• Orphée et Eurydice

    Orphée et Eurydice

    Orphée et Eurydice


    Orphée était le fils d'Oeagre, roi de Thrace, et de Calliope, la Muse de l’éloquence et de la poésie épique.
     
    Orphée fut le poète et le citharède le plus célèbre qui n'ait jamais vécu dans l'Antiquité; il fut le fondateur de l'orphisme.
    Dès son enfance, en digne fils de sa mère, il montra de si grandes dispositions pour la poésie et la musique qu' Apollon lui fit don d'une lyre à sept cordes qu'avait conçue Hermès dans son jeune âge. Les Muses lui apprirent à en jouer et en leur honneur il rajouta deux cordes à sa lyre, pour rendre hommage aux muses au nombre de 9 dont faisait partie sa mère. Il passe pour être l'inventeur de la cithare.

    Par sa musique, non seulement il attendrissait les bêtes féroces mais il charmait aussi les arbres et les rochers au point qu'ils se déplaçaient pour le suivre et l'écouter.
    Bien sûr, aucune jeune fille ne pouvait résister aux notes tendres et apaisantes que faisait naître Orphée, mais aucune ne trouvait grâce à ses yeux, jusqu'au jour où il rencontra l'envoûtante Eurydice.
    Leur amour était si profond et si pur qu'ils décidèrent très rapidement de se marier.
    On sait peu de chose sur Eurydice hormis qu’elle est une dryade, c’est-à-dire une nymphe très timide sortant des arbres. Elle est belle telle la musique d’Orphée selon le mythe.

    Mais Jason, sur le conseil de Chiron, demanda à Orphée de se joindre aux Argonautes. Il s'embarqua sur l'Argo pour la Colchide et sa musique et ses chants les aidèrent à vaincre de nombreuses difficultés qui se présentèrent au cours de leur expédition.

    A son retour, il épousa la très belle dryade Eurydice et il s'installa en Thrace pour régner sur le peuple des sauvages Cicones. Le couple vécut très heureux et selon Diodore de Sicile, il eut un enfant appelé Musée qui devint le premier prêtre de Déméter à Eleusis.

    Mais ce bonheur idyllique et cet amour parfait allait être troublé par un drame atroce.
    Un jour, près de Tempé, dans la vallée du fleuve Pénée, Eurydice refusa les avances d’un dieu champêtre nommé Aristée qui se mit à la pourchasser, ou bien selon une autre version dansait-elle simplement avec des Nymphes, toujours est-il qu'elle posa malencontreusement son pied nu sur un serpent venimeux caché dans l'herbe drue qui la mordit à la cheville. Terrassée par le poison foudroyant la malheureuse Eurydice s'écroula sur l'herbe tendre.
    En vain Orphée employa le suc bienfaisant des plantes pour détruire l'effet du poison mais rien n'y fit et Eurydice mourut.

    Alors Orphée, inconsolable, vit que tout était perdu il prit la décision d'aller chercher Eurydice dans le royaume d'Hadès d‘où peu sont revenus vivants. Il se rendit à Ténare en Laconie où se situe l'entrée des Enfers et descendit courageusement au Tartare dans l'espoir de ramener son épouse. A son arrivée, utilisant sa lyre, non seulement il charma le passeur Charon, le chien Cerbère et les trois Juges des Morts par sa musique, mais il interrompit momentanément les supplices des damnés.
    Il entra sans peur et se présenta devant Hadès qui était accompagné de Perséphone son épouse.
    « Que viens-tu faire ici ? » demanda Hadès de sa voix forte. Alors, pour toute réponse, Orphée entonna un chant incroyablement triste. Les notes de sa lyre emplissaient toutes les salles du palais, d'abord douces et mélancoliques, puis fortes et vibrantes, semblables à la douleur du poète. L'ensemble, bien sûr, était si enchanteur que les divinités infernales s'apaisèrent…

    Hadès et Perséphone consentirent à laisser partir Eurydice. Mais ils y mirent une condition : Orphée ne devait pas se retourner jusqu'à ce qu'Eurydice soit revenue sous la lumière du soleil.
    Le jeune homme acquiesça avec joie et se mit en marche, suivi de sa jeune épouse.
    Eurydice suivit Orphée dans le sombre passage, guidée par la musique de sa lyre.
    Mais arrivé à la fin du voyage, alors qu’Orphée est sous la lumière du soleil, il se retourne avec hâte pour admirer sa bien aimée: celle-ci hélas n’avait pas encore franchi le seuil des Enfers. Il la vit à son grand malheur repartir pour toujours dans le royaume des morts.

     Orphée avait vu Eurydice pour la dernière fois ! Le pauvre garçon en fut désespéré. Il tenta à nouveau de convaincre Hadès de lui rendre son aimée. Mais il n'eut pas de seconde chance; le dieu resta insensible à ses supplications.
    Le poète se retira alors dans un lieu isolé où il chanta sa peine. Et nulle jeune fille ne put jamais le consoler.

    De nombreuses traditions circulent sur sa mort. La version la plus courante est que les Bacchantes ou Ménades éprouvèrent un vif dépit de le voir rester fidèle à Eurydice et le déchiquetèrent.
    Sa tête, jetée dans le fleuve Euros, vint se déposer sur les rivages de l'île de Lesbos, terre de la Poésie. Les Muses, éplorées, recueillirent les membres pour les enterrer au pied du mont Olympe, à Leibèthres, en Thessalie. On prétendait que sa tête continuait parfois à chanter dans son tombeau, symbole de la survie posthume du poète par son chant.

    D'après Ovide, Apollon affligé de la perte du Chantre, attacha au sol, par de tortueuses racines, toutes les Bacchantes présentes à la mort d'Orphée. Celles-ci ne purent plus bouger, et, attachées aux racines, elles ne pouvaient se débattre. Les racines commencèrent à grimper le long de leur corps, et le bois prit possession d'elles. Elles furent métamorphosées en arbres.

     

    Orphée et Eurydice

    Sur intervention d'Apollon et des Muses, la lyre figura comme constellation dans le ciel.

     

     

     

     

    http://www.iletaitunehistoire.com/genres/contes-legendes/lire/orphee-et-eurydice-biblidcon_076
     http://mythologica.fr/grec/orphee2.htm#sthash.cwzxdqyx.dpuf
    http://esoterophilie.com/lamour-jusquaux-enfers-le-mythe-dorphee-et-deurydice/

     

     

    « Le Fairy Flag de DuneveganGuenièvre »

  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Janvier 2014 à 14:30

    Offenbach ... Orphée aux enfers ... quel enchantement ! BIzz de Béa

    2
    Mardi 14 Janvier 2014 à 14:37

    La sphère Ekla était endormie, et Béa est arrivée! Merci beaucoup ma belle, bises.

    3
    Mardi 14 Janvier 2014 à 14:45

    C'est vrai qu'en ce moment, ce n'est pas nerveux ! Bizz de Béa

    4
    kikoulol
    Mardi 2 Mai à 22:03
    Sa beugue c énervant. Je n arrive pas à créer mon blog
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :