• Le vieillard sous la lune

    Le vieillard sous la lune
    Ou le fil rouge du destin.

     

    Le fil rouge du destin est une légende d’Asie originaire de Chine.

    Selon la croyance populaire, les âmes sœurs destinées à se rencontrer sont liées d'un fil rouge invisible placé entre elles par une divinité. Ce fil relie deux être destinés à s’aimer, quelle que soit la distance ou même les différences sociales qui les séparent.
    Si en Chine, l'attache se trouve traditionnellement au niveau des chevilles, dans la culture japonaise, celle-ci se fait autour du petit doigt. Elle est également parfois représentée aux poignets.

    Le vieillard sous la luneLa lune associée à la déesse Chang'e a depuis longtemps en Chine une connotation romantique. La déesse de la lune serait celle qui rédige le registre divin des mariages, qu’elle soumet au Dieu du Ciel, qui le transmet ensuite au vieillard sous la lune.
    Le mythe du vieillard sous la lune apparait pour la première fois sous les Tang dans l’Auberge des fiançailles , un des contes du recueil de récits fantastiques Xuyouguailu de Li Fuyan (775-833).

    Le vieillard sous la lune est un personnage de la mythologie et du folklore chinois qui détermine les alliances matrimoniales en fabriquant les effigies en terre des futurs époux, qu’il relie ensuite par un fil de soie rouge.
    Dans la légende chinoise, le dieu en charge du fil rouge du destin est Yue Xia Lao , plus communément appelé Yue Lao. Selon la croyance, ce dernier est le dieu de l'amour et du mariage, souvent représenté comme un vieil homme barbu habitant sous la Lune, tenant dans la main gauche le registre des mariages et dans la droite une canne.
    Il œuvre spécialement la nuit en liant d'un cordon de soie les effigies des couples prédestinés à se marier. Ainsi, après qu'il ait noué le lien, l'union des deux principaux intéressés ne peut être empêchée de quelque façon que ce soit. Une fois liées par le fil rouge du destin, les âmes soeurs sont totalement soumises à leur destinée et ne maîtrisent ni le moment ni les circonstances de leur rencontre. Le cordon magique peut s'étirer ou s'enchevêtrer mais ne peut se briser.

    Afin d’expliquer les problèmes que peuvent rencontrer certains mariages, on raconte que le vieillard ne dispose que d’un espace limité pour faire sécher ses figurines et est donc contraint d’en laisser certaines sécher dehors. Il arrive alors que la pluie les fasse en partie fondre, ce qui diminue l’entente du couple.

    Le vieillard sous la lune

    Le vieillard sous la lune et Wei Gu .

    La légende du fil rouge...

    Un beau soir, un tout jeune voyageur nommé Wei Gu descendit pour une nuit dans une auberge de Songcheng. Près de l’entrée, sous la clarté lunaire, il vit un vieil homme appuyé contre un sac de toile qui semblait consulter un registre. Intrigué il s’approcha : les pages du registre étaient blanches. Il ne put s’empêcher de lui demander ce qu’il pouvait bien y chercher. Le vieillard lui répondit :
    -« Toutes les unions matrimoniales du monde sont inscrites dans ce registre. »
    et comme Wei Gu regardait le sac d’un air interrogateur :
    - « Ce sont des fils de soie rouge qui, une fois attachés aux pieds de deux personnes, les vouent à être époux, quelle que soit la distance sociale ou géographique qui les sépare actuellement, même si leur familles sont ennemies jurées. Un fil rouge invisible relie ceux qui sont destinés à se rencontrer et ce, indépendamment du temps, de l'endroit ou des circonstances. Le fil peut s'étirer ou s'emmêler, mais il ne cassera jamais… »

    La curiosité l’emportant sur la raison, Wei Gu ne put s’empêcher de lui demander s’il savait qui il épouserait. Le vieil homme lui répondit en riant :
    - « Contre le mur nord de l’auberge, il y a l’étal d’une vieille marchande de légumes. Ta future épouse, c’est sa petite-fille. »
    Le jeune homme, pensant qu’il se moquait de lui, monta se coucher sans plus rien demander. Le lendemain, par curiosité, il alla jeter un coup d’œil et vit effectivement, courant de ci de là près du dit étal, une petite fille au nez mal essuyé qui ne payait pas de mine. Vexé, il la poussa alors qu’elle passait près de lui. L’enfant tomba et se mit à pleurer à grand bruit ; Wei Gu s’éclipsa mi-honteux mi-rageur.

    Quelques années passèrent. S’étant distingué lors d’une campagne militaire, Wei Gu se trouva fiancé à la fille du chef de l’arsenal de Xiangzhou. Le soir des noces, découvrant selon la coutume le visage de sa femme pour la première fois, il fut intrigué par une mouche qu’elle portait entre les sourcils. Elle lui expliqua :
    - « Lorsque j’étais petite, un jour que je tenais compagnie à ma grand-mère, un voyou m’a fait tomber sur le front et j’en ai gardé une cicatrice. »
    Wei Gu dut alors se rendre à l’évidence : sa femme était bien la petite fille annoncée et le vieillard était bien un dieu.
    Il confessa son histoire, qui finit par parvenir aux oreilles du préfet de Songcheng. Celui-ci fit renommer l’auberge « Auberge des fiançailles » et l’existence du vieillard sous la lune fut bientôt connue de tous.
    Quant à Wei Gu et sa femme, ayant pris conscience que leur union n’était pas le fruit du hasard, ils eurent à cœur de ne jamais se disputer.

    Le vieillard sous la lune

    Représentation du vieillard sous la lune à Repulse Bay, Hong Kong


    Dans certains temples chinois, comme celui de Xiahai à Taipei (Taïwan), on peut trouver une statue du vieillard sous la lune, il est considéré comme une divinité. Les offrandes à lui apporter et remerciements en cas de réussite varient selon les lieux de culte.
    La statue du vieillard sous la lune se trouve en général dans un grand temple, comme celui du Dieu préfet car les temples qui lui sont spécialement consacrés sont rares. Chaque lieu a ses règles en matière d’offrandes et de remerciements dus en cas de réussite. On ne peut en principe solliciter qu’une seule alliance, en indiquant clairement son nom et son adresse. Certains préparent deux petits plombs reliés par un fil rouge qu’ils font passer au-dessus du brûle-parfum du temple et portent ensuite sur eux ou placent sous leur oreiller.
    Le vieillard sous la lune est considéré comme un dieu, son anniversaire est célébré le jour de la fête de la mi-automne (ou fête de la lune), le quinzième jour du huitième mois lunaire.

    Le vieillard sous la lune


    Cette histoire connait de nombreuses variantes, notamment à cause des différentes traductions. Bien que surtout présente en Chine et au Japon, cette légende est très populaire en Asie de l’est.

    Sous la dynastie Tang (618-907) la coutume voulait que les futurs époux tiennent l’extrémité d’un fil rouge lors de la cérémonie de mariage. Plus tard, sous la dynastie Song (960-1279) le fil fût remplacé par un mouchoir.
    Encore de nos jours, lors de certaines cérémonies de mariages traditionnels asiatiques, le couple est lié par un véritable fil ou ruban rouge pour symboliser leur union prédestinée.
    Le rouge reste une couleur très répandue lors des mariages traditionnels chinois. Présenter deux personnes en vue du mariage se dit « tendre le fil rouge » .

     

     


    Sources: mon ami Gino - Wikipédia et http://www.nautiljon.com/culture/contes+-+mythologie-5/fil+rouge+du+destin-91.html

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Pause Tendresse

    Personnellement j'ai besoin de me replonger dans cette pause tendresse pour limer toutes ces aspérités blessantes de la vie dont je dois me débarrasser, pas vous?
    Et puis vos commentaires étaient si beaux. Retour!

     

    Pause Tendresse

     La tendresse

    On peut vivre sans richesse
    Presque sans le sou
    Des seigneurs et des princesses
    Y´en a plus beaucoup
    Mais vivre sans tendresse
    On ne le pourrait pas
    Non, non, non, non
    On ne le pourrait pas

    On peut vivre sans la gloire
    Qui ne prouve rien
    Etre inconnu dans l´histoire
    Et s´en trouver bien
    Mais vivre sans tendresse
    Il n´en est pas question
    Non, non, non, non
    Il n´en est pas question

    Quelle douce faiblesse
    Quel joli sentiment
    Ce besoin de tendresse
    Qui nous vient en naissant
    Vraiment, vraiment, vraiment

    Le travail est nécessaire
    Mais s´il faut rester
    Des semaines sans rien faire
    Eh bien... on s´y fait
    Mais vivre sans tendresse
    Le temps vous paraît long
    Long, long, long, long
    Le temps vous parait long

    Dans le feu de la jeunesse
    Naissent les plaisirs
    Et l´amour fait des prouesses
    Pour nous éblouir
    Oui mais sans la tendresse
    L´amour ne serait rien
    Non, non, non, non
    L´amour ne serait rien

    Quand la vie impitoyable
    Vous tombe dessus
    On n´est plus qu´un pauvre diable
    Broyé et déçu
    Alors sans la tendresse
    D´un cœur qui nous soutient
    Non, non, non, non
    On n´irait pas plus loin

    Un enfant vous embrasse
    Parce qu´on le rend heureux
    Tous nos chagrins s´effacent
    On a les larmes aux yeux
    Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu...

     Dans votre immense sagesse
    Immense ferveur
    Faites donc pleuvoir sans cesse
    Au fond de nos cœurs
    Des torrents de tendresse
    Pour que règne l´amour
    Règne l´amour
    Jusqu´à la fin des jours.

     

    Version Marie Laforêt: https://www.youtube.com/watch?v=N4bUalvchck

     

    Définition de Wikipédia:

    Différente de l'amour et du désir, se rapprochant de l'affection, la tendresse est une forme d'attachement à un autre sans qu'il existe d'élément de contrainte, telle que la passion pourrait en imposer. La tendresse transparaît avant tout dans l'absence de tout sentiment négatif. Par suite, elle s'exprime dans les gestes, le toucher, la douceur, la délicatesse, l'attention portée aux besoins d'autrui, le regard, la voix, et constitue une forme de respect de l'autre; elle se manifeste en effet par des démonstrations d'affection. La tendresse permet de créer une relation d'affection, qui peut aller de la relation d'amitié à la relation amoureuse. Il est à noter qu'elle n'implique pourtant pas nécessairement de désir sensuel, attendu qu'elle peut être l'élément clé d'une relation familiale.

    -----------------

    La tendresse s’exprime aussi dans le silence, dans l’écoute , la compréhension de l’autre. Elle s’exprime également dans l’intonation de la voix, dans la douceur des mots. Il est difficile pour l’homme de démontrer de la tendresse. On lui a tellement inculqué qu’un homme ça ne pleure pas, ça ne se laisse pas aller à des moments de faiblesse, qu’il a développé une sorte de carapace qui bloque ses élans de tendresse.
    La tendresse est la clé d’une relation solide et durable. Même l’amour se nourrit de tendresse. Sans tendresse, c’est la sécheresse, la mort assurée d’une relation. La tendresse est indispensable à la qualité de vie de tous les êtres humains.

    La tendresse c’est quand la réalité arrive à dépasser le rêve. Jacques Salomé

      

     

     


    46 commentaires
  •  

    Que cette nouvelle année vous soit douce,

    qu'elle vous apporte le bonheur.

    Et surtout, n'oubliez pas de rêver!

     


    “J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ;
    des guirlandes de fenêtre à fenêtre ;
    des chaînes d'or d'étoile à étoile et je danse.”
    ―Arthur Rimbaud

     

    Et prenez de bonnes résolutions:

     

     

    Très bonne année à tous. 

     

    Meilleurs voeux

     

     

     

     


    35 commentaires
  • Conte de Yule

    La renaissance du Soleil
    ( Conte de Yule ) Solstice


    C'était le milieu de l'Hiver, et le Soleil était devenu très vieux.
    Tout au long de l'année il avait travaillé très dur, se levant et se couchant jour après jour. Tout au long de l'année il avait nourri tout le monde sur terre, brillant et brillant encore, donnant de l'énergie aux arbres, aux fleurs et à l'herbe pour que tout cela puisse pousser et nourrir les animaux, les insectes, les oiseaux, et les gens.
    Tout au long de l'année la force de gravitation du Soleil avait retenu la Terre, la Lune et les huit autres planètes de notre système alors qu'elles tournoyaient, tournoyaient si fort que le pauvre Soleil avait le vertige en les regardant.
    A présent, le pauvre Soleil si fatigué peinait même à se lever le matin, et très rapidement, eut envie de se rendormir. Alors les jours se raccourcirent, et les nuits s'allongèrent, jusqu'à ce que le jour soir si bref qu'il ne valait presque plus la peine de se lever.

    La Nuit ressentit de la compassion pour le Soleil.
    « Viens dans mes bras te reposer, mon enfant », dit-elle. « Je suis ta mère après tout. Tu es né de mon obscurité, il y a des milliards d'années, et tu retourneras à moi à la fin de toutes choses. Laisse-moi te bercer maintenant, comme je berce et enlace toute galaxie, et toute étoile dans l'univers. »
    Alors la nuit entoura le Soleil de ses longs bras, et la nuit fut en effet très longue.
    « Pourquoi il fait noir si longtemps ? » demandèrent les enfants partout sur terre. « Le Soleil ne reviendra plus jamais ? »
    « Le Soleil est très fatigué », dirent les adultes. « Mais peut-être que si vous les enfants, vous disiez merci pour tout ce que le Soleil fait pour nous, la lumière pourrait revenir au matin. »
    Les enfants chantèrent des chansons pour le Soleil. Ils pensèrent à tout ce qu'Il leur donnait.

    Conte de Yule« Merci de faire pousser les salades, et le maïs, et le riz et le blé », dirent-ils. « Merci de faire grandir les arbres des forêts et les algues dans les océans et le plancton qui nourrit les baleines. Merci de brasser l'air et d'apporter le vent qui fait pleuvoir. »
    Chaque fois qu'un enfant disait merci, le Soleil commençait à se sentir un peu plus chaud, un peu plus brillant. Serré en sécurité dans les bras de la Nuit, il devenait de plus en plus jeune.
    Arriva le moment où les enfants durent aller au lit. « On va rester debout et attendre que le Soleil revienne », dirent les adultes.
    « On peut rester debout aussi ? » demandèrent les enfants.
    « Vous pouvez essayer, mais vous allez vite être trop fatigués », dirent les adultes. « Mais vous pouvez allumer chacun une bougie, parce que toutes les flammes sont des étincelles du Soleil. Posez votre bougie dans un endroit parfaitement sécurisé, et laissez-la monter la garde pour vous pendant que vous dormez et rêvez du lever du Soleil. »
    Alors les enfants allumèrent leurs bougies et les posèrent dans des endroits très sûrs, et chaque flamme était une petite étincelle du Soleil. Et le Soleil regarda par les interstices entre les bras de la Nuit, et vit tous les petits feux, il commença à se sentir vraiment plus chaud et plus brillant, et toujours plus jeune.

    Tôt le matin, les adultes réveillèrent les enfants. Ensemble ils grimpèrent sur une grande colline et se tournèrent vers l'Est, la direction du lever du Soleil. Ils chantèrent des chants pour Lui et coururent pour se tenir chaud. Ils attendirent et attendirent encore, pour voir ce que l'aube apporterait.
    Le noir du ciel commença à se teinter d'indigo et de bleu. Lentement, il devint lumière. Une brillance dorée souligna l'horizon. La Nuit ouvrit ses grands bras, et dans une explosion de brillance, le Soleil apparut, neuf, fort et ardent.

    Conte de Yule

    Car durant la longue nuit le Soleil s'était bien reposé et avait rajeuni grâce aux chansons et aux remerciements des enfants, il était neuf comme un nouveau-né issu de la Nuit.
    Tout le monde se réjouit, et les enfants sautèrent un peu partout.
    « Le Soleil est revenu ! Le Soleil est né à nouveau ! » Crièrent les gens. Et ils dansèrent et chantèrent pour célébrer la naissance du jour nouveau, puis ils rentrèrent chez eux pour prendre le petit-déjeuner.

     

    Saluez la renaissance du soleil, c'est aujourd'hui!


    Joyeux Noël à tous, Merry Yule

    Conte de Yule

    Conte de Yule

     


    Traduction/Adaptation par Athénaïs.

     

     

    Conte honteusement copié sur: http://bibliotheque.forumactif.com/t6-traduction-la-renaissance-du-soleil-conte-de-yule-starhawk

     

     


    20 commentaires
  • Le Houx

    LE HOUX
    (Tinne) :

    C'est le symbole de la chance et de la bonne fortune. En mythologie celtique le houx est l'arbre jumeau du chêne. Le chêne gouverne la partie claire de l'année tandis que le houx règne sur la partie sombre.

    Depuis la nuit des temps, le houx est le symbole des fêtes religieuses ou païennes et, comme le gui, le houx passe pour porter bonheur parce qu’il reste toujours vert. Il semble donc échapper à la marche de ce temps jalonnée par les saisons. Ainsi, il symbolise la vie au cœur de l’apparente mort hivernale, d’où sa place dans les cérémonies qui marquaient le solstice d’hiver. Il se voyait d’ailleurs attribuer des vertus protectrices, lesquelles sont à l’origine de nos traditions et fêtes de fin d’année qu’il continue d’enchanter. Les feuilles épineuses du houx offrent une énergie de protection aux gens mais aussi, aux animaux. Cette plante est associée à l’élément feu et à l’hiver.

    Le houx est devenu populaire dans les festivités de Yule grâce aux nombreuses cultures et traditions magiques à travers le temps. Le houx a des liens avec les traditions druidiques pour sa verdure persistante à travers les plus sombres jours d’hiver, mais aussi en raison de ses liens avec les traditions féériques. Les druides, ces prêtres des Celtes et des Gaulois, croyaient que le soleil ne quittait jamais les plants de houx.
    On pensait que les fées qui vivaient dans le buisson de houx entraient à l’intérieur des maisons pendant les mois d’hiver pour prendre une pause du froid et des conditions difficiles. Ces branches de houx offraient des cachettes de premier choix pour les fées et les esprits de la forêt qui y trouvaient refuge pendant la saison froide. Le houx était donc une plante sacrée.

    Les druides coupaient les branches piquantes pour en faire des bâtons de vie. Pour les couper correctement sur les arbres, un goutte de sang était essentielle, mais du vin rouge était censé convenir tout aussi bien. Les baies rouges incarnaient l’énergie féminine, juste comme les baies du gui symbolisaient la semence masculine. Unies dans le rituel accompli durant le solstice d’hiver, ces deux plantes devinrent « des parentes mythiques » et jouèrent le rôle vital de garantir la vie renouvelée au printemps.

    La signification du houx comme symbole de vie éternelle et de sage prévoyance se reflète dans son nom anglais, holly, qui est relié au mot holy (ndlt : saint, sacré). Dans le rituel celtique du houx accompli la nuit précédant le solstice d’hiver, les branches de houx étaient récoltées et installées dans la maison comme protection contre la sorcellerie, la foudre, et la mort. De là provient l’expression « holy day » (jour saint, sacré), plus tard transformée en terme profane « holiday » (vacances, jour férié) !

    Le HouxSon histoire connue remonte aux grands peuples de l'Antiquité. Il était alors coutume de décorer les maisons, les autels, de s'orner soi-même ou de remercier les personnes chères par des compositions florales de verdure et de fleurs comportant un message. Chaque plante avait une signification symbolique et de la combinaison de différentes plantes résultait un message. L'arrangement floral avait généralement la forme d'une guirlande ou d'une couronne. Ainsi, chez les Romains, des couronnes de houx étaient offertes aux jeunes mariés en signe de bons vœux et de félicitations.

    Le houx est considéré comme sacré pour le dieu romain Saturne. Les Romains célébraient « allègrement » les Saturnales à la fin du calendrier romain, soit le mois de décembre. Des couronnes de houx et d’autres verdures étaient installées bien en vue en l'honneur de Saturne, dieu des semailles et de la culture de la vigne; ces festivités coïncidaient avec la fin des activités agricoles et le solstice d'hiver, moment de l'année où les jours commencent à rallonger. Cette ancienne fête hivernale comportait également un échange de cadeaux. Il était alors de bon ton d'envoyer des présents garnis de houx à ses amis.

    Dans le culte romain de Bacchus, le houx était la contrepartie féminine du lierre masculin, et c’est pourquoi les portes des maisons étaient décorées de couronnes des deux plantes au cours des Saturnales. Le docteur de l’église, Quintus Tertullian, interdit cette pratique comme coutume païenne durant le IIème siècle de notre ère. Les autorités de l’église étaient impuissantes face à la popularité persistante des rituels du houx cependant, et réinterprétèrent finalement la pratique en termes chrétiens : «Selon la légende, chaque palmier qui accueillit le Sauveur Jésus lorsqu’il entra à Jérusalem, reçut des épines comme souvenir de l’épreuve à laquelle le Christ fut soumis». (Schöpf 1986, 146). Ainsi, les feuilles piquantes du houx devinrent un symbole chrétien de la couronne d’épines et ses baies rouges devinrent le sang du Christ.


    Utilisation Magique et Populaire.
    Plus d'une superstition et croyance émaillent l'histoire du houx. Les anciens Européens croyaient que par ses feuilles épineuses, le houx repoussait les mauvais esprits, entre autre les sorcières et les foudres du ciel.

    Comme d’autres plantes à feuillage persistant, les feuilles piquantes et découpées de l’Ilex passaient à la fois pour protéger contre les pouvoirs dangereux et pour les attirer : « Selon les croyances populaires, les sorcières avaient besoin des baies rouges du houx pour créer les orages. Les baies étaient un ingrédient important des « onguents et encens » des sorcières ». (Weustenfeld 1996, 111).
    Ils étaient utilisés en magie comme protection contre les cauchemars, les incubes et autres démons, ainsi que pour se protéger de la foudre.
    Planté près d’une maison, le houx protégeait contre la magie maléfique. Pythagore écrit que le pouvoir de leurs fleurs change l’eau en glace. Il dit également que lorsqu’un bâton de ce bois est lancé contre une bête sans suffisamment de force, il se rapprochera de lui-même jusqu’à l’animal, à une coudée environ, par sa propre magie, puisqu’un grand pouvoir réside dans cet arbre (Pline l’Ancien XXIV, 116).

    Selon les traditions botaniques, un buisson de houx, plante de protection, cultivé sur votre propriété vous protégerait contre la foudre.

    Étrangement, on retrouve aussi cette croyance chez certains Amérindiens de l'est de l'Amérique du Nord qui plantaient du houx près de leurs habitations. Ils avaient de plus découvert une méthode de séchage des baies qui en préservait toute la brillance et la rondeur. Elles servaient à la décoration des vêtements et des cheveux ainsi que de monnaie d'échange avec d'autres peuplades où le houx ne poussait pas à l'état naturel. Des rameaux de houx peints sur des objets ou brodés sur des vêtements étaient signe de chance. Pour les guerriers amérindiens, la plante entière avait force de symbole : la rigidité de son bois représentait leur résistance, les épines leur férocité, et la longévité des feuilles, leur courage face à l'ennemi.


    Cette année, apportez un peu de la magie de la nature dans votre maison et ajoutez quelques brins frais de houx à votre décoration intérieure. N’oubliez pas de conserver les feuilles épineuses et les baies toxiques à l’écart des jeunes enfants, et profitez de l’enchantement naturel de Yule.

     

    Le Houx

    Très belle fin d’année à tous.

     

     

     

    Sources: http://espacepourlavie.ca/le-houx
     http://www.le-sidh.org/wicca/pratiques-rituelles-sorcieres/plantes-sorcieres/le-houx-arbre-sacre-de-frau-holle/

     

     

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires