• MAÂT

     

    MAÂT

     

    MAÂT

     Fille de Rê (ou d'Atoum) et épouse de Thot, Maât est une divinité primordiale dans la mythologie égyptienne, elle permet l'équilibre du monde établi par le créateur. C'est Maât qui assure le bon déroulement des jours, des saisons, de la crue du Nil etc...  La loi de Mâat gouvernait l’Egypte, la loi de l’ordre et de la justice.

    La déesse Maât représente le monde structuré et l'ordre universel et cosmique. Maât est le contraire de tout ce qui est désorganisé ou sauvage, injuste ou destructeur. Pharaon devait maintenir la Maât ou la loi de Maât dans toute l'Égypte, c'est à dire qu'il devait maintenir l'ordre dans l'Etat égyptien et dans l'univers.

    Ainsi comme ses sujets, le pharaon obéissait à Maât et parfois les reliefs de temples le représentaient offrant aux dieux une petite statue à son effigie.

    Le premier devoir du pharaon est de faire respecter la loi de Maât, chaque matin, il fait une offrande à Maât pour montrer qu'il se conforme à sa règle.

    A partir de la XVIIIème dynastie, le couple royal est identifié à Rê et à Mâat, leur union est la garantie du juste et bon fonctionnement de l'univers.

    Maât incarne aussi la Justice, la Vérité, l'ordre, la paix. Là encore, il incombe au pharaon de faire respecter dans son gouvernement ces principes d'équité. Maât tient également une place primordiale dans le temple.

     Ses représentations et symboles

    Au niveau de ses représentations, contrairement aux autres Dieux, celles de Maât ne laissent place à aucune fantaisie. Ainsi Maât est-elle toujours anthropomorphe, sous les traits d'une femme et sa peau est ocre jaune. Car il est de règle en Égypte de représenter humainement, de personnifier en quelque sorte, les concepts.

    De même Maât ne prend jamais l'aspect d'une autre Déesse comme ce fut le cas de plusieurs autres divinités. Elle est souvent représentée accroupie, assise sur ses talons, ou plus souvent recroquevillée. Quelquefois la déesse Maât est représentée agenouillée étendant ses bras ailés dans un geste de protection. Atoum proclame qu'elle n'est autre que la fille vivante de Tefnout selon les textes des sarcophages

    Elle est coiffée avec une plume d’autruche droite sur sa tête (hiéroglyphe qui sert aussi à écrire son nom). Elle est vêtue de la longue robe moulante des Déesses et porte des bijoux. Elle tient la croix de vie ânkh sur ses genoux. Ses images sont présentes sur de nombreux sarcophages comme un symbole de protection pour l'âme des morts. Des représentations de Maât comme une Déesse sont enregistrées à partir du milieu de l’ancien empire: (2647-2150).
    Aucun animal ne lui était consacré. Sa couleur était l'ocre jaune, qui est la couleur de sa peau . Son élément était l'air.
    Aucune fête particulière ne lui était consacrée.

     Le culte de Maât

    Si le culte rendu à Maât fut plus que restreint, le respect qu'elle suscita fut en revanche sans bornes. Car la maât (la justice) fut toujours une pierre angulaire de l'équilibre social. Le respect des hommes entre eux, notamment, assurait en quelque sorte une part du salut. Un salut que Maât saura estimer lors du jugement final rendu par Osiris. Parler selon Maât" signifiait dire la vérité.

    Maât est également présente dans l'au-delà : elle est associée au jugement d'Osiris dans la pesée de l'âme. La plume posée sur le plateau de la balance qui sert à peser le cœur du défunt permet de déterminer si son âme est "conforme à Maât". La salle du jugement dernier est appelée "salle des deux Mâat" en référence à la dualité égyptienne et du fait que Mâat est à la fois la déesse de la sagesse et de la justice.

    Au jugement dernier le cœur parlait selon Maât et ne pouvait mentir. La mort venue, aucun défunt ne pouvait éviter l'épreuve du jugement dernier. Là, était calculé le poids du bon et du mauvais accumulés dans le cœur de chaque homme. Ainsi le défunt qui aura vécu avec justice et bonté sera-t-il assuré de voir son cœur comparé à Maât avec avantage pour lui.

    Maât joue un rôle essentiel dans le rituel de la pesée de l'âme, elle est représentée comme la plume qui sert de contrepoids dans la balance, le cœur du défunt doit être plus léger ou égal au poids de la plume Maât. Lors de la pesée de l'âme, Anubis met dans la balance le cœur du défunt, le contrepoids étant la fameuse plume de Maât. Si le poids du cœur est supérieur à celui de la plume de Maât, il sera dévoré, si le cœur est plus léger, le défunt pourra continuer ses épreuves divines pour accéder à la vie éternelle.

    Maât comme un principe fut créé pour répondre aux besoins complexes de l'état émergent Égyptien qui embrassa divers peuples ayant des intérêts contradictoires. L'élaboration de telles règles a cherché à éviter le chaos et Maât devint la base de la législation Égyptienne.  

     

     

     Sources: http://www.antikforever.com/Egypte/main_egypte.htm  - 
     http://www.guidegypte.com/dieux/maat.php  -
     http://jfbradu.free.fr/egypte/LA%20RELIGION/LES%20DIEUX/maat.php3?r1=5&r2=2&r3=0  

     

    « AthénaLe Lethé, les fleuves des Enfers »

  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Mai 2014 à 10:54

    Au vu du monde actuel, Maât a bien du mal à faire respecter ses valeurs.....

    2
    Mardi 13 Mai 2014 à 11:19

    En effet, la loi de Maât s'est perdue dans les méandres du temps, c'est pourquoi l'ordre de l'Univers est en péril. Tentons au moins de la mettre en œuvre individuellement, c'est tout ce que nous pouvons faire à notre petit niveau.
    Merci de ta visite Coyote, bonne journée.

    3
    Jeudi 17 Août à 10:22

    Bonjour

    retour du long weekend du 15 aout

    j'aime bien l'ordre, a peu pres l'ordre donc Maat me plait eh eh eh

      • Jeudi 17 Août à 11:39

        Bonjour petit Gaulois, la loi de Maât est la plus belle loi que les hommes aient pu édicter au cours des âges avec l'aide des Dieux. Droiture, justice, équité... Dommage qu'elle se soit perdue.

        Merci Philippe, j'espère que ta période de repos s'est avérée profitable, bises amicales.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :