• L'Air Merveilleux

    L'Air Merveilleux

    Théodore Valério

    L’air merveilleux


    Un conte du célèbre William Butler Yeats.

    O’Connor était le roi des ménétriers d’Irlande. Dans la province de Munster, il n’avait pas son pareil. Son répertoire comptait bien des airs, mais il en connaissait un qui était vraiment extraordinaire. Il était capable de faire danser les vivants…et les morts.

    A la première note, les souliers vous tremblaient aux pieds comme si vous aviez la fièvre; vieux ou jeunes, personne n‘y résistait; on se mettait à danser, à danser comme des fous, tournant de tous côtés comme feuilles au vent, et cela tant que durait la musique.
    Aussi O’Connor était-il de toutes les noces, avec sa cornemuse. Il s’y rendait, fidèlement accompagné partout de sa mère qui lui servait de guide, car le pauvre garçon était aveugle. Un beau jour, au village d’Iveragh, O’Connor avait déjà tant et tant fait danser la jeunesse que son gosier était aride comme un vieux parchemin.

     

    L'Air Merveilleux

    - Voulez-vous un verre ? lui proposa-t-on.
    - Inutile, passez-moi la bouteille !
    Et, empoignant la bouteille de whisky, il ne la rendit…que vide ! Et tout à coup, sans aucun avertissement, voilà que le ménétrier entame son air merveilleux. On aurait dit qu’un grand vent de folie soufflait sur la place du village. O’Connor lui-même ne pouvait rester tranquille: il se balançait d’une jambe sur l’autre comme une barque par grosse mer. Et même sa vieille mère faisait aller ses os en cadence comme toutes les femmes de l’assemblée.

    Mais cela n’était rien en comparaison de ce qu’il se passait sur le rivage. La grève était couverte de poissons de L'Air Merveilleuxtoutes sortes qui sautillaient, voletaient, sautaient, replongeaient et ressortaient, se démenant de plus en plus vite, suivant le rythme endiablé de la musique. D’énormes crabes tournaient en rond sur une seule patte en vrais acrobates. Des phoques gigantesques, dressés sur leurs pattes malhabiles, s’avançaient vers le rivage à la tête de troupes de poissons, homards, langoustes, tous décidés à danser. C’était un extraordinaire spectacle de les voir ainsi suivre la mesure: Toutes les créatures de la mer dansaient comme des folles, prises de frénésie; les bancs argentés des sardines arrivaient jusqu’au rivage. Les moules et les huîtres agitaient leurs coquilles en guise de castagnettes.
    Jamais on n’avait vu pareil spectacle!

    Inlassable, O’Connor jouait toujours.
    Mais voilà que, au milieu des poissons, apparut une jeune femme belle comme le jour. Elle avait une longue chevelure verte; ses dents luisaient comme des perles, ses lèvres semblaient de corail et sa robe était blanche comme l’écume de la mer. Du moins ce qu’elle en montrait sur le haut de son corps, car en-dessous, du bas de sa robe dépassait une queue de poisson.

    Elle s’approcha de O’Connor et lui chanta d’une voix mélodieuse:
    - Je suis la dame de la mer et je demeure au fond des eaux. Viens avec moi et sois mon époux. Tu auras de la vaisselle d’or et d’argent, et tu règneras sur tous les animaux qui peuplent les mers.
    O’Connor se tourna vers elle :
    - Merci madame, mais boire de l’eau salée ne me va pas ! Car il aimait bien la bouteille qu’on lui offrait.
    Alors, tout en dansant, la Dame de la Mer se prit à persuader le ménétrier. Autour d’eux, les gens dansaient et les poissons, tous les poissons de la mer, menaient aussi leur ronde.

    L'Air Merveilleux

    Bélinda Morris

    Enfin, la sirène finit par convaincre O’Connor de l’accompagner au royaume marin. Sa mère lui cria bien de revenir quand elle le vit atteindre le bord de la mer en compagnie de la belle étrangère. Mais il ne l’écouta pas. Il continua d’avancer toujours. Et voilà qu’une vague haute comme une maison arriva sur lui, prête, aurait-on dit, à l’engloutir ; il n’y fit aucune attention. Sa mère se mit à pleurer, mais, malgré ses cris et ses pleurs, elle ne pouvait s’arrêter de danser. Enfin, son fils se tourna vers elle et lui dit :
    - Je suis bien heureux ma mère ! Je vais devenir le Roi de la Mer, et je te promets de t’envoyer tous les ans un…


    Mais il n’eut pas le temps d’achever…La dame aux cheveux verts, voyant une vague encore plus haute s’avancer, s’enveloppa avec le musicien dans un manteau d’écume à grand capuchon. La vague, dressée à une hauteur gigantesque au-dessus d’eux, retomba sur le rivage dans un fracas épouvantable.

    On ne revit plus jamais, jamais, le musicien, mais souvent, sur la côte de Kerry, par les nuits tranquilles, les mariniers entendent le bruit de la musique venant du fond de l’eau, et certains prétendent même reconnaître le son de la cornemuse d’O’Connor.

     

     

     

     

     
     
    « Lebor Gabála Érenn Adonis »

  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Avril à 11:38
    L'illustration de Belinda Morris est parfaite pour cette merveilleuse histoire...
    Belle journée à toi Annie :)
      • Lundi 2 Avril à 12:53

        C'est vrai, je suis contente de l'avoir trouvée.

        Merci Stéphanie, belle journée à toi aussi, bises.

    2
    Lundi 2 Avril à 23:53

    dommage qu'il soit au fond des eaux, ce musicien, il pourrait revenir et essayer d'harmoniser note monde de fous 

    Haleluja !

      • Mardi 3 Avril à 08:56

        Bonjour Peache, il n'est pas interdit de rêver!

        Passe une belle journée, kisetoj.

    3
    Mardi 3 Avril à 06:49

    Un conte bien plaisant à lire, j'avais eu le plaisir de lire un conte similaire, mais il s'agissait d'un joueur de flute et le déroulement était légèrement différent, j'aime bien cette version Irlandaise

    Amicalement

    Claude

      • Mardi 3 Avril à 08:59

        Bonjour Claude, il est vrai qu'on peut trouver des contes similaires, mais j 'aime beaucoup les oeuvres de ce poète William Yeats, il a écrit des merveilles.

        Belle journée, amitiés.

    4
    Mardi 3 Avril à 10:17

    La musique adoucit les moeurs mais n'empèche pas de boire !

    Un beau comte.

    Bon mardi

      • Mardi 3 Avril à 10:57

        Merci Baba, bonne journée à toi aussi, amitiés.

    5
    Mardi 3 Avril à 10:25

    Bonjour

    un petit tour rapide pour saluer ce merveilleux conte, pas trop de temps mais juste je fais mon passage amical

     je n'ai lu que le debut, je reviendrai plus tard

     

    le conte a du inspiré le groupe ABBA, c'est ce qu'ils nous chantent dans "THE PIPER"

     

    https://www.youtube.com/watch?v=FFrGTtZKA_I

     

    il n'y a pas de clip video de la chanson, c'est un montage d'un fan

     

      • Mardi 3 Avril à 10:58

        Bonjour Philippe, merci pour cette jolie vidéo que je ne connaissais pas. Mais tu es le spécialiste pour en trouver une adaptée à chaque cas.

        Belle journée à toi, bises.

         

    6
    Mardi 3 Avril à 11:35

     bonjour

     tu en connait des légendes .....

     et c'est  toujours une découverte  merci

     car j en cherche toujours  aussi

      superbe illustrations  la derniére  images  

     trés bien choisie  

     

     je te souhaite une belle journée

     kénavo tryskéle

      • Mardi 3 Avril à 12:09

        Bonjour Monica, contente que ça te plaise. Il n'est pas toujours facile de trouver de nouvelles légendes et des images appropriées.

        Merci et belle journée à toi aussi, kénavo.

    7
    Mardi 3 Avril à 17:13

    enfin je suis revenu lire l'histoire en entier, cette fois

    belle histoire bien romantique et qui finit bien pour le musicien

    si on entend la musique en mer c'est lui qui fait danser sa femme et le monde aquatique

      • Mardi 3 Avril à 17:44

        Toi le poète éloigne-toi du bord de mer, l'appel des sirènes est irrésistible!

        Bonne fin de journée, bises.

    8
    Mercredi 4 Avril à 11:05

    Bonjour

    petit bonjour vite fait entre deux tournées de courses

    sous de bonnes averses

    c'est genial de chanter sous la pluie hi hi hi

    je vais aller danser sur les parkings avec cet air merveilleux en tete,

    un air qui me fera apprecier le shopping mieux et qui me plait eh eh eh

     

    Auchan ce matin et l'ap midi ce sera Aldi ou Lidl

      • Mercredi 4 Avril à 11:26

        Bonjour Philippe, et bien tu vas dévaliser tous les rayons des supermarchés de ton secteur?

        Alors danse sous la pluie petit Gaulois, ton nuage s'est étendu jusque chez moi, bises.

    9
    Jeudi 5 Avril à 08:42
    Bien contente d'être passée par là ,Ce conte est si joli. J'aime
      • Jeudi 5 Avril à 08:53

        C'est gentil Jacote, merci beaucoup, bonne journée.

    10
    Jeudi 5 Avril à 17:30

    Bonjour Triskèle, je suis restée sous le charme de ce conte, mais je suis peut-être trop matérialiste, on ne sait pas ce qu'il promet de ramener à sa mère tous les ans ? ... Merci pour la découverte, bonne fin de journée Triskèle. smile

      • Jeudi 5 Avril à 18:23

        Bonsoir Béa, effectivement nous ne le saurons jamais et je crois bien qu'il n'est jamais revenu. smile

        Bises et bonne soirée Béa.

    11
    Samedi 7 Avril à 12:22

    J'aurais aimé voir ce spectacle de danseurs de tous genres..... mais avec des bouchons dans les oreilles... happy

    Passe une belle journée Triskèle

      • Samedi 7 Avril à 13:16

        Nous rêvons tous de voir ça!

        Merci Bernard, bon week-end à toi, bises.

    12
    Mercredi 11 Avril à 14:22

    Bonjour lunatique

    Joli conte , bien illustré , une façon comme une autre de se sevrer de l'alcoolwink2 lol

    Bisous bon après-midi

    Talie

      • Mercredi 11 Avril à 15:00

        Bonjour Talie, hi hi tu es la seule à avoir relevé cette addiction à l'alcool! L'amour d'une sirène vaut bien un whisky!

        Merci et bon après-midi à toi aussi, bises.

    13
    Dimanche 15 Avril à 08:41

    Je ne connais pas vraiment Yeats et j'ignorais ce conte, mais j'aime bien les histoires de sirènes et de manière générale de ces femmes qui  hantaient fleuves et mers, je dis hantais, car même si elles sont toujours là, plus personne ne les craint aujourd'hui. Merci Triskèle et bon dimanche à toi, bises

      • Dimanche 15 Avril à 08:59

        Bonjour Françoise, les sirènes se sont fait discrètes, elles se montrent bien moins souvent qu'autrefois.

        Merci et bon dimanche à toi aussi, bises.

    14
    Mardi 17 Avril à 23:02

    On dit que les premiers navigateurs /explorateurs ont cru apercevoir des sirènes en voyant des lamantins.Ca n'a rien à voir je sais mais il fallait le signaler! Bonsoir Tryskèle.

      • Mercredi 18 Avril à 09:50

        Bonjour Volodia, c'est un plaisir de t'accueillir chez moi. On peut toujours trouver une explication rationnelle à l'inexplicable, mais moi je préfère rêver.

        Passe une belle journée, bises.

      • volodia
        Mercredi 18 Avril à 20:32

        Il ne s'agissait pas de trouver une explication rationnelle mais ils ont été troublés par cet animal à la fois si maladroit et si attirant. Que ta préférence pour le rêve ne t'amène pas à des interprétations hâtives et injustifiées. Le trouble de ces marins, de ces explorateurs c'est aussi de la poésie!

    15
    Mercredi 18 Avril à 07:54
    J'aime les contes ça permet les rêves. Il m'arrive d'en écrire.
      • Mercredi 18 Avril à 09:51

        Merci Jacote, tu fais bien d'écrire des contes, continuons de rêver.

    16
    Dimanche 22 Avril à 15:08

    Bonjour Triskèle.

    Beau temps chez nous ce dimanche, mais passages nuageux...

    Bonne journée à toi

      • Dimanche 22 Avril à 15:41

        Bonjour Coyote, beau et chaud chez moi, ciel tout bleu avec un vent léger.

        Merci et bon après-midi à toi, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :