• Tir Na Nög

    Tir Na Nög

    Tir Na Nög  

     

    Tír Na Nög, désigne en gaélique « la Terre de l'éternelle jeunesse », l'un des plus connus des « autres mondes » de la mythologie celtique irlandaise, connu notamment par le mythe de Oisín et Niamh aux Cheveux d'Or. C'est l'un des noms du sidh, où les Tuatha Dé Danann s'installent lorsqu'ils sont battus par les Milésiens.

    Tír Na Nög est une île située très loin à l'Ouest. Elle est accessible quelquefois après un voyage long et périlleux, ou suite à l'invitation d'une « messagère des dieux », une bansidh. Le royaume de Tír Na Nög est le décor du conte d'Oisín et Niamh. Pour l'atteindre, l'aventurier a besoin d'un guide : dans le cas d'Oisin, c'est Niamh le guide. Une jeune fille aux cheveux roux montant un cheval blanc est le symbole de cette histoire, qui ne cesse de fasciner de génération en génération.

    Cet Autre Monde est un endroit où la maladie et la mort n'existent pas car le temps y est aboli. Là, on rit, on danse, on s‘aime, on est toujours heureux, jeune et beau. La joie dure pour toujours, et personne n'a faim ni soif. Le climat n'est ni trop chaud ni trop froid, et les fleurs ne fanent jamais, c’est un printemps éternel.

    L'île est visitée par plusieurs héros irlandais et des moines dans les contes de l'echtrae (Aventure) et l'immram (la Traversée), populaire au Moyen Âge. Au XXe siècle, Giraldus Cambrensis a écrit l'histoire d'une île qui était apparue soudainement au large des côtes irlandaises, mais qui disparaissait dès que quelqu'un voulait l'approcher.

    En réalité, cette histoire a eu lieu il y a bien longtemps, sur les côtes ouest de l'Irlande, où vivait un jeune homme nommé Oisin.

    Le chef des légendaires guerriers Fianas, en Irlande, avait un fils, Oisin. Un jour que les Fianas étaient à la chasse, une très belle dame s'approcha d'eux : une belle jeune femme aux longs cheveux roux montant une jument blanche. C'était Niamh aux Cheveux d'Or, la fille de Manannan. Parmi les chasseurs, elle vit Oisin. Les yeux d'Oisin ont rencontré ceux de Niamh, et ils sont tombés amoureux. "Viens avec moi à Tir Na Nög", lui dit-elle. L'invitant à monter sur la croupe de son destrier; elle gagna la mer et chevaucha ensuite sur les crêtes des vagues vers l'île enchantée de Tir Na Nög, "la plus merveilleuse contrée et la mieux prisée qui soit sous le soleil".  C'est ainsi qu'ensemble, ils ont traversé la mer jusqu'à l'île, et qu'ils ont construit leur vie ensemble.

    Ils atteignirent bientôt le Pays de la Jeunesse Eternelle où Oisin vécut avec celle qui était devenue sa femme, pendant près de trois siècles, mais il semblait à Oisin que ce n'était qu'un seul jour. Personne à Tir Na Nög ne vieillissait ou ne tombait malade. Ils vivaient des moments de jeunesse remplis de bonheur. En dépit de la beauté de la terre et de l'amour profond que Niamh et Oisin partageaient l'un pour l'autre, celui-ci se sentait seul. Il avait le mal du pays et souhaitait retourner dans sa terre natale. Il dit  alors à Niamh son désir de retourner en Irlande pour voir sa famille.

    Mais des centaines d'années ont passé depuis en Irlande. Il ne peut plus quitter Tír Na Nög car il en mourrait. Niamh, désolée, lui donna alors un cheval magique, sa jument blanche, lui précisant bien qu'à aucun prix, il ne devait quitter ce cheval, s‘il met pied à terre il mourra. Oisin jura d'y prendre garde et s'élança vers l'Irlande.

    La fin de l'éternelle jeunesse
    Mais une fois rendu, il s'aperçut que rien n'était comme dans son souvenir: les Fianas n'étaient plus qu'une légende et saint Patrick avait converti le pays. Même les hommes lui semblaient différents, plus petits, plus rustres et presque nains comparés à ceux qu'il avait connu. Sa famille et ses amis avaient disparu depuis longtemps. Oisin éprouvait tant de douleur qu'il oublia de prendre soin du beau cheval blanc.

    Au moment de repartir vers Tir Na Nög, la jument a trébuché, Oisin a perdu l'équilibre et il est tombé à terre. Quelques instants plus tard, il était âgé de 300 ans. Alors, une grande lassitude l'a envahi et il a fermé les yeux pour partir dans le sommeil éternel et son corps est tombé en poussière. On dit que Oisin est tombé dans la région d'Elphin, dans le comté de Roscommon.

    Aujourd'hui, les pêcheurs et les gardiens de phare racontent encore cette histoire lorsque la lune est pleine, et ils voient un cheval blanc qui scintille dans les vagues le long des côtes de l'Irlande. Certains disent que la jeune fille aux cheveux roux cherche encore Oisin.

    Tir Na Nög, l’autre monde, l’île de l’éternelle jeunesse, l’un des aspects les plus fascinants de la mythologie irlandaise, reste de nos jours une source d’inspiration pour les artistes. En 1980, Alan Stivell en avait fait le sous-titre de sa Symphonie celtique. Quelques années plus tard, le compositeur Jean-Jo Roux, originaire de Loire-Atlantique, avait donné son nom à un oratorio sur un livret du Nantais René Queffelec. Tír Na nög est le nom d'un groupe de rock celtique de Saint-Malo.

     

    Source: Marie Villacèque (www.lepetitjournal.com/Dublin) et Wikipédia
    http://tir-na-nog.e-monsite.com/pages/presentation-du-groupe/la-legende-de-tir-na-nog-racontee.html

     

     

    « La CroixHécate »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 11:02
    Bonjour, bonjour,
    Les légendes celtiques me parlent ! il y a une île de l'éternelle jeunesse, çà s'est fabuleux !!
    Bises Triskèle
    https://scontent-a-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-ash3/s851x315/1469809_433836153405424_1137698751_n.jpg
    2
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 11:10

    Bonjour ma belle, jeudi pas si beau que sur ton image, il pleut beaucoup, merci de ta visite, bises.

    3
    AL
    Mardi 31 Mars 2015 à 20:42

    Bonsoir Triskele,

    Beau texte qui me transporte dans le monde poétique celte, et ce titre Tir Na Nog fait parti d'un vieux disque vinyle que je possède et ce titre est interprété par un groupe breton : An Triskell

    Album magnifique :)

    Je voudrais aussi, te faire connaitre mon deuxième blog dédié à mes créations graphique personnel.

    Je te donne l'adresse: http://al-creation.eklablog.com/

    Bonne semaine, @++

     

     

    4
    Mercredi 1er Avril 2015 à 09:51

    Bonjour Al, merci de ton commentaire sur cet article auquel je suis particulièrement attachée.

    J'aime beaucoup tes nouvelles créations, surtout tes entrelacs celtiques évidemment comme je te l'ai dit, et tes mandalas aussi, c'est vraiment très beau.

    Je te souhaite une belle fin de journée, amitiés.

    5
    AL
    Mercredi 1er Avril 2015 à 11:01

    Merci beaucoup Triskele :)

    Tu peux voir ma création celle qui est en page d'accueil, elle se trouve dans la rubrique PAGE,

    elle fait partie d'une série s'intitulant : Le cycle

    Belle journée à toi aussi @++

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :