• La Pierre de la Fée

    La Pierre de la Fée

    Le Dolmen de la Pierre de la Fée 
    (Draguignan, Var, France)

     

    La pierre de la fée ( péiro de la fado ) : le dolmen de Draguignan

    Situé sur la route de Montferrat, le dolmen de la Pierre de la Fée, classé "monument historique", est une sépulture collective datant de la fin du néolithique (2500/2000 avant J-C.).

    Ce dolmen est le plus important mégalithe de Provence.
     Il est constitué par trois dalles verticales de 2,20 à 2,40 mètres de haut, soutenant une table de plus de 5 mètres de longueur pour un poids total avoisinant les 60 tonnes. Une dalle de soutien supplémentaire existait au siècle dernier et encore en 1996. Les dalles en place sont en calcaire local. Par ses dimensions imposantes, il est considéré comme l'un des plus beaux spécimens connus.
    Un chêne, un micocoulier et un if lui servent d'ombrage. Les dalles qui subsistent, supportent une "table supérieure" pesant plus de 20 tonnes. 

    Le mégalithe est cité par Jehan de Nostredame, frère de Michel de Nostredame (Nostradamus) dans sa légende de saint Hermentaire (1540) et par Frédéric Mistral dans Calendal (1886).

    Le dolmen doit son nom à trois légendes de fées:
    D’après le poète Raymond Féraud, la légende de la fée Esterelle en fait un lieu de fécondité, elle donnait rendez-vous aux femmes désireuses d'enfants sous cette pierre pour leur donner des remèdes de fertilité.

    Le Docteur Cavalier écrit qu'à Fréjus vivait le comte Armand, père de Rosilde qui fut séduite par l'un des ses pages, Vilfrid. Tous deux s'enfuirent à Draguignan où ils passèrent la nuit par un orage épouvantable. Une fée, émue par la détresse du couple, d'un coup de baguette construisit le dolmen pour les abriter.

    Mais la plus usitée est celle contée par l'archéologue François Perrot :

    LA LEGENDE:

    « Il était une fois une fée qui aimait à se déguiser en bergère. Ainsi travestie, elle s'en allait, sous les bosquets d'orangers et de grenadiers, et jouait de la mandoline.
    La fausse bergère, grâce à sa beauté et, peut-être, à quelque mélodie magique, parvint à inspirer une grande passion à un jeune génie du voisinage qui finit par lui demander sa main.
    La fée consentit à la lui accorder, s'il acceptait, de son côté, que le mariage fût célébré sur une table formée de trois pierres dont elle lui fit un portrait minutieux.
    Le jeune homme reconnut dans la description de sa bien-aimée les pierres qui, depuis dix siècles avaient dévalé la montagne de Fréjus pour s'entasser au bas de la gorge voisine. Réunissant toutes ses forces physiques et surnaturelles, il parvint à dresser les deux premières pierres, mais fut incapable de déplacer la troisième. Accablé, il crut avoir perdu la main de la bergère.
    Mais la fée, à qui il n'était pas indifférent le prit de pitié. La nuit suivante, elle s'approcha de la pierre récalcitrante et traça autour d'elle un cercle magique. Sur le champ, une immense flamme s'éleva et la lourde dalle fut transportée sur les deux autres.
    A l'aube, la bergère magicienne surveilla son amant pour partager sa joie au moment où il découvrait le prodige. Mais le jeune homme comprit seulement qu'il était un bien modeste génie et qu'il était condamné à mourir parce qu'il aimait une fée plus habile que lui. Il mourut donc, bientôt suivi par la fée folle de désespoir. »

    Beau mais triste non?

     

    http://www.transenprovence.org/article-17642771.html

     

     

    « ThotMélusine »

  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Novembre 2013 à 15:31

    Triste, oui. Mais les légendes représentent souvent un enseignement, à méditer.

    Impressionnant le dolmen !

    2
    Samedi 16 Novembre 2013 à 15:40

    C'est vrai qu'il y a un enseignement à en tirer, et que ce dolmen en impose, j'y suis allée il y a peu de temps et j'ai eu bien du mal à le quitter, on y ressent un sentiment indéfinissable!

    3
    Samedi 16 Novembre 2013 à 18:16

    L'occasion de partager une découverte lors de mon escapade à travers la France. Ce dolmen se trouve dans les Pyrénées, sur une petite route entre le 66 (Pyrénées-Orientales) et le 11 (Aude). Il se nomme "dolmen Trolille".

    un dolmen

    4
    Samedi 16 Novembre 2013 à 18:24

    Merci, j'aime les menhirs, les dolmens, les tumulus, toutes ces vieilles pierres chargées d'une si ancienne et si mystérieuse histoire...

    5
    Dimanche 24 Novembre 2013 à 12:02

    Nous aussi nous avons la Pierre au fées, commune de Reignier et le Mt Salève est très énergétique, des vortex qui relis d'autres endroits par exemple nos lacs de montagne.
    Ma région la Haute Savoie je suis à la fontière Suisse Genève.

    6
    Dimanche 24 Novembre 2013 à 12:49

    Il y en a partout, partout partout, et tant mieux! Les fées étaient nombreuses en ce temps-là!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :