• La légende de la cité d'Ys

     

    Mi française, mi celtique puisque bretonne:

    La légende de la cité d’Ys

    Aux temps du royaume de Cornouaille, le roi Gradlon le Grand fit bâtir pour sa fille Dahut, une merveilleuse cité répondant au doux nom d'Ys. Edifiée plus bas que le niveau de la mer, la ville d'une somptueuse beauté selon la tradition orale, était protégée par une gigantesque digue. Une écluse fermait le port et seul le roi décidait à sa guise de son ouverture ou sa fermeture permettant ainsi le passage des bateaux de pêche. La jeune et libertine princesse Dahut vouant un culte profond aux rites celtiques n'était guère appréciée par Corentin Evêque de Quimper, qu'elle rendait responsable de la tristesse et l'ennui d' Ys.

    Afin d'obtenir richesse, liberté et joie de vivre la princesse Dahut fit un pacte avec un dragon qui désormais s'empara de tous les navires marchands croisant au large, faisant de la cité d'Ys la plus riche et la plus puissante de toutes les cités de Bretagne. Dahut qui régnait en maîtresse absolue sur la ville pu dès lors laisser libre cours à sa nature première faite de perversité et de stupre. Chaque soir un nouvel amant venait combler les ardeurs de la belle, la suzeraine exigeait que chaque amoureux porte un masque de soie, qui par un enchantement maléfique se transformait au petit matin en griffes de métal, tuant ainsi le malheureux dont le corps était jeté du haut d'une falaise dans l'océan....

    Un beau jour un séduisant prince magnifiquement vêtu de rouge écarlate, débarqua dans la cité. Dahut devant tant de beauté tomba follement amoureuse du bel étranger. Elle lui remit même à sa demande les clés de l'écluse subtilisées au roi pendant son sommeil. Alors le Diable, car c'était bien lui que Dieu envoyait pour punir la ville et sa princesse, ouvrit l'écluse et l'océan rugissant envahit la ville noyant tout et tout le monde sur son passage.

    On raconte que Saint-Guénolé (ou Gwenolé) eut pitié du Roi Gradlon, qu'il emporta sur les vagues à l'aide d'un cheval marin. Alourdi par un poids qui n'était autre que Dahut, Gradlon obéissant à la sommation du saint abandonna sa fille la laissant se noyer avant de regagner le rivage....Le cheval du roi bondit sur la plage, puis à travers les prés et les collines. Gradlon arriva enfin dans la ville où deux rivières se rejoignent, il en fit sa capitale pour le restant de ses jours, c'était Quimper.
    La statue équestre du roi Gradlon existe toujours entre les deux tours de la cathédrale Saint-Corentin.
     
    Il paraît, toujours d'après la légende, que la cité d'Ys s'élevait dans la baie de Douarnenez, au lieu-dit "Poul Dahut", le trou de Dahut, endroit où la princesse se serait noyée.

     Toutefois, Dahut n'est pas morte pour autant. Elle est devenue sirène et se nomme désormais Morgane. certains racontent qu'elle apparaît les soirs où la lune est dans l'eau, brossant ses longs cheveux dorés. Par temps calme, les pêcheurs de Douarnenez entendent les cloches de la ville engloutie qui, telle l'Atlantide disent-ils, renaîtra un jour revêtue de sa splendeur passée....

    Quant aux habitants de la cité, leurs âmes n'ont pu être sauvées, ils restent maudits et condamnés à errer dans la ville sous-marine dévastée. Pour qu'elles soient sauvées, il faut qu'un vivant accepte de descendre dans la cathédrale engloutie et de répondre à la messe du prêtre des revenants. Si un jour vous allez à Douarnenez, le jour de la grande marée au mois de mars, regardez au large de la baie : quand la mer sera au plus bas, vous verrez surgir hors des flots la croix du clocher de la cathédrale, ultime vestige de la cité à être encore visible une fois par an.

     

     
    http://passiondhistoire.saint-setiers.com/faitsdivers/Legendes/pageslegendes/legendesbretonnes/legendesbretonnes.html
    http://www.bretagne-web.net/legendes_de_bretagne.html

     

     

    « HermèsLa Chouette »

  • Commentaires

    1
    souléou
    Samedi 19 Octobre 2013 à 21:05

    je ne connaissais cette légende qu'à travers l'opéra d'Edourd Lalo, "le Roi d'Ys". Mon père chantait cet air, du coup je le connais encore presque par coeur :

    http://youtu.be/uhfiiyjeus0

    2
    Dimanche 20 Octobre 2013 à 19:37

    Merci pour le lien!

    3
    aluna
    Mardi 22 Octobre 2013 à 13:02

    J'aime cette légende! Ce serait intéressant de savoir si on peut effectivement apercevoir un clocher lors de grandes marées... Lol

    Je pense que l'expression "aller à la chasse au dahut" vient de là.. Mais sans aucune conviction lol

    4
    Vendredi 17 Janvier 2014 à 18:56

    une légende qui a bercé mon enfance en Bretagne

    bonne soirée

    bisous

    5
    Vendredi 17 Janvier 2014 à 19:03

    Merci Ulysse, bises à toi aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :