• Thétis et Pélée


    Thétis suppliant Zeus

    Thétis et Pélée

    Dans la mythologie grecque, Thétis est une Néréide (nymphe marine), fille de Nérée et de Doris (une Océanide). Elle ne doit pas être confondue avec sa grand-mère Téthys, une divinité marine primordiale.

    Comme toutes les divinités de la mer elle avait la possibilité de changer de forme à volonté.

    La Nymphe marine à la belle chevelure fut élevée par Héra elle-même et rendit de nombreux services aux dieux. • C'est ainsi qu'elle s'occupa d'Héphaïstos lorsque sa mère le jeta de l'Olympe . • C'est elle aussi qui alla chercher Briarée au Tartare pour délivrer Zeus attaché par les autres Olympiens. • Dionysos lui offrit un vase d'or pour l'avoir recueilli quand il était pourchassé par Lycurgue. • Thétis et les Néréides accompagneront Pélée, Jason et les Argonautes qui avaient embarqué sur l'Argo.

    En plus de sa gentillesse, Thétis aux pieds d'argent était aussi fort jolie et on comprend pourquoi Zeus et Poséidon voulurent l'épouser; mais Thémis prédit que le fils qui naîtrait de Thétis serait plus grand et plus fort que son père.

    Pour d'éviter d'être détrônés, les dieux décidèrent alors de marier Thétis au mortel Pélée, roi de Phtie en Thessalie, afin que leur enfant soit supérieur à son père mais inférieur aux immortels.

    Thétis se refusa à cette union, sans doute peu heureuse d'épouser un simple mortel vieillissant alors qu'elle avait comme soupirants les plus grands et les plus beaux dieux de l'Olympe. 

    Pélée se mit à sa poursuite et il réussit à la rejoindre dans une grotte de la côte de Magnésie. Et comme elle changeait continuellement de forme (lion, serpent, feu, seiche, arbre, eau ...) grâce aux conseils du centaure Chiron, il l'enserra dans ses bras, jusqu'à ce que, épuisée, elle reprenne sa forme originelle, et accepte de l’épouser.

    Mariée ensuite contre son gré à Pélée, elle déclare dans l’Iliade:

    « Seule entre les déesses de la mer, Zeus m'a soumise
    À un mortel, l'Éacide Pélée, et fait entrer
    Malgré moi, au lit d'un mortel, qui traîne en son palais
    Une vieillesse amère. »


    Mariage de Thétis et Pélée 1873 par Burne Jones

    © Birmingham Museums & Art Gallery

    La cérémonie des noces eut lieu sur le mont Pélion, les dieux assistèrent au mariage et apportèrent de nombreux présents, en particulier une armure invincible et deux chevaux immortels, Balios et Xanthos, qui servirent par la suite à Achille.

    Eris (la Discorde), qu'on avait négligé d'inviter, y apparut tout à coup et jeta la fameuse pomme d'or, avec l'inscription: "A la plus belle! " qui devait indirectement provoquer la guerre de Troie.

    De cette union naquit Achille.

    On dit que le couple eu sept enfants et Thétis voulut les débarrasser de leur essence mortelle en les plongeant dans le feu. Mais l'opération échoua pour six premiers d'entre eux qui ne résistèrent pas à ce traitement.

    Apollodore raconte comment elle enduisait le corps de ses enfants d'ambroisie et puis le présentait à la flamme pour brûler son essence mortelle.

    Mais quand le tour d’Achille fut venu, elle fut interrompue par Pélée horrifié qui retira prestement l‘enfant du feu. Toutefois il eut les lèvres et l'os du petit doigt de pied brûlés. C'est pour cette raison qu'il porte parfois le surnom de Pyrisous (sauvé du feu).

    Dans la légende la plus connue, elle rendit Achille presque invulnérable en le plongeant dans le Styx, exception faite du talon par lequel elle tenait le bébé.


    Thétis plonge Achille dans les eaux du Styx. par Thomas BANKS (1790)

    Plus tard, elle le cacha à la cour de Lycomède, roi de Skyros pour éviter qu'il participe à la guerre de Troie qui lui serait fatale. Quand sa participation à la guerre fut inévitable, elle lui interdit de débarquer le premier sur les rivages troyens. Pour lui éviter des coups mortels elle lui offrit une armure forgée spécialement par Héphaïstos. Mais tous ces moyens demeurèrent vains et le destin de son fils s’accomplit.

    Thétis avait quelques temples dans lesquels elle était vénérée comme à Sparte ou à Messine ainsi qu'en Thessalie.

    Devenu vieux, Pélée, qui fut un des rares mortels à avoir entendu le chant des Muses, fut transporté par Thétis chez les Néréides et devint une divinité, d'après Euripide dans son Andromaque.

     

     

    Sources: Wikipédia et http://mythologica.fr/grec/pelee.htm

     

    « Supplique du vieux jardinierLe pays magique du ver à soie »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 10:13

    Je ne me souvenais plus de l'épisode de la pomme d'or !

    2
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 10:26

    Mémoire, mémoire! Tiens si ça peut t'aider j'en parle ici:

    http://triskele.eklablog.com/aphrodite-a101248073

    Merci de ton passage mon cher Coyote, je te souhaite plein de bonne choses, bises.

    3
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 10:39

    Merci pour le mot laissé sur mon livre d'or !

    4
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 10:40

    Je t'en prie, tu vois que je m'inquiète pour toi! smile

    5
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 20:21

    je ne connaissais pas cette histoire, j'en apprend toujours un peu sur ton blog très intéressant

    merci pour ton commentaire, mais artiste c'est peu être beaucoup, j'ai toujours aimé le bois

    bonne soirée

    bises

    6
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 22:54

    Amour, envie, jalousie, violence . les Dieux sont bien humains..

    7
    Vendredi 21 Novembre 2014 à 06:35

    Bonjour Ulysse, oh si tu as du talent! Tu peux me croire, je suis difficile.

    Bonjour Peache, nous avons fait les dieux à notre image!

    Je vous souhaite à tous deux un excellent week-end et merci de votre visite,  grosses bises.

    8
    Vendredi 21 Novembre 2014 à 11:40

    Wouah ! Plonger ses enfants dans le feu ! C'est terrible ... Une union contre nature avec un mortel, et voilà le résultat wink2 ... Merci pour ce récit, je ne connaissais pas, ou je ne m'en souviens plus. Bises Triskèle et à bientôt. 

    9
    Vendredi 21 Novembre 2014 à 12:00

    Eh oui, leurs méthodes nous sont difficilement compréhensibles!
    Merci chère Béa, passe un beau week-end, bises.

    10
    Dimanche 23 Novembre 2014 à 04:38

    Tout est là, dans la psyché humaine... cette bataill

    11
    Dimanche 23 Novembre 2014 à 06:31

    Le désir et la frustration! On veut quelque chose, mais on doit se contenter de ce que l'on a.
    Merci de ta visite Des Mots, belle journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :