• Durandal

    Durandal

    Durandal

    Presque aussi célèbre qu’Excalibur, Durandal est le nom de l’épée mythique qui a appartenu au chevalier Roland (736-778), neveu de Charlemagne, personnage de la littérature médiévale et de la Renaissance.
    La légende veut que Durandal ait été donnée à Charlemagne, alors qu'il était aux vallons de Maurienne, par un ange de Dieu, afin qu'il la remette à un comte capitaine. Charlemagne l’offrit alors à Roland.

    Légende
    La mort de Roland à Roncevaux dans une embuscade tendue par des Vascons est racontée dans la Chanson de Roland (où les Vascons sont remplacés par les Sarrasins grâce a la guerre).
    La chanson de Roland est un exemple classique de chanson de geste (du latin gesta «action aventureuse») par le glissement de l'Histoire à la légende, et par la célébration épique des vertus de la chevalerie, de l'honneur féodal et de la foi.
    C'est dans la geste du roi, composée au Xe siècle, que l'on retrouve la Chanson de Roland. Ami d'Olivier, frère de sa fiancée la belle Aude, Roland est comte de la Marche de Bretagne, et surtout neveu de Charlemagne. Quand ce dernier passe les Pyrénées pour aller lutter contre les Sarrasins en Navarre, Roland commande l'arrière-garde qu'attaquent les Sarrasins au col de Roncevaux, à la suite de la trahison de Ganelon. Roland et ses hommes résistent jusqu'au dernier. Blessé à mort, il sonne enfin dans son olifant, appelant Charlemagne à son secours.

    Durandal


    La légende veut que Roland ait tenté de casser sur un rocher son épée Durandal pour qu'elle ne tombe pas aux mains des Sarrasins, mais c'est le rocher qui se brisa, ouvrant ce qu’on appelle « la brèche de Roland. »
    La Brèche de Roland est une trouée naturelle de quarante mètres de largeur et de cent mètres de hauteur s'ouvrant dans les falaises situées au-dessus du cirque de Gavarnie, dans les Pyrénées, et constituant un col de montagne. Située à une altitude de 2 807 mètres, elle marque la frontière entre l'Espagne et la France.

    Voyant que Durandal ne cassait pas, Roland aurait alors appelé l'archange Michel à l'aide, puis lancé son épée vers la vallée. Celle-ci traversa alors miraculeusement plusieurs centaines de kilomètres avant de se ficher dans le rocher de Notre-Dame de Rocamadour dans le Lot où on peut encore l’admirer aujourd’hui.

    Durandal

    C’est le but d’un des pèlerinages les plus anciens et les plus importants de France. Les fidèles accourent de tous les points du pays, pour y faire leurs dévotions. Ce pèlerinage porte le nom de pèlerinage de Notre-Dame de Rocamadour. Il est devenu une étape sur la route de St Jacques de Compostelle.

    Ce qui lui donne une faveur particulière, c’est qu’il a la vertu de rendre fécondes les femmes frappées de stérilité.
    Si ces déshéritées veulent laisser une postérité, elles doivent se rendre à Rocamadour, monter pieds nus et à genoux les centaines de marches, taillées dans le roc, qui conduisent à l’Eglise, y entendre les saints offices dans le plus grand recueillement, puis s‘agenouiller sous l‘épée en récitant des patenôtres.
    Si les dévotions sont faites dans les règles, il est bien rare que, quelques mois après, les douleurs de l’enfantement ne se fassent pas sentir.

    Cette croyance est très vivace dans les populations d’une partie du Centre et du Midi de la France.

    Durandal

     

     

     

    Sources: Wikipédia et http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article6012

     

     

     

     

     

    « Les DragonsLa fée Kesaj »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 14 Septembre à 11:12

    J'adore ces histoires d'épées qui possède un certain pouvoir.

    Je connaissais dans les grandes lignes de Durandal, mais pas son origine (donnée à Charlemagne).

    En lisant cet article, je me pose désormais une question.

    La légende de Durandal est-elle une "adaptation" de celle d'Excalibur (en bref une récupération de la légende celte par l'église du Moyen-âge), ou bien les deux sont-elles fondées sur un socle commun qui ne nous est parvenu que par bribes (épée de pouvoir, etc.) ?

     

    C'est une question qui m'intéresse.

    Et puis, pourquoi ne pas essayer un jour de retirer l'épée de Durandal de son rocher ?

      • Jeudi 14 Septembre à 12:37

        Bonjour Patrick, je ne pense pas que la légende de Durandal soit une adaptation de celle d'Excalibur, car les épées magiques sont nombreuses dans les mythologies, principalement celtiques et nordiques.

        L'épée est par excellence l'arme du chevalier, on lui donnait un nom, on lui attribuait des pouvoirs magiques, certaines mêmes ont été baptisées, récupérées par les prêtres chrétiens car on pensait qu'elles avaient une personnalité et même une âme. Chaque chevalier célèbre devait avoir son épée magique, de préférence forgée par un artisan tout aussi magique, et plus tard offerte par un ange ou un saint.

        -Caladbolg, épée magique de Fergus Mac Roeg dans la mythologie celtique irlandaise, dite aussi épée de Nuada
        - Durandal, épée de Roland de Roncevaux
        - Joyeuse, l’épée de Charlemagne
        - L'épée de vie de Freyr, qui avait le pouvoir de combattre seule
        - L'épée d'Odin dans la mythologie wagnérienne
        - Excalibur, épée du roi Arthur
        - Hrotti, épée de Fáfnir dans le cycle de Sigurd
        - Hrunting, l'épée magique de Beowulf
        - Kusanagi-no-tsurugi, épée légendaire du Trésor impérial du Japon confiée par Amaterasu à Ninigi.
        - Gram, épée ayant appartenu à Siegfried dans la mythologie nordique, grâce à laquelle il tue le dragon Fáfnir.
        - Marmadoise ( Cycle Arthurien ), épée du duc Frolle d'Allemagne, antithèse d'Excalibur.
        - Mimung,épée de Wayland (le forgeron d'Odin) et Witga son fils. Donnée à Siegfried par une fée. Forgée par Wayland.
        - Næglind/Nægling, deuxième épée de Beowulf
        -Zulfikar, l'épée bifide donnée par Mahomet à `Alî lors de la bataille de Uhud, ce qui en fait un nom symbolique pour l'Islam.

        Et bien d'autres.

        Merci Patrick, et tu nous préviens si tu arrives à retirer Durandal de son rocher? smile

        A bientôt, mes amitiés.

         

    2
    Jeudi 14 Septembre à 13:27

    Une petite contribution à cet article...

    La légende de Galgamo

    Nous sommes au douzième siècle en Toscane, Italie. Après une jeunesse libertine, le chevalier Galgàno Guidotti abandonna ses titres et possessions pour faire ermitage dans la campagne siennoise, dans un lieu aujourd'hui nommé Cappella di San Galgano a Montesiepi ; dans la plaine proche, une abbaye cistercienne fut construite, vingt ans après sa mort, en 1201 pour l'honorer.

    Galgano Guidotti était un chevalier, un jour en allant rejoindre son ancienne fiancée à la demande de sa mère, il fit une chute de cheval, il eut alors une vision d’un archange, l’archange Saint Michel, qui lui dit de renoncer aux choses matérielles. Le chevalier dit qu’il serait aussi difficile pour lui de se détacher des choses matérielles que de séparer une roche en deux.

    Pour le prouver, le chevalier frappa une roche avec son épée et au lieu de se briser, elle s’enfonça dans le rocher très facilement. Galgano devint un Hermite à partir de ce moment-là et s’isola jusqu’à sa mort à coté de son épée…

    .../...

    Pendant longtemps on pensa que cette épée était une supercherie, mais des analyses effectuées en 2001 montrèrent que l’épée est bien enfoncé dans le rocher, d’après les mesures effectuées la lame s’enfonce bien sur une bonne longueur à l’intérieur du rocher. Les chercheurs pensent que la tombe du chevalier se trouverait à proximité, et il semblerait qu’une cavité se trouve sous le rocher cette cavité mesurerait environ deux mètres sur un mètre.

    Au cours des siècles l’épée dans la pierre et sa légende ont conduit à l’Abbaye des pèlerins et des visiteurs provenant de tous les pays du monde. Les nombreuses ressemblances avec les contes du cycle d’Arthur ne sont peut-être pas passées inaperçues.

    Beaucoup d’historiens ont souligné l’incroyable ressemblance du nom du saint, Galgano, avec celui d’un des chevaliers de la Table Ronde, Galaad, qui, d’ailleurs, était d’origine romaine.

    .../...

    3
    Jeudi 14 Septembre à 14:43

    Ah merci Bedeau! J'ai cherché à me souvenir de cette légende et du nom de l'abbaye où était cette épée, rien à faire! Je suis très contente que tu l'aies retrouvée pour moi. Comme quoi chevaliers et épées magiques traversent les siècles!

    Encore un grand merci, bonne fin de journée.

    4
    Vendredi 15 Septembre à 00:24

    une épée "génitrice " ne verrait-on pas là les origines du prestige de l'uniforme ?

    stranga vivo, mirindaj amglavoj .....

    Kisteoj, amikino

      • Vendredi 15 Septembre à 08:14

        Bonjour Peache, qui sait, mais l'uniforme des chevaliers, hormis l'épée, avec le heaume et l'armure, devait être bien moins confortable que celui de gendarme!

        Bonan semajnfinon mon  cher Peache, kisetoj.

    5
    Vendredi 15 Septembre à 09:06

    Les légendes sont créées pour embellir l'histoire, l'embuscade de Roncevaux a été faite comme tu le dis par les Vascons, principalement des Basques, auquels s'étaient alliés quelques habitants de Pamplume que le bon rois Charles avait entièrement pillé. Le pauvre Roland commandait l'arrière garde en punition de son désaccord avec Charles sur ce fameux saccage de Pamplume. Il fallait enjoliver la vérité et troubadours et trouvères étaient le meilleur média que les monarques avaient à leur disposition. Ce mode d'expression vaut largement nos médias actuels, car depuis plus de 1200 ans la légende n'a pas pris une ride.

    Amicalement

    Claude

      • Vendredi 15 Septembre à 09:25

        Bonjour Claude, je suis bien de ton avis, Charlemagne a abandonné Roland et sa mort a du faire du bruit pour qu'on brode cette légende à son sujet. Mais c'est grâce à ça qu'il est devenu immortel.

        Merci de ce commentaire bienvenu, je te souhaite une bonne journée, amitiés.

    6
    Vendredi 15 Septembre à 09:33

     article intéressant les légendes tiennent bien la route  à chacun d'y croire ou pas je parle bien sur des épées qui ont fait coulées de l'encre 

    ici l'histoire est réel mais l'épée à t'elle parcouru plusieurs centaines de kilomètres hum 

    bonne journée à tous et à toi Triskèle amicalement 

    Béa

      • Vendredi 15 Septembre à 10:00

        Bonjour Béa, le merveilleux et l'incroyable font tout le charme des légendes.

        Merci de ta visite, bonne journée à toi également, amitiés.

    7
    Vendredi 15 Septembre à 10:19

    Bonjour

    merci de cette histoire, legende et patrimoine de notre pays gaulois intello

    on connait tous cette histoire en gros, mais les details sont passés a la trappe,

    là on peut bien decouvrir le fin mot de l'histoire

    merci de citer les autres epées et leurs chevalier en commentaire, j'en ai oublié pas mal LOL

     

    merci a Bedeau pour ce complement italien d’une autre legende d'epee

     

     

     

    bon weekend a lundi

      • Vendredi 15 Septembre à 11:18

        Bonjour Philippe, et merci de ton intérêt.

        Il y a encore bien d'autres épées légendaires que j'ai oubliées également, elles sont si nombreuses!

        Bonne journée, amitiés.

    8
    Vendredi 15 Septembre à 18:06

     bonsoir 

      une superbe  légende 

     et merci pour le nom   de  ces épées magiques   j ignorais qu 'il  y en avait tant 

     on oublie  un peu toutes ces légendes dommage 

     merci pour le rappel 

     bises Triskéle 

     kénavo

      • Vendredi 15 Septembre à 18:51

        Bonsoir Monica, je suis ravie que ça te plaise, mais je n'ai certainement pas cité toutes les épées légendaires,il y en a tant dont je ne me souviens pas!

        Merci de ton passage, je te souhaite un bon week-end, bises.

    9
    Vendredi 22 Septembre à 09:37

    Belle photo de Rocamadour !

    Bonne journée Triskèle.

      • Vendredi 22 Septembre à 10:07

        Merci Coyote, bonne journée à toi aussi, bises.

    10
    Dimanche 24 Septembre à 17:59

    Hi, hi, c'est fou ce que l'on apprend chez toi, même tes visiteurs y ajoutent quelque chose, j'ai tout lu et appris beaucoup ... Bises

      • Dimanche 24 Septembre à 18:47

        Génial, c'est le but, mes visiteurs sont des auxiliaires bien utiles.

        Bises Béa.

    11
    Dimanche 8 Octobre à 13:24

    "La chanson de Roland" Une histoire qui a bercé mon enfance. Beaucoup de légendes possèdent des similitudes ...Quelle légende a t elle une autre en premier. L'époque à laquelle elles ont été crée peut nous laisser imaginer mais il y a  cependant des légendes moins connues dont les influences sont tout aussi évidentes. Dans la fantasy médiévale moderne nul ne  doute par contre que les influences sont encore plus évidente. Dans le seigneur des anneaux de Tolkien la mort de Boromir qui souffle dans son cor m'a de suite fait penser à la mort de Roland à Roncevaux

      • Dimanche 8 Octobre à 14:27

        Bonjour Christian, en effet bien des légendes se recoupent dans leur symbologie; rien d'étonnant puisqu'elles font partie de l'inconscient collectif. Beaucoup d'entre nous en ont conservé quelques graines qui ne demandent qu'à germer de nouveau.

        Merci de votre commentaire, amicalement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :