• Sémiramis

    Sémiramis


    Sémiramis, tout le monde connait son nom mais peu savent qui elle était vraiment.
    Elle était une séductrice tout autant qu’une guerrière.

    Beaucoup se l’imaginent comme sur l’image ci-contre 

    Peut-être l’était-elle quelquefois, mais bien souvent elle ressemblait plus à cette image-ci:  Sémiramis

     

    Sémiramis est une reine légendaire de Babylone et de Ninive dont l'histoire nous est principalement rapportée par Ctésias de Cnide et Diodore de Sicile, l'une des femmes les plus célèbres de l'histoire, et en même temps celle dont le caractère historique est le plus difficile à établir.

    Sammuramat
    On pense que la légende de Sémiramis s'est développée à partir d'un personnage historique, la reine assyrienne Sammuramat, qui assura la régence de 810 à 806 av. J.-C. Elle est demeurée célèbre pour avoir ordonné une expédition contre les Mèdes ainsi que d'autres. C'est sans doute à cette reine qu'Hérodote fait allusion.
    Hérodote parle d'une reine, nommée Sémiramis, qui aurait vécu vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. En effet, les textes cunéiformes connaissent une reine du nom de Sammuramat, épouse du roi de Ninive, Adas-mirar (858-29), mais il est très douteux qu'une seule des légendes concernant Sémiramis puisse être attribuée à cette reine dont on ne connaît que le nom.
     Bérose mentionne une reine Sémiramis, vivant vers le milieu du XIVe siècle, et c'est sans doute à celle-ci que remontent les mythes relatifs à la grande reine.

    Légende
    Elle est la fille de Dercéto, une déesse mi-femme mi-poisson qui vivait dans un lac voisin d'Ascalon, et de Caÿstros, le fils présumé d'Achille et de Penthésilée, la reine des Amazones.  Après la naissance de Sémiramis, Dercéto assassine Caÿstros et se réfugie au fond de son lac en abandonnant sa fille.

    Elle est alors élevée par des colombes qui volent aux agriculteurs et aux bergers de la région le lait et le fromage indispensables à sa nourriture. Découverte par les bergers intrigués par ce manège, elle est recueillie par leur chef Simas qui lui donne le nom de Sémiramis (qui vient des colombes en langue syrienne).

    Devenue jeune fille, remarquée de tous pour sa beauté, elle est épousée par Onnès, qui gouvernait la Syrie pour Ninus, roi de l'empire ninivite dont elle a deux fils. Elle conseille son mari de façon si habile qu'il réussit dans la totalité de ses entreprises.
    Onnès l'emmena avec lui dans une expédition contre la Bactriane au cours de laquelle elle manifesta une bravoure et un sens stratégique qui la firent remarquer du roi Ninus lui-même. Intrépide, véritable amazone, Sémiramis ne se contenta pas de braver les dangers du voyage, elle alla bien plus loin et s’empara, par ruse,  de la citadelle de Bactres et de ses trésors.

    Dès qu’il la vit, Ninus en tomba fou amoureux et se débarrassa, fort peu civilement, du mari encombrant, en le contraignant au suicide. Le roi épousa alors la belle sans difficulté et l‘associa au trône. Ils auront un fils, Ninyas.

    Peu de temps après, Ninus meurt et Sémiramis lui succède pour un règne de 42 ans. À la mort de son mari, elle lui fait ériger un tombeau d'une hauteur de 1 620 mètres. Sémiramis resta seule maîtresse de son immense empire qu'elle ne cessa d'agrandir encore et d'organiser. Mais la belle Sémiramis, déjà deux fois veuve, et ravie de l’être, va s’occuper de son royaume, de ses armées, qu’elle dirigeait volontiers, et aussi des beaux soldats qui finissaient invariablement leur nuit d’amour avec la souveraine… la gorge tranchée !

    Au sommet de sa gloire, elle est, selon la légende, la fondatrice d'une nouvelle cité qui frappe par son ampleur et ses dimensions : Babylone. Elle y aménage, dans le palais d'occident, les fameux « jardins suspendus » dont Diodore nous livre une fabuleuse description.
    Elle détourne l'Euphrate et entoure la future cité de 70 km de remparts. Tour à tour architecte et urbaniste, elle édifie une muraille extraordinaire, des ponts, des aqueducs même !
    Elle conçoit un réseau de palais qui lui permet de se rendre de l'un à l'autre sans franchir le fleuve. Nous savons néanmoins que ces constructions, ainsi que celles des digues et des temples, ont pour auteurs des monarques d'un caractère historique.
    D'autres cités encore, telles qu'Ecbatane en Médie, Sémiramocarta sur le lac de Van, Tarse en Cilicie, lui durent leur existence. Elle ouvrit partout des routes, irrigua les terres stériles.

    Sémiramis voyait grand ! Aussi, une fois les temples dotés de coupes pesant trois mille kilos d’or, les palais construits, les canaux et les ponts installés, la souveraine, qui avait, sans doute, la nostalgie de ses jeunes années repartit conquérir de nouveaux territoires. À la tête d’armées gigantesques, la fougueuse reine Sémiramis multiplie les hauts faits. Reine guerrière, elle s'empare dit-on de l'Arménie, la Médie,  de l'Égypte et l'Éthiopie, et tenta de s’emparer de l’Inde; mais elle fut arrêtée et vaincue sur l'Indus par les éléphants du roi Stratobatès.
    Pour la première fois, le destin ne souriait pas à la reine, qui dut rebrousser chemin.

    Sa fin est entourée d’un profond mystère.

    Voyant dans sa défaite un signe sans équivoque des dieux,  elle consulte l'oracle d'Ammon qui lui affirme qu'elle serait enlevée du nombre des vivants quand son fils Ninyas conspirerait contre elle. De retour après son expédition en Inde, elle apprend que son fils conspire avec les eunuques du palais. Fatiguée, elle lui remet alors le pouvoir et disparaît.

    La légende prétend qu'elle s’enferma dans sa chambre et, alors qu’une envolée de pigeons passait par là, Sémiramis les rejoignit, elle-même transformée en oiseau et emportée au ciel afin d'y être divinisée.

    Sémiramis est devenue le type même de la femme belle et puissante, guerrière et conquérante, reine séductrice et dominatrice fondant et administrant des villes et conquérant des empires lointains.

     

     

    Sources: Wikipédia et http://www.cosmovisions.com/Semiramis.htm
    http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=102&Itemid=37

     

    « Le Ciel des GizigaNewgrange »

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Août 2014 à 09:24

    quelques uns attribuent les fabuleux jardins de Babylone à Nabuchodonosor... Personne en fait ne peut affirmer qui les a créés. Pour ma part, je préfère les attribuer à Sémiramis, qui me fait bien plus rêver que  le roi ...

    2
    Samedi 23 Août 2014 à 09:54

    ...élevée par des colombes ... 

    Encore une manne de choses apprises ce matin !

    3
    Samedi 23 Août 2014 à 10:05

    Bonjour à vous deux et merci de votre présence.
    Peache je comprends bien que Sémiramis te fasse plus rêver que Nabuchodonosor!
    Coyote tant mieux si tu apprends des choses ici, vu que je vais souvent sourire chez toi, c'est un échange de bons procédés. smile
    Je vous souhaite une très belle journée ensoleillée et un non moins beau week-end, bises.

    4
    monica breiz
    Samedi 23 Août 2014 à 19:47
    monica breiz
    Merci pour ce récit un peu oubliée et pourtant des splendides jardins
    bon veek end
    5
    Samedi 23 Août 2014 à 20:00

    Babylone était une merveille, dont les jardins suspendus figuraient parmi les 7 merveilles du monde antique, mais nul ne sait vraiment qui l'a construite.
    Merci de ta visite Monica, bon week-end, bises.

    6
    Dimanche 24 Août 2014 à 09:07

    Bonjour Triskèle !

    Les légendes trouvent toujours leurs sources dans le réel et l'histoire...de faits Sémiramis représente surement une symbiose de nombreuses reines (Je pense à Cléopatre entre autres ) empreinte à la fois de grand coeur et d'une volonté farouche de créer quelques choses !

    A bientôt !

    Stéphane ^^

    7
    Dimanche 24 Août 2014 à 09:22

    Bonjour Stéphane, tu as parfaitement raison, les légendes se nourrissent de faits historiques et quand une femme se démarque des autres femmes de son époque, on brode encore plus autour d'elle.
    Merci de ton passage, bon dimanche, amitiés.

    8
    Dimanche 24 Août 2014 à 10:40

    Une figure de femme comme l'histoire nous en rapporte trop peu, c'est dire comme elle a du marquer les mémoires. Celle dont le nom reste lié aux jardins suspendus de Babylone ne cesse de faire rêver... La Mésopotamie et l'Egypte anciennes nous en ont livré plusieurs de ces noms de femmes qui ne cessent de faire travailler notre imaginaire. Bon dimanche Triskèle

    9
    Dimanche 24 Août 2014 à 10:59

    En effet, combien ces femmes hors du commun ont-elles marqué les esprits pour que leur histoire, même embellie, parvienne jusqu'à nous au-delà des siècles! Chapeau bas!
    Bon dimanche à toi aussi Fardoise.

    10
    Lundi 25 Août 2014 à 10:41

    Quelle femme ! ... Bien qu'élevée par des colombes, sa vie n'a pas été faîte que de paix et de sérénité, loin de là ! ... smile Je ne connaissais pas du tout cette légende ni même le nom de cette reine, merci Triskèle et bonne semaine à toi. (qui commence sous la pluie après un dimanche très agréable) Bises de Béa

    11
    Lundi 25 Août 2014 à 11:09

    En effet Béa, début et fin de vie parmi les colombes, mais entre les deux que d'aventures!
    Belle semaine à toi aussi, chez nous c'est mitigé, et merci de ta visite, bises.

    12
    Mardi 26 Août 2014 à 22:40

    Bonsoir Triskèle

    Je ne connais pas grand chose dans la mythologie, c'est une bien belle Légende

    que tu nous raconte.

    Merci pour le commentaire

    bonne soirée

    Lucienne

    13
    Mercredi 27 Août 2014 à 09:51

    Merci de ta visite Lucette, bonne journée, amitiés.

    14
    Mercredi 27 Août 2014 à 09:59

    Mais je reviendrai chez toi

    Me permets tu de prendre tes légendes sur ma page

    merci d'avance de ta réponse pas grave si c'est non

    il me faudrait ton lien que je puisse te mettre avec les autres

    bonne journée

    lucienne

    15
    Mercredi 27 Août 2014 à 10:22

    Je te réponds en MP Lucienne, à tout de suite.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :