquable.

    Ce qui signifie que sa mère détenait une sincérité et une fidélité puissante qui balayaient tous les doutes. Ou peut-être, et aussi, un Savoir que l'on ignore.

      • Lundi 1er Mai à 12:27

        Bonjour Patrick, c'est vrai, Hélène s'est dévouée pour son fils et il a su lui en être toujours reconnaissant, ce qui n'était pas courant à l'époque. Et bien sûr Eilan n'était pas n'importe quelle mère, évidemment elle détenait le Savoir d'Avalon.

        Merci de votre visite, c'est toujours un plaisir de vous lire, ici ou chez vous où je vais souvent.
        Je vous souhaite un heureux premier mai, amitiés

    4
    Lundi 1er Mai à 15:38

     meci pour l' histoire 

     je préfére toujours me plonger dans le  passé   

     c'est trop agité  , ce que nous écoutons   en ce moment  ,  je suis  dans les bouquins 

     historiques  et parfois  cela ressemble étrangeùent à nos jours 

     kénavo Tryskéle 

      • Lundi 1er Mai à 16:07

        L'histoire est un éternel recommencement, rien ne change en profondeur car la nature humaine est toujours identique. Moi je préfère remonter encore plus loin dans le passé, dans les temps dont nous ignorons presque tout, ça permet de rêver à un monde idéal.

        Merci ma chère Monica, kénavo a-wechall, bises, heureux Beltane et joli mois de mai.

    5
    Mardi 2 Mai à 07:07

    Quand on regarde l'histoire on a l'impression que les mêmes choses se passent sans cesse, je préfère vivre dans le doux rêve d'un monde meilleur

    J'espère que tu as passé une belle journée du premier mai et que tu as reçu quelques brins de muguet

    Amicalement

    Claude

      • Mardi 2 Mai à 08:01

        Bonjour Claude, en effet comme je le disais plus haut nos mondes de rêves sont plus beaux que la réalité, nous avons bien raison de nous y complaire.

        J'ai reçu quelques brins de muguet dont celui de mon fils qui ne l'oublie jamais, ça fait toujours plaisir! Le tien a été le premier sur le Net et je t'en remercie encore, c'était une très agréable surprise.

        Je te souhaite de belles journées ensoleillées et de douces nuits enluneillés, à bientôt, amitiés.

    6
    Mercredi 3 Mai à 07:25

    Avalon ! Comment ne pas être auréolé de mystère quand on y est né ? Les tribulations d'Eilan et de ses reliques dans les arcanes impériales et révolutionnaires ne manquent pas de piquant ! 
    Sankta historio aŭ historia Sankto, mi ne scias !
    Kisetoj

      • Mercredi 3 Mai à 10:00

        D'abord on l'a traitée de prostituée parce que c'était une "païenne", puis on a voulu en faire une sainte et on s'est disputé ses reliques! Les hommes sont si étranges et versatiles! Mais non, pas toi! smile...

        Kisetoj mon cher Peache.

    7
    Mercredi 3 Mai à 12:58

    Bonjour ma petite Triskèle,

    Contente que tu ais posté un nouvel article, j'ai bien fais de passer sur ton blog ! 

    Intéressant article sur l'histoire d'Hélène.J'aime bien la chanson de Bellini, tant d'artistes talentueuses ont interprété ce morceau.

    Au plaisir d'avoir ta visite sur mon blog, bonne semaine à toi ma douce.

    Gros bisous de Florence

      • Mercredi 3 Mai à 13:34

        Bonjour Florence, merci de ta visite. Moi aussi j'aime beaucoup cette chanson, et si le son de la vidéo n'est pas génial c'est la mise en scène que j'ai préférée.

        Belle semaine (déjà bien entamée!) à toi aussi, merci, bises.

    8
    Mercredi 3 Mai à 13:06

    La femme sous "toutes les formes "....mère, épouse, prostituée et pourquoi pas sainte ? Que d'attributions de rôles les Hommes ont distribués aux femmes ! au cours de histoire ...Avaient-ils peur de s'ennuyer?

    Bon début de ta nouvelle histoire.

     

      • Mercredi 3 Mai à 13:43

        Bonjour Loup, en effet Hélène à reçu à elle seule presque tous les qualificatifs que les hommes peuvent attribuer à une femme,  passant de la haine à l'adoration. Une situation pas si rare que ça finalement!

        Je ne sais pas si c'est ma nouvelle histoire, c'est juste une émergence parce que j'avais envie de parler de cette femme. Je te reverrai ici à ma prochaine envie alors, peut-être?

        Baxtalo drom phral.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :