• Oghma

    Oghma

    Oghma

    Je l’aime  parce qu’il a créé les oghams, et j’aime les oghams, ne me demandez pas pourquoi!

    Ogmios dans la mythologie celtique gauloise
    Ogme ou Oghma dans la mythologie celtique irlandaise
    Le Dieu lieur de la tradition celtique.

    Ogmios est un dieu de la mythologie celtique gauloise que l'on retrouve dans la mythologie celtique irlandaise sous le nom d'Ogme ou Oghma. C'est un champion à la grande force physique, représentant typique de la fonction guerrière indo-européenne. Oghma est le Dieu de l'éloquence. Il terrasse ses ennemis par la parole. Dieu magicien, gardien du feu, frère du Dis Pater, il est en Irlande, au pays de Galles et en Cornouaille le maître des écritures sacrées (les oghams).

    La divinité gauloise Ogmios est décrite, par une rare exception et avec une précision remarquable, par un auteur grec du IIe siècle, Lucien de Samosate : " Dans leur langue maternelle, les Celtes appellent Héraklès « Ogmios » et ils le représentent sous une forme singulière. C'est un vieillard très avancé dont le devant de la tête est chauve ; les cheveux qui lui restent sont tout à fait blancs et lui retombent dans le dos;  la peau de son visage est noircie jusqu'à être tannée comme celles des vieux marins ; on pourrait le prendre pour un Charon ou un Japhet des demeures souterraines du Tartare, pour tout enfin plutôt qu'Héraklès; il porte suspendue la peau de lion et il tient dans sa main droite la massue ; le carquois est fixé à ses épaules, la main gauche présente un arc tendu : ce sont tous les détails d'Héraklès [...]". Enfin il retient, par des chaînes d'or fixées aux oreilles, une multitude d’hommes qui le suivent volontiers.

    Georges Dumézil reconnaît dans Ogmios l'équivalent celtique des dieux-lieurs que sont le dieu scandinave Odin ou le dieu indien Varuna. Cette description, selon lui, interdit la réduction de son personnage à la seule fonction guerrière. La partie la plus archaïque de son personnage se traduit par son aspect nocturne.

    Il est généralement admis que le dieu gaulois Ogmios est l’équivalent du dieu irlandais Oghma. Ogmios a laissé peu de traces en Gaule et c’est donc en Irlande qu’il faut tenter de retrouver, dans le personnage d’Oghma, la trace du mythe concernant cette divinité. Pour expliquer le nom d’Ogmios, on a d’abord tenté de chercher une explication d’origine grecque, mais l’on pense à présent qu’Ogmios serait un composé de « og » (=pointu), évoquant le stylet qui grave l’écriture ou la lame acérée, Ogmios étant à la fois le dieu de l’éloquence (verbale et écrite) et un dieu guerrier. Ogmios est représenté sous l’aspect d’un vieillard qui, avec la force de sa faconde, subjugue tous ceux qui l’écoutent. Ogmios est notamment représenté sur des monnaies armoricaines.

    Dans la hiérarchie du panthéon irlandais, Ogme se place en troisième position derrière Lug, le dieu polytechnicien suprême, et le Dagda, le dieu-druide, dont il est le frère et le complément. Il est au même rang que Nuada et fait donc partie des Tuatha Dé Danann (les Gens de la déesse Dana) et relève de la deuxième classe guerrière dont la fonction est de diriger les héros et les guerriers. Ce frère du Dagda assume le rôle du Ciel nocturne.

    Oghma est, le “dieu lieur”, celui qui “lie” son auditoire par son verbe, celui qui “lie” les auditeurs à l’orateur. “Sa maîtrise de la magie fait aussi d’Oghma le dieu de l’éloquence, car la Parole est l’action en mode magique; nommer une chose revient à la créer, et ce qui n’a pas de nom n’existe pas. (le pouvoir créateur du Verbe) . C’est une divinité souveraine, terrible, dont la magie lie quiconque lui est confronté. A l’exemple du dieu védique Varuna, il paralyse magiquement ses victimes. Oghma incarne le lien qui unit le monde divin au monde humain. Par conséquent, l'éloquence et la poésie entrent également dans ses attributions. On le représente alors comme un vieillard dont la bouche, d’où jaillissent l’or et l’ambre précieux, fascine la foule. On le montre aussi muni d’une langue reliée aux oreilles des hommes par une chaîne qui symbolise son rôle de rassembleur et de civilisateur.

     

    Le Maître des Oghams.

    OghmaIl est le « père » de l'écriture oghamique, l’alphabet des druides, tout comme Odin qui a enfanté les runes. Magicien du verbe, Oghma l’est aussi par l’écriture et passe pour être l’inventeur de l’écriture oghamique dont l’emploi est largement magique et à double sens;  les oghams étant rattachés à une symbolique des arbres, chaque lettre se voit attribuer un arbre et porte ainsi ses vertus ésotériques. Il consiste en séries de traits horizontaux ou obliques gravés sur l’arête d’une pierre dressée ou d’un pilier de bois. Les inscriptions sont toujours des dédicaces ou des éloges funèbres. On ne trouve des spécimens de cette écriture oghamique qu’en Irlande et dans l’ouest de la Grande-Bretagne, en Ecosse et au Pays de Galles. Il n’y a aucun exemple sur le continent. Cette écriture relevait vraisemblablement du domaine sacerdotal druidique, le druide en faisant usage pour des incantations.

    Les oghams sont un alphabet de vingt signes qui correspondent aux consonnes de l’alphabet latin. Il est transcrit à l’aide d’encoches linéaires dont le nombre varie de 1 à 5, et qui sont disposées de quatre manières différentes, perpendiculaires ou obliques par rapport à une ligne médiane. Dans un deuxième temps, cinq lettres supplémentaires (les voyelles) ont été ajoutées. Sur une stèle, la lecture se fait de bas en haut, en partant de la gauche, puis en redescendant, si le texte comporte plusieurs lignes. Ajoutons que chaque lettre a également une valeur numérique.

    OghmaLes Oghams sont aussi utilisés pour la divination. Dans ce cas ils sont gravés sur des petites baguettes de bois, dans l’essence de l’arbre correspondant.

    Dans l’ordre des fonctions divines, Oghma ne joue pas un rôle de premier plan dans les récits mythologiques irlandais. Il l’abandonne au profit du Dagda à qui ses pouvoirs sont transférés.  Oghma a été tué par Indech le Fomorian à la bataille de Magh Tuiredh. Oghma par sa lignée est Fomorian mais il s'allie avec les Tuatha Dé Danann.

     

     Ici nous voyons des Oghams autour d'un crop-circle:

     

    Mais oui, mais oui, ce sont des Oghams!!!
    Signification:

     Saile
    indique les cycles, les rythmes, les changements de valeurs, l’apprentissage par répétition cyclique.
    Eadha
    indique la capacité de supporter et de conquérir, la nécessité d’être positif.
    Ruis
    indique la fin du début et le début de la fin, l’expérience des cycles, le renouveau.
    Idho
    indique la renaissance, le lâcher-prise de ce qui est obsolète, l’acceptation du changement.
    Ailm: la croix du côté presque plein du sablier:
    indique une vision claire du passé et du futur.

     

     

     

     

     

    Sources: Wikipédia ethttp://lagrangeducherchant.over-blog.com/article-oghma-ogmios-le-dieu-lieur-de-la-tradition-celtique-40863199.html 

     

     

     

     

    « Les MégalithesL'Homme Vert »

  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Novembre 2013 à 17:20

    Je vais prévoir de venir plus souvent ... J'ai encore beaucoup aimé tes derniers articles, très intéressants.  Bizz de Béa

    2
    Lundi 25 Novembre 2013 à 17:53

    Merci Béa, passe une bonne soirée, bises aussi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :