• Narcisse et Echo

    Narcisse et Echo

    Pour Emba

    Narcisse
    Dans la mythologie grecque, Narcisse est un chasseur originaire de Thespies en Béotie. Il est le fils de la nymphe Liriope violée par le dieu fleuve Céphise.
    A sa naissance, le devin Tirésias, à qui l'on demande si l'enfant atteindrait une longue vieillesse, répond : « Il l'atteindra s'il ne se regarde pas. » Il se révèle être, en grandissant, d'une beauté exceptionnelle mais d'un caractère très fier et dur: il repousse de nombreux prétendants et prétendantes, amoureux de lui, dont la nymphe Écho.

    Echo
    L'Air et la Terre avaient une fille : Écho, Nymphe des sources et des forêts du mont Hélicon. Elevée par les nymphes, instruite par les Muses, Echo recherchait la solitude, et fuyait les dieux et les hommes.
    Cette charmante nymphe vivait dans les bois aux côtés de la déesse Artémis. Elle allait de rivières en torrents; les arbres lui servaient de toit, la mousse et les jeunes pousses de lit. Elle ne connaissait ni tourment ni ennui.

    L’aventure
    En ces temps-là vivait dans une nature heureuse un jeune homme d'une rare beauté. Né d'une nymphe et d'un fleuve, de Liriopée et du Céphyse, Narcisse ne connaissait pourtant pas l'amour. Nombreux furent les jeunes filles et les jeunes gens qui le désirèrent mais lui, drapé dans une innocente splendeur, les dédaigna. Probablement ne les vit-il même pas ! Un jour qu'il chassait le Cerf, la nymphe Echo l'aperçut.

    Echo, il faut le reconnaître, était une bavarde impénitente. Un jour qu'elle babillait avec les autres nymphes, Écho fut accusée pas la grande déesse Héra d'aimer son époux infidèle. Enfin, d'après un récit d'Ovide, Echo aurait favorisé les amours de Zeus en amusant Héra de son bavardage pendant que le maître des dieux courtisait les nymphes. Mais Héra s'aperçut du stratagème: elle changea alors la jeune fille en écho, la condamnant à ne plus pouvoir répéter que le dernier mot.
    C'était une injustice, mais Héra, aveuglée par la colère, refusa d'écouter Écho, qui l'implorait. « Tu veux donc avoir le dernier mot ! », clama la déesse, folle de rage, "avec cette langue, dit-elle, qui fut pour moi trompeuse, il ne te sera donné d'exercer qu'un faible pouvoir, et tu ne feras plus de la parole qu'un très bref usage". Depuis lors Echo, la nymphe à la voix sonore, ne put que redoubler les sons et répéter les paroles entendues. Ni phrase ni rire ne sortait plus de sa bouche. Elle répétait seulement les derniers mots qu'elle entendait. Écho était au désespoir. Cette punition était d'autant plus cruelle que notre jolie nymphe tomba éperdument amoureuse…

    Écho aimait Narcisse. Ce garçon était tellement plaisant que toutes les nymphes et toutes les jeunes filles espéraient recevoir de sa part un baiser. Mais le jeune homme était indifférent aux beautés qu'il croisait. Et jamais il ne sentait la présence d'Écho, qui le suivait pourtant aussi fidèlement que son ombre. La nymphe l'observait sans pouvoir lui parler, avec l'espoir pourtant d'en être un jour aimée. Un beau matin, elle tenta toutefois de se faire remarquer. Narcisse, à la recherche de ses amis, appelait : « Êtes-vous ici ? Y a-t-il quelqu'un par ici ? », et Écho lui répondait de sa jolie voix : « Ici, ici, ici… ». Narcisse lui demanda alors de venir et Écho, le cœur battant, apparut au jeune homme.

    De fil en aiguille, de quiproquo en quiproquo, la jeune nymphe finit par s'approcher de Narcisse et s'apprêtait à l'enlacer. Las ! l'adolescent s'enfuit et, tout en fuyant, "Bas les mains, pas d'étreinte ! Je mourrai, dit-il, avant que tu n'uses de moi à ton gré !" Echo ne répéta seulement que "use de moi à ton gré !".
    Mais celui-ci s'en détourna immédiatement. Et sans la regarder, il cria : « Jamais, jamais… Penses-tu qu'un jour il se pourrait que je te donne pouvoir sur moi ? » Et la voix de la nymphe, entrecoupée de larmes, répéta, suppliante : « Je te donne pouvoir sur moi. » Mais déjà, Narcisse s'éloignait.

    Méprisée par celui qu'elle aimait, Écho s'enfuit à travers bois, jusqu'à trouver une grotte dans laquelle elle voulut cacher sa honte et son désespoir. Triste, humiliée, elle se laissa dépérir: son corps si amaigri devint pierre, ne laissant d'elle que sa voix intacte. Pleine d'amour et de ressentiment, Echo continua inlassablement à renvoyer la fin des phrases de Narcisse jusqu'à la mort de ce dernier.
    Depuis ce jour seule sa voix résonne encore, parfois, dans les profondes forêts et les gorges des montagnes.

    Emue par le chagrin sincère de la nymphe, la déesse Némésis se résolut à la venger…
    Narcisse se promenait comme à son habitude, lorsqu'il fut soudain pris d'une soif terrible. Il se laissa alors guider par Némésis jusqu'à une fontaine (dans d’autres versions un étang) et il s'y pencha pour prendre une gorgée d'eau. Lorsqu'il vit son propre reflet, Narcisse en tomba amoureux. Dès lors, il ne cessa plus de contempler son beau visage dans l'eau limpide. Il se désespérait de ne pouvoir ni toucher ni aimer cette image, et il n'arrivait pas à s'en éloigner. Sa douleur était si grande qu'il appelait la mort, espérant ainsi se libérer d'un amour impossible. « Hélas, gémissait-il, je comprends bien maintenant toute la peine que j'ai causée à ces jeunes filles ! » Et Echo répétait « Hélas, hélas! »  Le temps s'écoulait et, progressivement, les pieds de Narcisse se changeaient en racines, son corps en tige, et sans qu'il s'en aperçût, le jeune homme se transforma en une jolie fleur, qui porte encore son nom.


    Autres versions
    Narcisse était insensible à l'amour. Il envoya à Ameinias, le plus fidèle de ses soupirants, une épée avec laquelle ce dernier se tua de désespoir devant la porte de Narcisse. Au moment de mourir, il appela sur Narcisse le courroux des dieux. Il fut entendu : un jour, il vit son reflet dans l'eau claire d'une source, et il tomba amoureux de sa propre image. Face à cette passion sans espoir, il préféra se suicider. Comme il se plongeait un poignard dans la poitrine, son sang s'écoula dans la terre et ainsi naquit un narcisse blanc à corolle rouge.

    Selon une autre version, rapportée par Pausanias, Narcisse avait une sœur jumelle dont il tomba éperdument amoureux ; quand la jeune fille mourut, il se rendit tous les jours près d'une source pour y retrouver son image en se regardant lui-même dans l'eau limpide. Pausanias ajoute que la fleur que nous nommons narcisse portait ce nom avant cette histoire.

    Ou encore: Les dieux promirent de punir Narcisse. Un jour, fatigué de la chasse, il s'approcha d'une source limpide que nulle bête sauvage n'avait jamais touchée. Tandis qu'il apaisait sa soif, une autre soif grandit en lui. Séduit par l'image de la beauté qu'il aperçoit, il s'éprend d'un reflet sans consistance. Le visage fixe, absorbé par ce spectacle, "il semble une statue faite de marbre de Paros". Scotché devant son miroir aquatique, fasciné par son incomparable image, Narcisse dédaigne tout autre chose que l'inaccessible reflet de sa beauté. Ni la faim, ni la chasse, ni Echo ne parviennent à détourner son attention. Beaucoup plus tard il posa sa tête fatiguée sur l'herbe verte et, la nuit venue, ferma ses yeux, empli d'admiration pour la beauté de leur maître. Et, nous raconte la légende, quand il fut reçu dans l'infernal séjour, Narcisse se contemplait encore dans l'eau du Styx ! Lorsque fut dressé son bûcher funéraire les nymphes s'aperçurent que son corps avait disparu. A sa place, une fleur jaune safran dont le cœur est entouré de feuilles blanches, le narcisse.

    L'histoire de Narcisse est passée dans le langage courant ; en effet, on dit d'une personne qui s'aime à outrance qu'elle est narcissique.

     

     

    http://symbol.edition.free.fr/narcisse.htm
    http://www.theatreandrescifuentes.be/narcisseresumedu.html
    http://www.iletaitunehistoire.com/genres/contes-legendes/lire/narcisse-et-echo-biblidcon_088

     

     

    « KâlîMorrigan »

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Décembre 2013 à 11:01

    Joli rappel ... J' adore ! Bonne journée. Annick

    2
    Lundi 9 Décembre 2013 à 11:05

    Bonne journée à toi aussi Annick, merci de ton passage, bises.

    3
    Lundi 9 Décembre 2013 à 12:04

    j'aime bien ces légendes

    ton blog est super interressant je trouve des articles qui m'interpelle

    bonne journée

    bises 

    ulysse

    4
    Lundi 9 Décembre 2013 à 12:19

    Merci beaucoup Ulysse, bonne journée à toi aussi, bises.

    5
    Lundi 9 Décembre 2013 à 18:34

    Bonsoir

    J'ai pris plaisir à relire l'histoire de Narcisse. Malgré les diverses versions la finalité reste la même... il s'"étain" à force de contempler son reflet dans le "miroir" de l'eau.

    Belle soirée
    Chronique

    6
    Lundi 9 Décembre 2013 à 18:53

    Voilà! Il se meurt d'amour pour lui-même! Belle tournure de mots, et belle soirée  à toi aussi Chronique, bises.

    7
    Mardi 10 Décembre 2013 à 06:49

    La fleur est si belle, messagère du printemps.

    Merci, Triskèle, pour les légendes sur Echo et Narcisse que j'ai eu plaisir à lire.

    Bonne journée.

    Bises.

    8
    Mardi 10 Décembre 2013 à 08:15

    Bonne journée à toi aussi Ymi, et merci de ta fidélité, bises.

    9
    Mardi 10 Décembre 2013 à 19:08

    Quelle que soit la version, cette légende un peu triste est néanmoins très poétique, puisque tout finit par une jolie fleur. Bizz de Béa

    10
    Mardi 10 Décembre 2013 à 19:36

    Merci de ton commentaire Bea, bonne soirée et bises.

    11
    Jeudi 12 Décembre 2013 à 12:04

    trés trés belle  histoire  d'amour  c'est merveilleux, UN GRAND MERCI

    http://www.informatiquegifs.com/gifs/images/amour/57.gif

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :