• Quetzalcoatl

    QUETZALCÓATL

    Le serpent à plumes des Aztèques

    De quetzalli (plume précieuse) et cóatl (serpent), Quetzalcóatl désigne le Serpent à plumes, l'une des principales divinités du panthéon de l'ancien Mexique. On en trouve des représentations dès la civilisation de Teotihuacán (IIIe-VIIIe s.) du plateau central. A cette époque, il semble que Quetzalcóatl ait été considéré comme un dieu de la végétation — divinité de la terre et de l'eau très étroitement liée avec le dieu de la pluie, Tlaloc.
    Quetzalcóatl était à la fois un dieu et un homme. Il est généralement représenté sous la forme d’un puissant serpent.

    En tant qu’homme, Quetzalcóatl s’est incarné sous la forme de Topiltzin, le souverain de Tollan. Topiltzin était un souverain sage et pacifique qui régnait sur la cité Toltèque de Tollan. Il a enseigné à son peuple à renoncer aux sacrifices humains.
    Chez les Aztèques, le serpent jouait un rôle important dans la vie religieuse. Cet animal symbolisait la fertilité, l’habilité, l’astuce et le savoir ésotérique.

    Mythes et symbolisme du serpent
    Pour les Aztèques, comme pour toutes les cultures amérindiennes, le serpent était associé au feu céleste et à la nature. Il incarnait la force physique.
    Il évoquait le pouvoir dispensateur de vie du Soleil et était lié à la pluie, la vie végétale et la sexualité.
    Le serpent représentait donc deux aspects d’une dualité, le feu et l’eau. Le serpent de feu était le xiuhcoatl et le serpent d’eau Quetzalcóatl.
    Dans les mythes de création, le ciel et la Terre ont été crées par Quetzalcóatl et Tezcatlipoca à partir de Tlaltecuhtli, au corps ophidien.
    Le serpent était également associé à la terre. L’ancien dieu chasseur Mixcoatl et la déesse de la Terre, Cihuacoatl, portaient des noms liés au serpent : Serpent de Nuages et Femme Serpent. Dans certains mythes, ce sont d’ailleurs les parents de Quetzalcóatl.
    Dans d’autres mythes amérindiens, la surface de la Terre était décrite comme une couche de serpents enchevêtrés d’où était née la vie.

    Les serpents sont présents un peu partout sur les temples. Cette grande gueule ouverte qui orne la plupart des temples représente souvent l’ouverture d’une chambre ou d’une grotte sacrée comme c’est le cas sous la pyramide du Soleil à Teotihuacán.

    Quetzalcóatl a apporté le maïs aux ancêtres des Aztèques. Au temps du premier couple, Oxomoco et Cipactonal, des fourmis ont caché les graines de maïs à l’intérieur d’une montagne. Quetzalcóatl s’est donc transformé en fourmi pour rapporter le précieux butin aux autres dieux. Ces derniers, après l’avoir goûté, ont décidé que c’était une nourriture idéale pour les hommes.
    C’était également un dieu de la Fertilité et du Vent.

    À la suite de l'émigration des tribus du Nord, de langue nahua, le culte de Quetzalcóatl subit des changements fondamentaux. La culture toltèque qui suivit (IXe-XIIe s.), et qui eut pour centre Tula, mit l'accent sur la guerre et sur les sacrifices humains liés à l'adoration des corps célestes. Quetzalcóatl devint ainsi le dieu de l'étoile du matin et du soir, et son temple était le cœur de la vie rituelle à Tula.
    À l'époque aztèque (XIVe-XVIe s.), on adora en Quetzalcóatl le chef des prêtres, l'inventeur du calendrier et du livre, le protecteur des orfèvres et des artisans ; il fut aussi identifié avec la planète Vénus. On disait qu'il était descendu, avec son compagnon Xolotl, dieu à tête de chien, au fond des enfers de Mictlán pour rassembler les ossements des morts. Ces os, il les oignait de son propre sang, donnant ainsi naissance aux hommes de l'actuel univers.

    Tout un ensemble de mythes décrit Quetzalcóatl comme le prêtre roi de Tula, capitale des Toltèques. Il n'offrit jamais de victimes humaines, mais seulement des serpents, des oiseaux et des papillons. Cependant, le dieu du ciel nocturne, Tezcatlipoca, le chassa de Tula par des pratiques de magie noire. Quetzalcóatl erra le long de la côte de « l'eau divine » (l'océan Atlantique), puis s'immola sur un bûcher pour renaître sous la forme de la planète Vénus. D'après une autre version, il se serait embarqué sur un radeau formé par des serpents et aurait disparu au-delà de l'horizon oriental.
    C’est ainsi que Topiltzin- Quetzalcóatl a quitté le Mexique pour se rendre à Tlapallan, d’où il était originaire.
    Il a cependant promis de revenir au Mexique et d’aborder au même endroit.

    Quand Cortès a accosté au Mexique en 1519, les Incas ont cru que leur dieu était de retour d’où l’absence de résistance face à cet envahisseur.

    Quetzalcoatl

      

    http://www.dinosoria.com/quetzalcoatl.html
    http://www.universalis.fr/encyclopedie/quetzalcoatl/

     

     

    « ExcaliburLe Roi Arthur »

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Mai 2015 à 07:14

    tu reprends tes vieux thèmes et tu as bien raison, cela permet de perpétuer ces légendes, qui, selon les grincheux, et autres  pisse-froid qui dorment sans rêver et ne verront jamais le rayon vert, ne seront que des histoires, alors qu'elles ont fondé notre monde !

    2
    Samedi 23 Mai 2015 à 08:44

    Bonjour Peache, j'adore ce que tu dis et je t'en remercie grandement. J'espère qu'un jour tu le verras le rayon vert, je l'ai vu récemment dans un film dont j'ai oublié le nom et j'ai alors compris de quoi tu parlais!

    En fait j'avais juste modifié légèrement cet ancien article parce que je travaille sur les légendes du maïs, et il n'aurait pas du être envoyé par la newsletter, je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Mais comme il n'avait pas eu de commentaire (comme d'ailleurs d'autres anciens articles que je ferai peut-être remonter un jour ou l'autre), je suis contente que tu sois venu y mettre ton appréciable grain de sel.smile

    Je te remercie encore et je te souhaite de voir le rayon vert, ne cesse pas de le guetter,  ça doit être une impression extraordinaire et tu mérites bien cet instant magique;  je te souhaite un très bon week-end, bises amicales.

     

    3
    Samedi 23 Mai 2015 à 10:29

    j'ai déjà vu le rayon vert, je rêve toutes les nuits..........

    4
    Samedi 23 Mai 2015 à 11:18

    Oh! Alors tu es un privilégié! Je comprends que tu rêves et que tu sois si près des étoiles, quelle chance!

    Et comme le dit Edgar Allan Poe: "ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis", toi et moi sommes de ceux-là, mais je ne verrai jamais le rayon vert qui n'existe que chez toi hélas!
    Mais j'ai la chance d'avoir des amis magiques et uniques qui m'emmènent vers d'autres contrées, derrière le voile entre les mondes. Bises Peache.

    5
    Dimanche 24 Mai 2015 à 03:55

    on peut le voir partout où le soleil  se couche! mais il faut le mériter, par l'aptitude au rêve  et la foi en  le Roi Cerf, les Ases et les Elfes ..........

    6
    Dimanche 24 Mai 2015 à 06:53

    Vraiment? Je croyais que c'était seulement dans les mers du sud. Alors j'ai fouiné un peu. Mais il faut que l'horizon soit lointain d'après ce que j'ai vu.

    Je pense que je le mérite parce que j'ai cette foi dont tu parles, mais je n'ai aucune vision sur le soleil couchant de chez moi. Peut-être un jour ...

    Un grand merci à toi Peache pour me faire rêver de bon matin, bon dimanche, bises.

    7
    Mathis Lw
    Samedi 29 Avril à 15:53
    Bonjour , je vous contacte car ya de cela quelques semaines j'ai rêvé du dieu Quetzacoatl. En effet j'étais dans un temple aztèque et devant moi y avait la sculpture du dieu . Ensuite j'ai entendu une cloche sonné deux fois de nul part . Une idée de ce que ça pourrait être ?
      • Samedi 29 Avril à 16:19

        Désolée, je ne sais vraiment pas. Peut-être une réminiscence de vie antérieure si vous y croyez? A vous de réfléchir.

        Merci de votre visite, bon week-end.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :