• Les Mégalithes

    Les Mégalithes

    Les bâtisseurs de mégalithes  

     Dès le début du 5e millénaire, apparaissent un peu partout sur la façade atlantique des édifices imposants, érigés au moyen de blocs énormes de pierre. Ces constructions, témoins de la première architecture monumentale européenne, furent à ce qu’on prétend érigées pour le service des morts, à l’intérieur de ces caveaux gigantesques, des dizaines de squelettes jonchant parfois le sol ont été retrouvés. C’est un phénomène mondial, qui a connu un développement spectaculaire, notamment en France.

    Les dolmens
    Les dolmens sont des monuments de pierres formés de dalles de pierres horizontales soutenues par d’autres en position verticale. Les dalles de couverture méritent bien le terme de mégalithe, leur poids peut atteindre plusieurs dizaines de tonnes. Pendant longtemps, l’image traditionnelle du dolmen était une table de pierre formée d’une dalle et de deux montants, et devait être un autel de sacrifice utilisé par les Celtes. La vérité est différente, les dolmens sont des monuments plus complexes formés de plusieurs dalles, et plus anciens. Ils appartiennent à l’époque reculée du Néolithique (de 5000 à 2500 ans avant J.C.), donc bien avant l’arrivée des Celtes. Ils diffèrent selon les régions. Et comment faire un sacrifice sur un autel aussi élevé? Une variante de ces monuments est “l’allée couverte”.

    Les Cairns
    Les cairns sont des sépultures collectives datant du Néolithique (de —5000 à —2500 ans), période antérieure à l’âge du bronze. Le cairn est constitué de un ou plusieurs dolmens, recouverts d’une masse de pierres sèches (pierres, grossièrement de la taille d’une brique, détachées du sous-sol rocheux) bien calées entre elles. Des portiques constitués de trois pierres monumentales en U inversé forment l’entrée des dolmens. Des dalles de pierres en position verticale sont disposées sur le pourtour comme parement. Des variantes sont aussi visibles dans la conception architecturale de fond du cairn. Il y en a avec ou sans allée couverte, certains ont un dolmen sans couloir, d’autres ont un dolmen à double muraille. Ce type de dolmen présente en général une chambre principale ou une galerie munie d’un petit portique à l’ouest, et une autre chambre, plus petite, fermée à l’est.

     Et tout le monde connait les menhirs, pierres gigantesques dressées, tels que les allées de Carnac entre autres, dont on ignore toujours l’utilité ou la fonction. Un menhir « pierre longue » est un bloc dressé qui se présente isolé ou, plus rarement, disposé en alignement ou en cercle. Quand plusieurs menhirs sont disposés en cercles, on parle de « cromlechs ». Menhirs et dolmens ont des fonctions très différentes. Le dolmen est une sépulture et si, on trouve parfois des tombes au pied de menhirs, elles sont le plus souvent postérieures à leur construction.

    Répartitions des mégalithes
    Les mégalithes sont présents en Europe, Asie, Afrique et en Amérique du Sud. En Europe, ils sont présents de la Baltique à la Méditerranée. On en trouve en Suède, au Danemark, en Allemagne du Nord, en Hollande, en Irlande, en Grande-Bretagne, en France, en Espagne, au Portugal, en Suisse, en Corse, en Sardaigne, en Italie du Sud et à Malte. En Asie, ils sont présents autour de la Mer Noire, en Israël, en Arabie Saoudite, en Inde, en Asie centrale, en Malaisie, dans le Nord de Bornéo, en Corée et au Japon. En Afrique, on les retrouve au Sénégal, en Guinée, au Bénin, au Nigeria, au Cameroun, en Éthiopie et à Madagascar. En Amérique, ils ont été érigés en Colombie et à l'île de Pâques.

    Un des plus beaux dolmens et un des plus sacrés: Pentre Ifan

    Les MégalithesPentre Ifan est un site mégalithique de l’âge de bronze datant d'au moins 4000 ans avant JC. Il est probablement le plus beau des mégalithes. Il est dit avoir été construit à l'origine comme une chambre funéraire, mais elle a été dénudée de terre sur plusieurs milliers d'années.

    La magnifique pierre de faîte horizontale est toujours en place et est estimée peser 40 tonnes. Le site surplombe une colline, Fishguard Bay, et offre un cadre magnifique. La croyance des constructeurs a été que l'âme était plus proche du monde des esprits et aussi proche du Soleil, dont l'essence était adorée comme le donneur de vie, de chaleur et d'abondance.

    Il ya un passage intéressant sur Pentre Ifan écrit en 1911 par WY Evans Wentz, auteur du livre des morts tibétain, dans son livre The Fairy Faith dans les pays celtiques: «La région, la petite vallée dans laquelle se trouve le Pentre Ifan cromlech, le plus grand en Grande-Bretagne, est soupçonnée d'avoir été un lieu de prédilection pour les Druides anciens. Et dans les bosquets de chênes (Ty Canol Wood) qui existent encore là, la tradition dit qu’ il y avait autrefois une école florissante pour les néophytes, et que le cromlech au lieu d'être un lieu de sacrifices était à cette époque entièrement clos, formant comme une chambre obscure dans laquelle les novices étaient enfermés un certain nombre de jours pour leur initiation .... l'intérieur (de Pentre Ifan) étant appelé l'utérus ou le tribunal de Cerridwen. " Une tradition locale dit que parfois des fées sont vues ici: elles sont décrites comme des «petits enfants dans des vêtements comme des soldats, des vêtements et des bonnets rouges».

    L’origine des bâtisseurs de sites mégalithiques dans les pays celtiques est un sujet intéressant. Jusqu'à récemment, une théorie très joliment emballée, acceptée par la plupart des archéologues et des historiens, était que les constructeurs de mégalithes ont été des tribus assez sophistiquées dont les racines étaient dans les régions méditerranéennes de l'Est ou même plus à l'Est de l‘Europe. Progressivement, au cours d'une période de temps, ils ont migré à travers la Grèce, Malte, Espagne, Portugal, sud de la France, Bretagne, et enfin vers les îles britanniques et l'Irlande. Sur leur long voyage, ils ont laissé derrière eux de beaux exemples de chambres funéraires, tombes, dolmens et des temples mégalithiques, (qui même se trouvent en Grèce et Malte). Telle était la théorie de la tribu errante de l'Est.

    Récemment, cependant, l'invention de la radio-datation au carbone dans les années 1970 a fourni une méthode extrêmement précise de déterminer quand ces sites antiques ont été construits et utilisés. Deux exemples parmi de nombreux récemment datés sont Pentre Ifan, et les alignements de menhirs de Carnac, en Bretagne. Les deux émergent d'au moins 1000 ans de plus que leurs homologues méditerranéens, invalidant ainsi la théorie «migration» .

    «Un processus d'évolution continue des tribus indigènes» (pour citer un auteur récent sur le sujet), semble être la croyance maintenant acceptée.

    L’Église ne vit jamais d’un très bon œil ces pratiques païennes. Elle fut d’ailleurs à l’origine de beaucoup de destruction. Faute de pouvoir éliminer tous les sites, elle fit sculpter des croix sur les menhirs et fit construire des chapelles au-dessus des tumulus.

     

    Menhirs et dolmens

     

     

    Sources: http://viaterra.net/photopages/bzh/menhirs-dolmens.htm
    http://users.belgacom.net/Durbuy/Megalithes/ardennais.html
    http://www.simplystonecottages.com/pentreifan.html

     

     

    « Le SerpentOghma »

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Novembre 2013 à 15:36

    bonjour

    Encore un article hyper interressant...  j'adore te lire...

    Passe un super week-end..   au chaud j'esperes !!!

    bises a toi

    Josy

    2
    Samedi 23 Novembre 2013 à 15:50

    Merci Josy, il ne fait pas très chaud en effet et je n'aime pas ça!
    Prend soin de toi et bon week-end aussi, bises.

    3
    Mardi 26 Novembre 2013 à 07:19

    Bonjour, oh divinité de la connaissance.....

    Dans mon Auvergne natale, nous connaissons les pierres plantées, souvent situées à des endroits stratégiques. J'ai eu le rare privilège de constater les effets que pouvaient dégager ces " liens entre ciel et terre " . Dans mon métier  de maçon, j'ai  découvert que les anciens plaçaient des sortes de mini-menhirs à des endroits bien précis des constructions pour " renforcer " les pouvoirs qu'avaient ces pierres  plantées -( c'est la version que m'ont donnée les amis des cercles auxquels j'appartenais ). Je reste persuadé que ces implantations n'étaient pas dues au hasard. Elles correspondaient à des jonctions de noeuds de Hartman.

    Bonne semaine et aux plaisirs e te lire

    4
    Mardi 26 Novembre 2013 à 08:28

    Bonjour ami Loup, ô puits de sciences!
    Il est certain que ces pierres ne sont pas plantées au hasard, elles sont placées dans des endroits stratégiques, à des points d'intersection des courants telluriques que nos lointains ancêtres connaissaient bien, réseau Hartman comme tu dis, réseau Curry, courants d'eaux souterrains etc. Pour moi ce sont comme des aiguilles d'acupuncture plantée dans la Terre Mère; et ces points effectuaient un échange avec les énergies du cosmos.
    La question est : pourquoi avons-nous perdu ces connaissances?
    Passe une belle journée, bises.  

    5
    Mardi 26 Novembre 2013 à 09:19

    Je crois que le modernisme et la science ont tué les relations que l'homme avait avec le divin ( ce que j'appelle l' inexpliquable rationnel ) et les échanges avec les acteurs de la déesse Mère ( ce que je nommerais les composants de la Nature..eau, feu, minéraux....etc).

     

    Un groupe de professeur Nimbus a frappé les cieux d'alignement chassant les Dieux du firmament ( G.BRASSENS). Il fallait que tout ce qui nous paraissait sortir de l'ordinaire soit expliqué et démontré, et si tel n'était pas le cas, taxé de sorcellerie, de folie, d'extravagance....Le règne de ces savants a gommé de notre imaginaire tout ce que nos ancêtres nous avaient légué et qui était fondé sur leurs expériences.

    Et toi tu nous fait revivre ce que nos " maîtres à penser " ont tenté en vain ( pour certain ) de faire disparaître.

    6
    Mardi 26 Novembre 2013 à 09:42

    Bien sur, il y a la "science" tu as raison, mais ça remonte encore bien plus loin cette perte des connaissances. Il y a eu à l'origine je crois les prêtres (de n'importe quelle religion à une époque si lointaine,) qui ont voulu garder le savoir pour eux seuls afin de maintenir sous leur coupe le peuple ordinaire. Et cette confiscation du savoir a perduré au cours des siècles, les prêtres eux-mêmes s'étant dévoyés à force de volonté de pouvoir et d'expériences malsaines, détournant ces pratiques vers des fonctions inverses de celles de leur origine, et finissant par perdre toutes ces connaissances.
    Merci mon ami.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :