• Le Lethé, les fleuves des Enfers

    Le Lethé, les fleuves des Enfers

    Le Léthé

    Dans la mythologie grecque, les Enfers (au pluriel) désignent le royaume des morts. C’est un lieu souterrain où règne le dieu Hadès, raison pour laquelle on parle souvent de royaume d’Hadès, ou de l’Hadès tout court.

    Le royaume d’Hadès est l’endroit où toutes les âmes vont pour être jugées après la mort. Les Enfers sont gardés par un chien à trois têtes : Cerbère.

    Le Lethé est dans la mythologie grecque, le fleuve de l'oubli parmi les 5 fleuves coulant dans les enfers:

    Le Styx: Le fleuve le plus connu des Enfers qui donne l’invulnérabilité, là où Achille, héros de la guerre de Troie, fut plongé par sa mère Thétis. Le Styx est aussi le fleuve de la haine mortelle.

    L'Achéron: On devait le traverser, sur la barque de Charon, afin d’accéder aux Enfers. Charon, le passeur, le fait traverser dans sa barque, moyennant une obole symbolique (cela explique la coutume mortuaire qui voulait que l’on glisse une pièce dans la bouche des morts). L’Achéron, profond et noir fleuve de la douleur, dont les eaux coulent en partie à la surface, empoisonne les mortels qui voudraient boire son eau.

    Le Cocyte: Le Cocyte est un affluent de l’Achéron. C’est sur ses rives que doivent attendre les âmes privées de sépulture avant de comparaître devant les juges qui statueront sur leur sort définitif. C’est un fleuve impétueux qui entoure le Tartare de ses eaux, et on dit que son cours est formé par les abondantes larmes versées par les âmes mauvaises en repentir.

    Le Phlégéthon: Le Phlégéthon, tout comme le Cocyte, est un des affluents de l’Achéron. Ce fleuve auquel on attribue les qualités les plus nuisibles est constitué de flammes et entoure la Prison des Mauvais. Il est assez long et coule dans le sens inverse à celui du Cocyte.

    Le Léthé

    Le Léthé est aussi appelé « Fleuve de l’Oubli ».De là viendrait le fait que nous avons tout oublié de nos vies antérieures, l’oubli nous étant indispensable.

    Après un grand nombre de siècles passés dans les Enfers (Hadès), les âmes des justes et celles des méchants qui avaient expié leurs fautes aspiraient à une vie nouvelle, et obtenaient la faveur de revenir sur la terre habiter un corps et s'associer à sa destinée. Mais avant de sortir des demeures infernales, elles devaient perdre le souvenir de leur vie antérieure, et à cet effet boire les eaux du Léthé, qui provoquaient l'amnésie.
    Les morts soucieux d'oublier leur vie terrestre, s'y abreuvaient, tandis que (Selon Platon) les âmes en passe de renaître s'y immergeaient pour effacer ce qui avait été vu dans le monde souterrain.
    Là, les âmes pures, subtiles et légères, buvaient avec avidité ces eaux dont la propriété était d'effacer de la mémoire toute trace du passé, ou de n'y laisser du moins que de vagues et obscures réminiscences. Devenues aptes a rentrer dans la vie et a en supporter les épreuves, elles étaient appelées par les dieux a leur nouvelle incarnation.
    Vierges de toute mémoire, ces âmes pouvaient alors renaître.......

    Le Léthé coulait avec lenteur et silence : c'était, disent les poètes, le fleuve d'huile dont le cours paisible ne faisait entendre aucun murmure. Il séparait les Enfers de ce monde extérieur du côté de la Vie, de même que le Styx et l'Achéron les en séparaient du côté de la Mort. La porte du Tartare qui ouvrait sur ce fleuve était opposée à celle qui donnait sur le Cocyte.

    Il est ordinairement représenté sous la figure d'un vieillard qui d'une main tient une urne, et de l'autre la coupe de l'Oubli.

    J’ai trop vu, trop senti, trop aimé dans ma vie ;
    Je viens chercher vivant le calme du Léthé. — (Alphonse de Lamartine, Le Vallon, dans Méditations poétiques, 1820)

    Il n’a su réchauffer ce cadavre hébété
    Où coule au lieu de sang l’eau verte du Léthé. — (Charles Baudelaire, Spleen, dans Les Fleurs du mal, 1868)

    Léthé
    Dans la mythologie grecque, Léthé fille d’Éris (la Discorde), est la personnification de l'Oubli. Elle est souvent confondue avec le fleuve Léthé.

    Source Wikipédia

     

    « MAÂTMu, ou la Lémurie »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Septembre 2016 à 22:53

    Bonsoir Triskèle ,

    j'étais en train d'étudier sur la mythologie Grecque et j'avais besoin d'infos sur le Lethé !

    voilà maintenant j'ai tout ce qu'il me faut !

    un grand merci à toi pour ce grand travail  de recherche et ce grand soin que tu apportes

    à ces recherches et aux explications que tu donnes !

    un très bon blog !

    bravo à toi

    j’apprécie particulièrement !

    bien amicalement

    claude cool

      • Samedi 24 Septembre 2016 à 07:55

        Bonjour Claude, c'est un plaisir de te retrouver ici, sur un de mes premiers articles qui n'avait pas été commenté, merci beaucoup.

        Je te souhaite un très bon week-end, premier de l'automne, amitiés.

    2
    Mercredi 7 Décembre 2016 à 21:18

    Bonjour, j'ai adore ce blog, il ma vraiment aide! Continue comme ca, j'adore le style de ton blog! Merci!

      • Jeudi 8 Décembre 2016 à 08:21

        C'est très gentil, merci à toi, bonne journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :