• Les Fleuves Sacrés

    Les fleuves sacrés

    Les Fleuves Sacrés du monde

    De tous temps les fleuves ont été sacrés pour les hommes, sources de vie et de nourriture, premières voies de communication, certains ont été considérés comme des dieux.

    Le Nil
    Les fleuves sacrésLe plus sacré de tous, le dieu Nil était vénéré depuis les temps les plus reculés de la civilisation égyptienne, il est indissociable de son histoire, car  hier comme aujourd’hui l’Egypte est « un don du Nil ».
    Plus grand fleuve du monde, le Nil est l’épine dorsale de l’Egypte, racontant au fil de ses méandres l’histoire d’Osiris, Isis, Horus, Ramsès, Toutankhamon,  Cléopâtre, Alexandre le Grand, Champollion et tant d’autres, aucun autre fleuve ne peut lui être comparé.
    Le mythe de sa source a intrigué tant d’explorateurs qui finirent par découvrir le Nil Blanc et le Nil Bleu qui se rejoignent enfin pour courir au milieu du désert et se jeter en Méditerranée.
    L’Égypte fut longtemps le carrefour de toutes les influences, de tous les savoirs conservés dans la bibliothèque d‘Alexandrie autant que dans le cœur de ses prêtres, dépositaires de leur antique histoire,  là où les savants Grecs venaient se renseigner, là où le monde entier vient encore s’émerveiller devant les vestiges de cette extraordinaire et mystérieuse civilisation.
     Fabuleux destin dont il reste aujourd’hui tant à voir dans ce grand musée à ciel ouvert qu’est la vallée du Nil.

    Le Gange
    Les fleuves sacrésLe Gange, fleuve sacré par excellence parmi les 7 fleuves sacrés de l‘Inde, prend sa source dans l’Himalaya. Alors appelé Bhagirathi, il mêle ses eaux avec celles de l’Alaknanda pour devenir le Gange. Il se jette alors dans le golfe du Bengale en formant le delta du Gange, le plus grand au monde.
    Les sources sacrées du Gange sont un lieu de pèlerinage, appelé Yatra et de nombreux sites sur son parcours sont également sacrés., on découvre des sanctuaires dédiés aux divinités du panthéon hindou: Shiva ou Ganga.  Le Gange est la chevelure de Shiva.
    Les pèlerinages attirent des millions de personnes qui se mêlent dans une cacophonie indicible. Des milliers de mendiants, de malades aux plaies ouvertes s’y baignent pour trouver la guérison.
    Pour les hindous, l'eau du Gange possède la vertu de purifier le corps des humains et de libérer l'âme des défunts.
    Mais si ce fleuve indien est un lieu sacré pour la population, c'est aussi le fleuve le plus pollué du monde. Tous les égouts de la ville s’y déversent, les cendres des morts et quelquefois les corps entiers y sont jetés. Ce qui n’empêche pas les Indiens de s’y baigner, y laver leur vaisselle et leur linge ou puiser de l’eau qu’ils boiront à la maison.
    On voit souvent des offrandes de nourriture et de fleurs colorées flotter à la surface des eaux, frôlant les vaches sacrées venues s’y désaltérer.

    Le Danube
    Les fleuves sacrésLe Danube est le deuxième fleuve d'Europe et s'étale des Montagnes de la Forêt Noire aux rives de la Mer noire, longeant 9 pays. Grâce au canal qui le relie à la Mer du Nord par le Rhin, il mérite encore plus le surnom de Roi des fleuves d'Europe que Napoléon lui avait donné. Sa particularité est de suivre un tracé d'Ouest en Est, alors que les grands fleuves d'Europe s'étirent suivant un axe méridien.
    Pour les Romains, le Danube était la frontière qui les séparait et les protégeait des «barbares» des forêts. Nul doute que, avant la conquête des légions, ce fut aussi un lieu de culte païen pour les populations autochtones.
    Quelques-unes des plus anciennes civilisations européennes se sont implantées dans le bassin du Danube, qui lui aussi était déifié dès la plus haute antiquité.
    Le Delta du Danube a été considéré, à partir de la préhistoire, comme un espace sacré.
    Sur la Colonne Trajanne a été figuré sur un bas-relief le Dieu Danubius, en tant que fleuve sacré des Daces. L’empereur Trajan lui-même apportait des sacrifices à Danubius pour qu’il le protège. Le caractère sacré du fleuve protecteur est mis en évidence par des légendes et des contes sur le Danube. On élevait dans la proximité du fleuve des enceintes sacrées en l’honneur du dieu Danubius.
    Ovide, Ptolémée et Strabon parlent d’un temple qui était construit dans l’île des Serpents, dans la Mer Noire (Leuke dans l’antiquité).  Là les dépouilles mortelles d’Achille et son ami Patrocle auraient été apportées par la Déesse Thétis. Dans le delta même se serait trouvé la résidence de Diane.
    On trouve l’île Letea d’après Latone, le port Sélina (Séléné, Lune).
    Des êtres mythologiques hantent les eaux du fleuve: femmes poisson, géants…

    Le Mississippi
    Les fleuves sacrésPerler du Mississippi nous évoque Tom Sawyer, Huckleberry Finn, autant en emporte le vent, les champs de coton, le blues et les bateaux à aubes… Suivre son cours, c’est un peu voyager dans l’histoire des États-Unis.
    Le Mississippi, troisième fleuve du monde, naît dans le nord du Minnesota. Il traverse les États Unis en leur milieu, du nord au sud. Le fleuve longe neuf états, avant de se jeter  par un delta dans le Golfe du Mexique. Le segment inférieur du fleuve forme de nombreux méandres à partir de Memphis : marécages, bras morts, bayous…
    Pendant l'époque précolombienne, le Mississippi constituait déjà une voie de navigation et les Amérindiens l'appelaient « Meschacebé », qui signifie « père des eaux ». Le Mississippi servait de voie de communication avant l'arrivée des Européens: les Amérindiens le parcouraient à bord de canoës en écorce; ils transportaient les troncs par flottage. À Cahokia étaient échangés du cuivre, de la nacre, de la viande de bison et de wapiti. Le fleuve et ses affluents fournissaient aussi du poisson.
    Aujourd'hui encore, le fleuve reste un élément fondamental de l'économie et de la culture américaine.

    La Volga
    Les fleuves sacrésLa Volga est le plus grand fleuve d'Europe. Avec ses affluents, il arrose plus d'un tiers de la surface de la Russie d'Europe.
    La Volga prend sa source dans les collines de Valdaï à 228 mètres d'altitude entre Moscou et Saint-Pétersbourg avant de se jeter dans la mer Caspienne.
    Les sources de la Volga ont été découvertes magiquement selon la légende « par un homme de Dieu, Nektari, qui les a découvertes et bénites au XVIIe siècle, deux siècles avant que les scientifiques n'achèvent leurs calculs savants et ne confirment ce que le Seigneur lui avait révélé.» Au monastère Nil Stolbenski posé sur une petite presqu'île du lac Seliger, se trouve à l'intérieur de la cathédrale du monastère, dans une châsse en bois doré, la relique sacrée: le crâne de Nektari en personne!
    Sur une pierre près de la source a été gravée cette adresse: «Pèlerin russe, prête ton attention à la source de la Volga. C'est ici que naissent la pureté et la grandeur de la terre russe. C'est ici que se trouvent les sources de l'âme populaire russe. Garde-les en toi.»
    Pour bien des russes, la Volga est un fleuve aussi sacré que le Nil. En juin, une procession religieuse s'élance de la source de «matouchka Volga» («petite mère Volga») pour suivre, à pied puis en bateau, le cours du fleuve jusqu'à son delta.

    Elle fut autrefois la route des Varègues, nom donné aux Vikings qui  s’offraient comme mercenaires de l’empire byzantin et constituaient la garde rapprochée de l’empereur.
    La Volga joue également un grand rôle dans l'imaginaire russe et a inspiré de nombreux romans, et chansons, telle que Les Bateliers de la Volga.

     


    Sources: http://blog.thomascook.fr/2010/03/decouvrir-les-plus-beaux-fleuves-du-monde/
    http://www.paperblog.fr/1994268/retour-de-russie-de-la-volga-a-la-neva/
    http://www.lefigaro.fr/voyages/2013/08/16/30003-20130816ARTFIG00254-la-volga-entre-bulbes-et-bouleaux.php

    « Légendes de Franche ComtéLe Noeud Gordien »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 23 Mars 2014 à 20:57

    Sacré travail .. . la vie est un long fleuve tranquille, les souvenirs que nous laisserons  de nos passages dans cette vie seront les alluvions sur lesquels pousseront nos descendants. 

    L'Indus a pour nous une importance certaine, c'est de ses rives que partirent  les peuples la diaspora des hommes vrais "Manush en Hindi ". 

     

    2
    Lundi 24 Mars 2014 à 07:09

    Bien sûr, mais je ne pouvais pas tous les citer j'ai du faire un choix, tu me pardonneras j'espère? smile
    (Belle métaphore!)
    Passe une belle journée, bises ensoleillées et venteuses.

    3
    Mardi 25 Mars 2014 à 10:24

    J'aime cet article sur ces grands fleuves mythiques. Celui qui me parle le plus, c'est le gange. Je suis toujours sidérée de voir combien il est pollué et combien il compte pour la population. Il doit vraiment être sacré pour ne pas provoquer d'épidémie.

    Bonne et belle journée. Bises de Pivoine

     

    4
    Mardi 25 Mars 2014 à 10:48

    Bonjour Pivoine, tu as raison, il y a eu des études sur la pollution de ce fleuve, qui est énorme et sur son influence sur la santé des populations, et bien ils ne sont pas plus malades qu'ailleurs, alors est-ce miraculeux? Mystère.
    Merci de ta visite et belle journée à toi aussi, bises.

    5
    Mardi 25 Mars 2014 à 12:21

    Tous ces fleuves que tu as cités sont associés à l'Histoire (avec un grand H) des hommes, chacun dans leur environnement et de façon différente, et pas toujours d'ailleurs de façon bienveillante ... On l'a vu récemment, quand le fleuve est en colère, bonjour les dégâts... Bises de Béa

    PS Et la Seine ? A-t-elle été considérée un jour comme un dieu ? ...

    6
    Mardi 25 Mars 2014 à 13:00

    La source de la Seine était autrefois sacrée pour les Celtes, puis pour les Romains, on y vénérait la Déesse Sequana et un temple gaulois y était construit. La  Seine était fille de Bacchus et de la Nymphe Cerès, elle fut changé en fleuve afin d'échapper aux assiduités de Neptune; une jolie légende a été écrite par Bernardin de Saint Pierre.

    Merci de ta visite Béa, belle journée, ici il pleut, bises.

    7
    Mardi 25 Mars 2014 à 13:20

    Merci pour ta réponse. Chez moi aussi il pleut, mais c'est pas grave, aujourd'hui c'est jour de repassage, je vis au rythme du temps, en Normandie c'est très important de savoir s'adapter ! arf Bises de Béa

    8
    Jeudi 27 Mars 2014 à 16:16

    Excellent ton travail sur les recherches de ces fleuves sacrés!Beaucoup de fascination autour de ces cours d'eaux chargés d'histoire.Que serait l'Egypte sans le Nil, qu'un grand désert sans doute...Mais l'émotion que l'on ressent lorsque l'on suit le cours d'un fleuve aussi mythique est sans égale!

    Moi aussi je me suis souvent interrogée sur le Gange, comment un fleuve aussi pollué, ne transmet pas davantage de maladie!Car c'est une vraie déchetterie...

    J'ai rouvert mon blog Triskèle!

    Belle fin de semaine,  gros bisous 

    9
    Jeudi 27 Mars 2014 à 16:49

    Bonsoir Petite Neige, merci de ton passage et de m'annoncer une bonne nouvelle, j'étais un peu triste de ne plus pouvoir entrer chez toi  smile.
    Je te souhaite une belle soirée, bises.

    10
    Samedi 21 Juin 2014 à 11:50

    bonjour Trikèle, je passe avec le soleil et ma douceur ,te souhaiter un superbe weekend rempli de bonne choses

    j'ai lue le fleuve sacré mais il faut relis il y a tellement de choses ...félicitations pour ton superbe travail

    bises de Sionie

    11
    Samedi 21 Juin 2014 à 12:26

    Merci ma chère Sionie, je te souhaite un beau week-end ensoleillé également, c'est l'été aujourd'hui!
    Bises.

    12
    Samedi 30 Août 2014 à 21:17

    J' aimais beaucoup les cours d'histoire à l’école, et lorsque vint l’étude de l’Égypte, le Nil  ne pouvait ne pas être cité tellement il est important dans cette période de l'antiquité et dans la vie de tout les jours à tout les niveaux durant cette période.

    Bonne soirée ;)

     

    13
    Dimanche 31 Août 2014 à 07:11

    Bien sûr, le Nil, le dieu fleuve, sans lequel l'Egypte n'existerait pas!

    Merci Al, passe un beau dimanche, amitiés.

    14
    Mardi 2 Septembre 2014 à 01:03

    Bonjour Triskele,

    Je tombe par hasard sur ce blog.

    Il est très beau. Les images et les tableaux sont absolument magnifiques.

    Cet article sur les fleuves est également rempli d'informations très utiles.

    J'écris simplement pour apporter un complément d'information au message numéro 6, à savoir la généalogie de Séquana.

    Si l'on consulte dans une encyclopédie la descendance de Bacchus, il n'a qu'une seule fille, et ce n'est pas Séquana.

    Ces deux divinités n'appartiennent pas au même panthéon. Bacchus fait partie de la mythologie romaine. Séquana est celte. Cette légende a été évidemment forgée de toutes pièces et ne correspond pas au statut de déesse de Séquana. Ce n'est pas une simple nymphe. Sa réputation est immense à travers toute la Gaule où l'on venait de très loin dans l'espoir d'une guérison.

    Sans oublier le fait que "transformée" en fleuve, elle n'a plus le choix désormais que d'être précipitée dans les bras de Neptune. Bref, pour la sauver de Neptune, on la jette dans ses bras, sans qu'elle puisse s'échapper.

    Si le sujet de Séquana vous intéresse, j'en ai fait un petit quiz sur mon site à cette page (je ne sais pas si j'ai le droit de la citer ici, si ce n'est pas le cas, il suffit de l'ôter) :

     

    http://fleuve-trotteur.fr/78.html

     

    En tous les cas, félicitation pour cet article. J'adore vraiment.

    Patrick Huet

     

     

    15
    Mardi 2 Septembre 2014 à 06:42

    Bonjour Patrick,

    merci beaucoup pour votre commentaire et vos compliments, ça me fait plaisir.
    Sequana est une Déesse gauloise et donc celte en effet, mais aussi gallo-romaine, comme Bacchus est romain. Je me suis basée, selon mon habitude, sur les légendes, comme vous pourrez le lire sur ces deux liens:

    http://www.yonne-89.net/sequana.htm

    http://www.tourisme-langres.com/fic_bdd/fichiers_fr/Source_Seine.pdf

    Mais les légendes ne sont que des légendes, et je vous remercie pour votre complément d'informations. Je vous souhaite une belle journée, amicalement.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :