• Guan Yin

    Guan Yin

    Le nom de Guanyin est l'abréviation de Guanshiyin qui signifie: Celle qui écoute les pleurs du monde.
    Guan Yin est la Déesse de la compassion et fait l’objet d’une véritable dévotion dans toute l’Asie. Son histoire alimente bien des légendes.
    Cette déesse est très populaire en Chine où on voit son image affichée dans presque toutes les maisons, et les fêtes célébrant sa naissance et son illumination sont très suivies.
    Au Vietnam elle est particulièrement vénérée.

    Guan Yin est l'un boddhisattva les plus populaires de la religion bouddhiste, en particulier dans le courant Mahayana (Grand Véhicule). A l'exception de l'Inde son incarnation est de sexe féminin, une rareté dans le bouddhisme.
    Elle aide tous les êtres de la terre à atteindre l'illumination.

    Elle est aussi sous le nom de Kuan Yin l'aspect Chinois du Boddhisattva Chenrezig que l'on retrouve chez les Tibétains.
    Figure masculine à l'origine, elle a été définitivement féminisée au Japon et en Chine sous la dynastie Song par les croyances populaires.

    Selon la légende, Guan Yin était la fille du roi Miao Zhong, sous la dynastie Zhou.
    La jeune fille désirait entrer dans un couvent bouddhiste, mais son père était contre cette idée; il demanda à la mère supérieure du couvent de faire travailler sa fille nuit et jour pour la dégouter de la vie monacale mais des animaux vinrent l'aider pour mener à bien ses travaux. Voyant son échec le roi finalement la fit tuer.
    L'âme de Guan Yin descendit alors aux Enfers, où sa pureté transforma le funèbre séjour en paradis. Les dieux des Enfers s'en alarmèrent et demandèrent au Bouddha de la ramener sur terre. C'est ainsi que la vie lui fut rendue et elle réapparut sur une île où elle protégea les marins des tempêtes.

    Déesse de la miséricorde et protectrice des enfants, elle revêt plusieurs formes différentes, tantôt masculine, tantôt féminine.
    On la représente le plus souvent drapée dans une longue robe blanche qui la couvre de la tête aux pieds; debout sur un dragon ou un lotus, elle tient en main un vase de jade et une branche de saule; elle est coiffée d'un chignon et sa peau est aussi blanche que du lait.
    Parfois elle tient un enfant en bas âge car elle aidait les femmes à avoir des enfants.
    La représentation de Guan Yin varie: dans une enceinte bouddhiste, sa forme féminine est généralement peu marquée, au contraire de sa représentation par les croyances populaires, qui la décrivent comme une femme avec des traits proches des humains.

    Elle aussi représentée sous d’autres formes:

    - Celle d'un jeune prince de la Dynastie Song, assis et regardant vers le bas
    - Celle d'une jeune fille portant un panier plein de poissons (en rapport avec la légende où elle sauve le fils du Roi des dragons, transformé en poisson et vendu au marché)
    - Accompagnée d'un perroquet blanc, ou d'enfants, ou encore de deux guerriers
    nommés Guan Yu et Wei Tuo
    - Certaines formes laissent même entendre que Guan Yin serait à la fois male et femelle (jeune homme moustachu avec une poitrine généreuse...)

    Mais  elle est aussi représentée sous les traits d'un bodhisattva à mille bras et mille yeux.
    Une explication pour ce qui est de l'aspect à mille bras de Guan Yin est la légende Chinoise suivante extraite des "Légendes complètes de Guan Yin et des mers du sud":

     Dans cette légende, par compassion, Guan Yin fait vœu de ne plus se reposer tant que tout les êtres ne seront pas libérés du Samsara. Malgré tout ses efforts elle réalisa rapidement que de nombreux êtres restaient à libérer. Après s'être donné tant de mal à comprendre les désirs et besoins de tant d'êtres, sa tête éclate en 11 morceaux. Le Bouddha Amithaba, voyant sa peine, lui donna alors 11 têtes pour pouvoir mieux entendre et voir les misères du monde.
     En entendant ainsi tout les pleurs du monde, Guan Yin tenta d'aller les aider, mais rapidement ses bras tombèrent en morceaux. Voyant cela Amithaba vint de nouveau à son aide et lui donna alors 1000 bras avec lesquels aider la multitude.
     La même légende est racontée en parlant de Chenrezig...

    Guan Yin est la protectrice des humains en danger ou en peine. Elle répond à l'appel de son nom et protège ceux qui l'invoquent de la magie noire, des bêtes féroces ou monstres ainsi que d'autres dangers. Une femme qui souhaite enfanter peut lui demander son aide afin de tomber enceinte.
    Guan Yin vient en aide à ceux qui en ont besoin, notamment les personnes menacées par les eaux, les démons, le feu et l'épée. Elle est la protectrice des enfants et des pêcheurs.
    Guan Yin est réputée capable de libérer les prisonniers de leurs chaînes, de priver les serpents de leur venin, et d'arrêter la foudre. Elle sait guérir pratiquement toutes les maladies. Protectrice dans la vie quotidienne, elle assure aussi le bien être spirituel des morts et des âmes égarées.

    Guan Yin est aussi très liée par ses fidèles au végétarisme, il n'est pas rare que les temples dédiés à cette déesse offrent des repas végétariens aux fidèles, qui doivent seulement faire leur vaisselle et une petite offrande en échange de leur repas du jour. Mais l’origine de cette tradition est inconnue.

    Cette divinité est mentionnée pour la première fois dans le Sutra du Lotus, un texte populaire du Bouddhisme Mahayana.
    Plus qu'une figure bouddhiste, Guan Yin est devenue une divinité du peuple non exclusive à la religion de Bouddha, les Taoïstes la considérant par exemple parmi les Immortels.

    Pǔtuóshān dans le Zhejiang, est l'un des lieux les plus réputés pour son culte.
    A Taïwan également, elle est restée très populaire. Sur l'île, on compte 572 temples, dont la majorité n'est pas exclusivement vouée au Bouddhisme.

     

    Guan Yin

    Statue de Guan Yin à Sanya, Chine.

     

     

    Sources: http://magiedubouddha.com/p_thai-kwanhim1.php
    http://www.icilachine.com/spiritualites/bouddhisme/801-guanyin-deesse-chinoise.html

     

     

    « SahmainLégende du Lorialet »

  • Commentaires

    1
    Lundi 3 Novembre 2014 à 09:06

    Comme toujours excellent "article" ! cool

    2
    Lundi 3 Novembre 2014 à 09:16

    Waouh! Tu as combien de pseudos mon cher Pierre? smile 
    Merci beaucoup (j'essaie de mettre des g+1 sur tes posts mais ça ne fonctionne plus!)
    Je te souhaite une agréable semaine, amitiés.

    3
    Lundi 3 Novembre 2014 à 21:58

    Bonsoir Triskèle,

    J'aime beaucoup tout le blanc qui entoure cette figure féminine. Par ailleurs, j'ignorer qu'une déesse féminine puisse être un boddhisattva. ... (oups!) L'histoire est belle avec ces têtes et bras qui s'ajoutent pour mieux servir.

    Merci Triskèle.

    Douce soirée à toi !

    Amitié

     

    4
    Mardi 4 Novembre 2014 à 06:42

    elle ne doit pas manquer d'occupation, ces temps ci !

    5
    Mardi 4 Novembre 2014 à 06:46

    Merci Kattelm, cette déesse est douce et protectrice, je joins une image dans laquelle certains ont pu la voir dans les flammes d'un foyer:

    Passe une belle journée, ici nous sommes en alerte orange fortes pluies! Bises.

     

      • Mercredi 30 Septembre 2015 à 10:15

        Je ne peux toujours pas modifier mes propres commentaires (!) mais je peux rajouter mes images qui avaient disparu.

    6
    Mardi 4 Novembre 2014 à 07:39

    En effet Peache, elle a beau avoir tous ces bras, je doute qu'elle parvienne à son but hélas.
    Je te souhaite une belle journée, amitiés.

    7
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 15:20

    Je ne connaissais pas du tout, merci pour cet article, le bouddhisme est inconnu pour moi. Bises Triskèle, je continue ma lecture du jour ...

    8
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 15:38

    Miss Zénitude devrait s'intéresser au bouddhisme pourtant? smile

    Belle fin de journée ma chère Béa, bises.

    9
    Samedi 8 Novembre 2014 à 00:34

    Bonjour,bonne nuit Triskèle....J'ai adoré ce textedans la lignée de toutes ces légendes liées au Bouddhisme.Adepte du Zen depuis plus de 40 années,ces genre d'écrits me passionnent ....et comme toujours,Tu en détiens cette clé magique de nous les faire savourer à la juste valeur.Quel plaisir.Merci Dame Fée.wink2 et biz de Wallonie....tout plein,tout plein.

    10
    Samedi 8 Novembre 2014 à 06:52

    Bonjour ami Marco, ton passage en mon humble demeure me fait plaisir, et je suis contente que tu apprécies cette jolie et gentille déesse.
    Je te souhaite un beau week-end reposant et très zen, merci et grosses bises.

    11
    Mercredi 12 Novembre 2014 à 04:22
    Oui, les divinités dans leur symbolisme traversent les différentes traditions religieuses. "Certaines formes laissent même entendre que Guan Yin serait à la fois male et femelle (jeune homme moustachu avec une poitrine généreuse...)" ça aussi c'est intéressant. Belle journée à toi, Triskèle
    12
    Mercredi 12 Novembre 2014 à 06:38

    Bonjour Des mots, oui il n'est pas toujours évident de décoder le symbolisme d'une déesse ou d'un dieu, d'autant que d'une culture à l'autre des modifications y sont apportées.
    Merci de ta visite, je te souhaite une belle journée, amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :