• Le sanctuaire de Delphes

     

     

    Le sanctuaire de Delphes

    Depuis l’aube des temps se trouve à Delphes un sanctuaire consacré autrefois à la déesse Terre, mère de l’Univers, Gê. Son fils Python, un serpent, vivait à Delphes : c’était le gardien des lieux. Le dieu Apollon, peu après sa naissance à Délos, tua Python à coups de flèches. Il dut s’exiler pendant huit ans pour expier son crime et se purifier, selon la loi de Zeus. A son retour il remplaça Python.

    Le sanctuaire panhellénique de Delphes, en Phocide, a eu un prodigieux rayonnement dans le monde antique, comme en témoignent les monuments qu'y accumulèrent les habitants du monde grec. Il dut ce prestige au site grandiose qui l'abritait, à la présence de l'oracle et aux compétitions sportives qui s'y déroulèrent.

    Le temple d'Apollon à Dephes en Grèce est au cœur de multiples légendes entre dieux, déesses et héros mythologiques. Dans les épopées d'Homère, Delphes était le centre du monde. C'était un oracle relié directement aux dieux.
     Au culte d’Apollon s’ajoutent ceux de Dionysos ( d’où la présence d’un théâtre dans le sanctuaire) et d’Athéna ( voir le temple rond, la tholos, d’Athéna Pronaïa).

    Les ruines visibles aujourd’hui sont celles qui demeurent du temple édifié au milieu du IVe siècle av. J.­C. Deux autres constructions l’avaient précédé : la première a été incendiée en 548 av. J.­C., la seconde, détruite en 373 av. J.­C. par un tremblement de terre.

    Un site grandiose
    Encore aujourd'hui les Phédriades, gigantesques roches verticales sur les pentes sud du Parnasse, provoquent l'admiration et la crainte du visiteur. C'est sur ce site à la physionomie si impressionnante qu'a été fondé le plus grand centre religieux de la Grèce antique : les différents bâtiments s'étageaient le long de ces roches, formant une sorte de circuit que le voyageur empruntait pour se rendre jusqu'au sein des seins du sanctuaire : le temple de Delphes où se trouvait l'oracle. Tout en haut se trouvaient le théâtre et le stade, lieux de compétitions sportives et lyriques.

    LA PYTHIE
    Le dieu donnait ses oracles ambigus par l'intermédiaire d'une prêtresse (prophétesse) connue sous le nom de Pythie (Pythonisse) assise sur un trépied d’or recouvert par la peau du serpent Python.
    C’est la prêtresse du sanctuaire. Elle doit mener une vie irréprochable. Elle est chargée d’apporter aux pèlerins la réponse du dieu Apollon à leurs questions.
    « La Pythie, après avoir accompli des rites destinés à la mettre dans une disposition favorable pour recevoir le dieu, (elle mâche des feuilles de laurier, arbre d’Apollon) rend des oracles en vers ou en prose, et le dieu dit « je » par sa bouche ». Le sanctuaire était situé sur une crevasse d'où émanaient des vapeurs froides provoquant un état de transe. La Pythie s'asseyait sur un trépied d'or au-dessus du gouffre et inhalait les vapeurs pour prononcer des paroles énigmatiques recueillies par un prêtre et interprétées comme les révélations d'Apollon.
    Les pèlerins attendent dans une salle voisine. Ce sont les prêtres qui transmettent les questions à la Pythie. Elle entre en transes et les prêtres interprètent ses gestes et les sons qu’elle produits sous l’influence du dieu.

    L’ORACLE
    L'Oracle de Delphes, était le haut lieu de la prophétie, que l'on désignait comme "l'ombilic de la terre".
    Les consultants des oracles ou les arrêts d'Apollon venaient de toute la Grèce, de l'Europe et de l'Asie. L'oracle de Delphes, qui permettait d’interroger le dieu Apollon, était l’un des plus célèbres de l’Antiquité. Il a été consulté jusqu'au IIème siècle av. J.-C.
    La consultation de l’oracle de Delphes se déroulait selon un rituel précis et scrupuleusement respecté. Seuls les hommes pouvaient consulter le dieu individuellement ou collectivement (pour une cité, par exemple).
    Par ailleurs, on ne pouvait consulter la Pythie qu'un jour par mois. A l’origine, la consultation de l'oracle était annuelle et avait lieu le jour de la fête d'Apollon.
    Elle se déroulait ensuite le sept de chaque mois pendant les neuf mois où le dieu était censé occuper le site : ce jour était appelé polyphthoos ("jour des multiples questions").

    Selon les témoignages d’auteurs antiques dont Plutarque, la Pythie était cachée par un voile et l'on n'entendait que sa voix.

     

    http://www.ac-orleans-tours.fr/hist-geo-grece/delphes/oracle.htm
    http://www.gralon.net/articles/art-et-culture/litterature/article-l-oracle-de-delphes---presentation-et-origines

     

     

     

    « La ChouetteGaïa »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :