• Héra

    Héra

    Héra


    Fille des titans Cronos et Rhéa, Héra est la sœur et la femme de Zeus. Elle fut élevée par son oncle et sa tante: Océan et Théthys. Zeus ne parvint pas à la conquérir facilement; Héra accepta, à condition qu'il l'épouse. Elle devint ainsi la Reine des Dieux.
    Héra est aussi la sœur de Déméter, d'Hadès, de Poséidon et d'Hestia. Elle est la protectrice de la femme et la déesse du mariage, gardienne de la fécondité du couple et des femmes en couche.
    Elle correspond à Junon dans la mythologie romaine.

    Parmi les divinités du mont Olympe, elle est la seule déesse mariée.
    Héra représente l’amour romantique, marital, elle reste fidèle “pour le meilleur et pour le pire”. Le roi des dieux étant très volage, la pauvre Héra va souffrir les affres de la jalousie.
    Pour échapper à la surveillance d'Héra, Zeus utilisait toutes sortes de déguisements et de métamorphoses. Mais Héra fit appel à son fidèle serviteur, Argus. Cet être avait cent yeux: cinquante dormaient quand les cinquante autres regardaient.
    Héra lui demanda de suivre Zeus et de lui rapporter ses faits et gestes. Mais Zeus déjoua vite la ruse de sa femme, et tua Argus. Héra, désolée, arracha cinquante yeux et les sema sur la traîne de son oiseau, le paon. Puis elle décida de se venger de Zeus.

    Elle échaffauda un plan, en demandant à ses fils de ligoter Zeus pendant son sommeil pour l'empêcher d'aller sur Terre afin de conquérir des mortelles. Mais la néréide Thétis, avertie de ses desseins, envoya l'hécatonchire Briarée pour la dissuader. Zeus l'apprit, et pour punition, fit suspendre sa femme dans le ciel, une enclume attachée à chaque pied par une chaîne d‘or. Héra lui promit alors de lui être soumise et Zeus lui redonna la liberté.

    Pour étancher ses colères, Héra s’en prit parfois cruellement aux conquêtes de son mari, elles seront très nombreuses à subir sa rancune, ainsi qu’aux enfants nés de ces adultères: Europé et Dionysos. Elle fut aussi particulièrement violente envers Héraclès dans le berceau duquel elle mit deux serpents, envers Leto qu'elle empêcha d'accoucher et envers la nymphe Io à qui elle envoie un taon pour la piquer lorsqu‘elle est transformée en génisse par Zeus pour fuir sa vindicte.

    Elle est la mère, par Zeus, d'Arès, d'Hébé et d'Ilithyie, mais aussi d'Héphaïstos, qu'elle conçoit seule pour défier son mari et lui montrer qu'elle n'a pas besoin de lui pour enfanter. Dans la mythologie romaine, il est dit que Junon voulait donc également mettre au monde un enfant seule, sans l'aide de son mari, ce qu'elle parvint à réaliser grâce à l'aide de la déesse Flore qui lui fournit un lys magique.
    Les poètes latins expliqueront que la déesse était jalouse de son époux qui avait fait sortir Minerve de son crâne.

    L'une des plus grandes colères d'Héra, fut lors du jugement de Paris. Chargé de choisir la plus belle des déesses entre Athéna, Aphrodite et Héra, le jeune homme, un troyen, choisit Aphrodite qui lui avait promit Hélène, la plus belle mortelle du monde. La suite est connue, Paris enlèvera Hélène, déclenchant ainsi la Guerre de Troie. Héra sera l'une des plus grandes ennemies des troyens dans ce conflit.

    Ses attributs sont le sceptre royal et le diadème. Son visage est couvert d'un voile, accessoire symbolisant le mariage. Elle est également accompagnée de son animal favori, le paon. Le mythe raconte qu'il est couvert des cent yeux d'Argus, qui, voyait tout autour de lui. Il était ainsi le protecteur d'Héra. Ses végétaux favoris, la grenade et le lys.

    Les lieux où on vénère Héra sont principalement Argos, citée par Homère comme une ville chère à la déesse. On compte également Agrigente et Samos.
    Samos, situé près d'Ephèse en Turquie, est une île verte et montagneuse où se trouvait le temple d'Héra, qui dit-on, était deux fois plus imposant que le Parthénon d'Athènes.

    Étant déesse du mariage, Héra ne commit aucune infidélité à Zeus. Certains tentèrent bien de la conquérir, tel Ixion, mais ils furent vite punis par Zeus. Car bien que volage, Zeus resta toujours sous le charme d'Héra.

    Héra


    Sources: Wikipédia et http://www.dol-celeb.com/dieux/hera.html
    http://dieux-grecs.fr/hera.htm

     

     

    « Les SorcièresLa Fontaine de Jouvence »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Avril 2014 à 12:48

    Passionnant cette histoire.

    Bon week-end. Bises

    2
    Dimanche 6 Avril 2014 à 08:21

    Héra, Reine des Dieux, est une femme amoureuse, mariée à un cavaleur invétéré.
    Elle tente d’attacher son mari afin de l’empêcher de courir le guilledou, mais Zeus en colère la punit. Alors, vindicative, elle s’en prend à ses conquêtes, qui ne sont pas toujours coupables,, mais aussi quelquefois à leurs enfants.

    Les Dieux et les Déesses, au bout du compte, ont les mêmes travers que les humains.

    Et c'est peut-être ce qui nous les rend si attachants.

    3
    Lundi 7 Avril 2014 à 14:43

    Une déesse dont la vie ressemble à la vie de bien des mortelles ... Je sais maintenant d'où viennent les yeux sur la traine des paons, merci Triskèle. Bises de Béa

    4
    Lundi 7 Avril 2014 à 17:44

    Tu vois Béa comme on apprend chaque jour, merci à toi, bises.

    5
    Lundi 7 Avril 2014 à 21:04

    Bon soir,

    j'aime ton commentaire sur les travers qui rendent les Dieux semblables aux humains et si attachants J'y verrais bien l'oeuvre des "conteurs humains " qui ont traficoté la vérité, histoire de faire dire à leurs contemporains : "ben vous voyez, nous les hommes nous ne sommes pas si mauvais que çà"

    Et une fois encore le mari volage s'en tire pas trop mal, ce sont les amantes qui dérouillent.... la vie n'est qu'un éternel recommencement 

    6
    Mardi 8 Avril 2014 à 07:05

    Depuis la nuit des temps, en effet,  seules les femmes sont punies en cas d'infidélité, rien de nouveau sous le soleil, qu'il soit des dieux ou des hommes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :