• Histoire: Boadicée

     Parenthèse 2- Boadicée

    Boudicca en armure et en armes


    Un hommage à celle qui pourrait être une héroïne de légende, mais c’est pourtant une histoire vraie.

    Boadicée, reine indomptable

    Boadicée ou Boudicca, 1er siècle après J.-C. est une reine du peuple brittonique des Iceni présent dans la région qui est aujourd’hui le Norfolk au nord-est de la province romaine de Bretagne.
    La conquête de la "Bretagne" (ancien nom de l'Angleterre) par les Romains ne fut pas entreprise aisée. Débarqués en l'an 43 de notre ère, ils ne parvinrent en Écosse qu'à la génération suivante. Les "Bretons" se révoltèrent souvent contre leurs envahisseurs qui les insultaient et les exploitaient. La reine Boudicca prit la tête du soulèvement le plus important, et réussit presque à le mener à bien.

    Son mari Prasutagos, roi des Icéniens, meurt en 60 et laisse par testament la moitié de ses biens à sa veuve et ses deux filles, et l'autre moitié à Néron comme la loi romaine l’y obligeait. L'Empereur romain envoie chez les Iceni son procurateur Catus Decianus afin de faire un inventaire des biens du roi .
    Mais les Romains s'emparent de la terre royale, confisquent d'autres biens et réduisent les nobles en esclavage. Ils exigent le paiement de toutes les dettes, recrutent de nouveaux soldats et augmentent encore les impôts.
    Boudicca protesta; elle fut fouettée et ses filles violées.

    Une révolte éclate alors sous la conduite de Boadicée.

    Don Cassius la décrit ainsi : « grande, terrible à voir et dotée d'une voix puissante. Des cheveux roux flamboyants lui tombaient jusqu'aux genoux, et elle portait un torque d'or décoré, une tunique multicolore et un épais manteau retenu par une broche. Elle était armée d'une longue lance et inspirait la terreur à ceux qui l'apercevaient. ».

    Boadicée avait rallié une tribu voisine, les Trinovantes, dépossédés de leurs terres, et aussi quelques autres tribus celtiques du nord, qui avaient jusqu'à présent refusé de se plier à la domination romaine. A noter que l’armée de Boudicca comporte autant de femmes que d’hommes.
    Les Icéni et leurs alliés prennent les armes et massacrent les troupes romaines.

    Boudicca s'attaqua aux Romains par surprise. Leur nouvelle ville, Camulodunum (Colchester), n'avait pas de remparts, et aucun soldat romain à moins de 100 miles (160 km) à la ronde. En un seul jour, toute la ville fut incendiée et tous ses habitants tués. Une légion romaine, accourue à la rescousse, fut encerclée et anéantie. Dans des forts éloignés, des Romains furent égorgés. Boudicca entreprit alors de marcher sur Londinium (Londres).

    Le gouverneur général romain, Suetonius Paulinus, attaquait à cette époque l'Ile de Mona (Anglesey, au nord du Pays de Galles) massacrant prêtresses et druides.
    Paulinus revient en hâte à Londinium, mais la ville, trop étendue et sans remparts, ne pouvait se défendre avec les seules troupes du général. Il décide de quitter la ville et de laisser la population sans défense. Les Iceni et leurs alliés arrivent, pillent, détruisent et incendient. Les habitants sont massacrés ou noyés dans la Tamise. Le fleuve charrie des milliers de cadavres.

    Londinium et plus tard Verulanium (Saint-Albans), les deux plus grandes villes du sud de l'Angleterre, furent complètement détruites par Boudicca; tous leurs habitants périrent dans les flammes ou au cours des combats, pendus ou crucifiés. Maintenant, seuls les hommes de Paulinus étaient fidèles au poste.
    Paulinus comprend alors qu'il risquait d'être encerclé ou attaqué avant d'avoir pu s'organiser. Il dirige la XIVème Légion, avec les Vétérans de la XXème, des auxiliaires recrutés dans le voisinage, soit un total de 10.000 hommes. Il choisit un défilé des Midlands fermé par une forêt et ouvert sur la plaine.

    La bataille est donc proche, et Paulinus s'adresse à sa 14ème Légion :

    « Vous voyez ici plus de femmes que de guerriers !Incapables de combattre, sans armes, ils lâcheront pied dès qu'ils reconnaîtront le glaive et le courage de leurs conquérants, qui les ont si souvent mis en déroute ! »

    En face des légions romaines, 70.000 Bretons et Bretonnes conduits par la reine, juchée sur son char et ses deux filles.

    Dès l'arrivée des "Bretons", il les charge, sans leur laisser le temps de l'attaquer. Ces derniers avaient traîné leurs chars par la seule voie praticable, afin d'empêcher le général de fuir, mais lorsque les Romains chargèrent, très peu d'entre eux purent s'échapper. Ils sont quasiment tous tués.

    Avec cette défaite, la Reine Boadicée choisit de se suicider en s'empoisonnant (ou aurait été empoisonnée.)

    Par la suite, Néron envoie de Germanie 2000 légionnaires, huit cohortes et 1000 chevaux pour compléter la IX Légion Hispanique, massacrée auparavant par les Bretons. Pour se venger Paulinus va mettre par la suite la Bretagne à feu et à sang avant d’être remplacé. On dit que pendant ces 17 ans de guerre, 70000 Romains et 80000 Bretons furent tués.

    La révolte des Icéniens en 60 après JC, la plus grande rébellion à laquelle les Romains eurent à faire face dans les îles britanniques, fit de la Reine Boadicée un symbole de résistance et de courage.

    Une statue qui la représente brandissant une épée et conduisant un char de combat est érigée à Londres près du quai de Westminster.

    Parenthèse 2- Boadicée


    A lire: LA REINE CELTE, par Manda Scott, saga en 4 volumes que j'ai adorée.

     

    http://www.histoiredumonde.net/Boadicee.html
    http://www.questmachine.org/article/Boudicca,_reine_indomptable
    http://in-medias-res.over-blog.com/article-la-revolte-de-boadicee-72570407.html

     


     

    « BrunehildeLe Dauphin »

  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Mai 2014 à 15:40

    Bonjour Triskèle,

    Une nouvelle "aventure" passionnante ! merci pour cette découverte.

    très bonne journée

    bises

    2
    Mardi 20 Mai 2014 à 15:49

    Merci ma chère Artys, j'ai une grande admiration pour cette héroïne Celte, je me devais d'en parler.
    Bonne fin de journée à toi, bises.

    3
    Mercredi 21 Mai 2014 à 09:54

    hello Triskele; a chaque fois que je te lis, je decouvre des legendes superbes...

     qui me font voyager... tout comme tu le fais.... merçi  bises.."V".

    4
    Mercredi 21 Mai 2014 à 10:06

    Merci de ton commentaire Valéria, mais ici ce n'est pas une légende, mais la véritable histoire de cette femme courageuse et admirable. Qui est devenue légendaire! smile
    Très belle journée à toi aussi, bises.

    5
    Jeudi 22 Mai 2014 à 23:45

    Re..bonsoir ma chère Triskèle,

    Quel courage cette femme, et bien regrettable qu'elle n'ait pu vaincre ses adversaires belliqueux, car elle agissait de son plein droit et l'on ne peut que se rallier à sa cause! Oui elle est admirable, et reste un exemple de ténacité et de courage! Un très beau récit historique pour une grande Reine, que j'ai eu plaisir à découvrir, merci infiniment ma Douce Triskèle! 

    très belle soirée, de gros bisous tendresse

    6
    Vendredi 23 Mai 2014 à 06:58

    En effet ma petite Neige, une Reine, une femme, une mère, une guerrière se battant contre l'injustice, pour l'indépendance et la liberté de son peuple; c'est vrai, on vibre avec elle et on regrette qu'elle ait échoué.
    Passe une belle journée et merci de ta visite, grosses bises.

    7
    Samedi 24 Mai 2014 à 09:30

    J'aime tout particulièrement les femmes guerrier, encore que ... en chaque femme il y a une guerrière qui sommeille.

    Belle journée à toi

    8
    Samedi 24 Mai 2014 à 09:38

    Tu as raison Des Mots, la femme la plus douce  peut se transformer en terrible guerrière dès qu'on s'attaque à sa famille, ses amis, son clan...
    Merci de ta visite, passe un bon week-end, amitiés.

    9
    Lundi 26 Mai 2014 à 11:40

    Une femme, une vraie ... smile Bon début de semaine, Triskèle, et à bientôt pour de nouvelles légendes. Bises de Béa

    10
    Lundi 26 Mai 2014 à 12:06

    Oui une femme admirable! Bises ma chère Béa.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :