• Eos, ou Aurore

    L'Aurore, par Joséphine Wall

    Eos, ou Aurore

      

    Éos, dans la mythologie grecque, appelée Aurora chez les romains est une des divinités primordiales du panthéon grec. Personnification de l’aurore, Éos est la fille de la Titanide Théia et du Titan Hypérion, et la sœur d’Hélios (le Soleil) et de Séléné (la Lune).

    Chaque matin cette déesse ouvrait les portes du jour de ses doigts de rose. Après avoir attelé les chevaux au char du soleil, Hélios, elle montait sur son char tiré par des chevaux ailés: Phaéton et Lampos (parfois elle chevauche Pégase), puis elle accompagnait le soleil sous le nom d’Héméra jusqu’au soir pour ensuite prendre le nom d’Hespéra. Elle terminait sa course dans l’Océan occidental.
    A son départ chaque matin, elle verse sur la Terre la rosée, contenue dans une urne; la rosée n’est rien d’autre que les larmes de la déesse, qui pleure son fils Memnon tué par Achille  pendant la guerre de Troie.
    Elle est aussi souvent assimilée, dans d’autres mythologies et sous d’autres noms, à Vénus en tant qu’étoile du matin et aussi à Vénus l’étoile du soir.

    Éos épouse Astraeos, le Vent du crépuscule.
    Cette union donne naissance aux Vents : Zéphyr, Borée, Notos et Euros, ainsi qu’à l'Etoile du Matin (Eôsphoros/Lucifer), ) et aux Astres.

    Sa légende est tout entière remplie de ses amours.

    Arès, le dieu de la Guerre, étant tombé sous le charme de le jeune et jolie déesse, provoque la jalousie d’Aphrodite. Pour se venger, celle-ci condamne la pauvre Eos à n’avoir que des amours malheureuses avec de nombreux mortels.
    Les plus célèbres sont celles qu’elle connaît avec Orion, Céphale et Tithon.

    Éos enlève le géant Orion, qui habituellement chasse aux côtés de la déesse Artémis et dont celle-ci est également amoureuse. Par accident ou par jalousie, ou par une tromperie de son frère Apollon, Artémis tue le chasseur d’une flèche, ou encore par la morsure d’un scorpion, les légendes à ce sujet sont nombreuses.

    Éos s'éprend d’un mortel nommé Tithon dont elle eut deux fils: Émathion qui devint roi d’Arabie et Memnon, roi d'Éthiopie dont la mort durant la guerre de Troie lui fut si difficile à supporter que ses larmes abondantes produisirent la rosée du matin.
    Mais tandis qu’Éos voyait sa jeunesse préservée, Tithon, lui, se mit à vieillir. C’est alors qu’Éos demanda à Zeus d’accorder l’immortalité à son amant. Malheureusement elle oublie de lui demander son éternelle jeunesse. Il avança en âge, devenant de plus en plus vieux et raide, sans pour autant pouvoir franchir les portes de la Mort, condamné malgré ses supplications à vivre cet éternel supplice.
    Selon une variante de la légende, Aurore finit par le transformer en sauterelle, mais une autre dit que les dieux le prirent en pitié et le transformèrent en cigale.

    Eos tombe amoureuse de Céphale, roi de Phocide, et l’enlève, mais celui-ci est insensible à ses charmes car il est amoureux de sa nouvelle épouse Procris. Dépitée, Eos tente de lui faire douter de la fidélité de son épouse pour les séparer, mais sans résultat. Hélas, un jour Céphale croyant tirer sur un animal caché dans un buisson tue Procris sa bien-aimée.
    Il sera chassé d’Athènes par l’Aréopage et finira par se donner la mort en se jetant dans la mer.

    Eos était représentée comme une belle jeune fille vêtue d'une robe de safran, ou d'un jaune pale, montée sur un char de vermeil aux reflets de feu. . De la main gauche elle tient un flambeau, et de l'autre elle répand une pluie de roses.
    Homère lui donne deux chevaux blancs, qu'il nomme Lampos et Phaéton, et la dépeint avec un grand voile sombre jeté en arrière, ouvrant de ses doigts de rose la barrière du jour avant le passage du char du soleil, Hélios son frère.
    D'autres poètes lui donnent un quadrige de chevaux blancs ou même Pégase pour monture.
    On peut la voir aussi avec des ailes et une robe couleur ocre.

    Parmi les œuvres mettant en scène cette déesse personnifiant les premières lueurs du jour,  l’Aurore de Guido Reni, figurant Éos tirant le char d’Hélios, ci-dessous:

     

    Sources Wikipédia - http://lesdieux.fr/dieu/eos.html
    http://www.mythologica.info/mythologie-grecque/eos-la-representation-de-laurore/
    http://remacle.org/bloodwolf/livres/letronne/mytho.htm

     

     

     

    « Le Noeud GordienLes Sorcières »

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Mars 2014 à 10:24

    De bien tristes amours pour une si belle jeune femme. Bon week end ensoleillé à toi aussi.

    2
    Samedi 29 Mars 2014 à 10:38

    Il ne faut pas faire de l'ombre à Aphrodite! Merci Fardoise, à bientôt.

    3
    Samedi 29 Mars 2014 à 13:12

    Merci pour le partage de cette légende, je devrai dire ces légendes, chacun de ses amours en est une. Bises de Béa

    4
    Samedi 29 Mars 2014 à 13:28

    C'est vrai, la pauvre Eos n'a pas été très heureuse, finalement Déesse ou pas elles nous ressemblent. Merci Béa, passe un beau week-end dans ton beau jardin, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :