• Les Amants Papillons

    Les amants papillons

     
    Légende Chinoise


    La légende de Liang Shanbo et Zhu Yingtai, parfois traduite par « Les amants papillons, » est une légende chinoise qui raconte une histoire d’amour impossible à l’époque.

    Cette légende se déroule dans la Chine ancienne, sous la dynastie orientale des Jin. Elle reflète bien la force de l'amour mais surtout la position sociale de la femme chinoise, obligée de se soumettre à la volonté des hommes, notamment du père, des frères mais aussi du mari. En effet, cette légende puise ses origines dans le sud de la Chine de l'époque où, et ce, pendant des millénaires, la tradition interdisait aux filles l'accès aux Savoir et aux études, l'école étant exclusivement réservée aux garçons.

    Zhu Yingtai est née dans une riche famille de Shangyu. Elle a huit grands frères qui vont tous à l'école. Zhu Yingtai est intelligente, elle aimerait elle aussi s'instruire, connaître le monde, mais, à cette époque, la tradition le lui interdit.

    Alors Zhu Yingtai réfléchit et décide de se cacher sous des vêtements de garçon, et elle obtient, non sans mal, l’accord de son père.
    C'est donc ainsi déguisée qu'elle parvient à conquérir le droit de franchir la porte de l'école, sans éveiller les soupçons. Zhu Yingtai prend sa place au milieu des garçons et découvre le Savoir.

    Puis un jour Zhu Yingtai rencontre Liang Shanbo et dès les premières paroles échangées, ils ressentent une forte affinité l’un envers l’autre.
    Pendant les trois ans qui suivent, ils étudient ensemble dans la même école. Ils sont tous deux bons élèves, bien que Liang consacre beaucoup plus de temps à étudier que Zhu. La jeune femme est peu à peu tombée amoureuse de Liang qui, obnubilé par ses études, ne s'aperçoit pas que Zhu grandit et devient manifestement une femme.

    Le jour arrive où Zhu reçoit une lettre de son père qui lui demande de revenir au plus vite. Elle n'a alors d'autre choix que de se préparer en hâte et de prier Liang de lui faire ses adieux. Cependant, au fond de son coeur, elle s'est déjà avoué un éternel amour pour Liang.

    Liang décide d'accompagner Zhu sur le chemin qui les mène vers leur séparation. Zhu tente diverses allusions afin que Liang se rende compte qu'elle est bien une femme cachée sous un déguisement d'homme. Entre autres, elle compare leur relation à un couple de canards mandarins (symbole du couple amoureux dans la culture chinoise) mais Liang n'entend rien à ses indices et n'a même pas le plus petit soupçon.
    Avant de s‘éloigner, Zhu insiste pour qu'il lui rende visite chez elle un jour en espérant qu'il pourra lui proposer une demande en mariage. Liang et Zhu se séparent à regret.

    Quelques mois plus tard, quand Liang rend visite à Zhu, il découvre bel et bien une femme et prend conscience avec déception qu'il a perdu du temps. Enfin, leur amour peut s'exprimer ouvertement. Ils sont passionnément voués l'un à l'autre, ils font alors le vœu de s'aimer jusqu'à ce que la mort les sépare.
    La joie de leurs retrouvailles et l'espoir de leur union prochaine ne durera pas longtemps : au moment où Liang demande la main de Zhu, il apprend que ses parents ont déjà arrangé un mariage avec un homme d'origine noble nommé Ma Wencai. Liang, le cœur brisé, se laisse mourir et s'éteint bientôt.

    Le jour du mariage, Zhu, le cœur gros, se rend en bateau chez son futur époux, mais, au moment où l'embarcation passe aux abords de la berge où repose Liang, une mystérieuse tempête éclate, empêchant la procession de poursuivre sa route. Lorsque Zhu apprend qu'il s'agit de la tombe de Liang, elle s'effondre de désespoir et supplie que la sépulture s'ouvre. Soudain, le sol se déchire dans un fracas de tonnerre. Sans plus d'hésitation, Zhu se jette dans le trou béant pour rejoindre Liang.

    C’est alors que les porteurs du palanquin et les participants à la procession nuptiale voient surgir de la sépulture deux papillons qui s’envolent ensemble, pour ne plus jamais être séparés.

     

    Adaptations
    Cette histoire est probablement l'une des légendes chinoises les plus connues dans le monde. Cela explique pourquoi elle fit l'objet de plusieurs adaptations cinématographiques.

    La version la plus réussie et la plus fidèle est sans aucun doute, celle de Li Han-hsiang, dans « The Love Eterne ». Ce film qui combine opéra et 7ème art, réunit tous les ingrédients d'un classique chinois: décor hauts en couleur, airs entraînants, paroles poétiques, paysages magnifiques. Cette production de la Shan Brothers parut en 1963, fut saluée par les critiques, notamment pour la performance des deux actrices qui ont joué les deux rôles principaux : Ivy Ling Po en Liang Shanbo et Betty Loh Ti en Zhu Yingtai.

    Les versions les plus récentes sont celle de Tsui Hark avec Charlie Yeung et Nicky Wu dans « The Lovers » en 1994 ou encore »The Butterfly Lovers » de Jingle Ma avec Wu Chun et Charlène Choi en 2008. L'opéra, le théâtre et même la télévision ont aussi adapté cette légende.

    Cette légende est un tel monument de la mythologie et de la culture chinoise qu'en 2006 elle a été présentée au classement de l'UNESCO dans l'objectif d'entrer à son répertoire du patrimoine oral et immatériel.

     

     

     

     


    Sources: http://www.chine-informations.com/guide/les-amants-papillons-legende_4279.html
    http://cinemachinois.unblog.fr/2011/01/26/la-romance-de-liang-shanbo-et-zhu-yingtai-de-sang-hu-28-janvier-a-paris-diderot-2/

     

     

     

     

    « TantaleMerlin et les 13 trésors »

  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Mars 2016 à 10:49

    merci pour la légende

     et  les belles illustrations

     bonne journée pour toi

     bises

      • Mardi 29 Mars 2016 à 11:41

        Merci de ta visite Monica, je suis contente que ça te plaise.

        Passe une belle journée également, bises.

    2
    Mardi 29 Mars 2016 à 11:24

    Bonjour,

    voici une histoire magnifique que je ne connaissais absolument pas . Elle est passionnante!

    un très joli blog où nous pouvons à souhait nous instruire ! un grand merci ! j'aime beaucoup !

    bien amicalement

    claude smile

      • Mardi 29 Mars 2016 à 11:43

        Bonjour Claude, c'est un grand plaisir pour moi lorsque les légendes sont appréciées.

        Un grand merci à vous pour ce commentaire qui me touche, belle journée, amitiés.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Dame-Fée
    Mardi 29 Mars 2016 à 13:46

    C'est une très belle histoire <3 J'aime beaucoup les illustrations aussi !

      • Mardi 29 Mars 2016 à 14:35

        Merci beaucoup de votre appréciation, belle fin de journée.

    4
    Mardi 29 Mars 2016 à 20:30

    Bonsoir ma chère Triskèle,

    Ce que j'ai adoré cette légende et quelle fin poétique! Une merveilleuse histoire pour s'évader et oublier les vicissitudes  de la vie. C'est vrai que tes illustrations sont remarquables!

    Merci ma douce amie pour ce récit haut en couleur, j'ai passé un agréable moment! J'espère que tu as passé un beau week-end de Pâques! Belle semaine, et à très bientôt.Gros bisous tendresse

      • Mercredi 30 Mars 2016 à 07:52

        Bonjour ma petite Rose et merci d'avoir pris le temps de passer me voir. J'espère que cette histoire t'aura fait oublier tes soucis du moins durant le temps de sa lecture.

         Mes meilleures pensées t'accompagnent, que cette semaine soit plus belle que les précédentes.
        Je t'embrasse très fort ma douce amie, à bientôt.

    5
    Mardi 29 Mars 2016 à 23:33

    c'est une histoire aussi vieille que l'Amour, qui, tout le monde le sait, est intemporel....

      • Mercredi 30 Mars 2016 à 07:53

        Bonjour Peache, toi qui te disais ver de terre amoureux d'une étoile, tu sais de quoi tu parles, et tu as eu la chance de l'ancrer près de toi ton étoile!

        Merci de ton passage et passe une belle journée, bises.

    6
    Mercredi 30 Mars 2016 à 18:04

    Bonsoir Triskèle ! 

    Une légende que je connaissais pour l'avoir certainement vue, où, je ne sais pas, ou peut-être lue tout simplement, j'adore quand il s'agit d'amour romantique, je retrouve mon cœur de jeune fille, merci à toi pour ce partage ! smile Bises, à bientôt Triskèle happy

      • Mercredi 30 Mars 2016 à 18:34

        Bonsoir Béa, cette légende est célèbre, mais plus en Orient que dans nos contrées.

        Je te remercie de ta visite, passe une douce soirée et une belle fin de semaine, bises.

    7
    ECNI
    Jeudi 31 Mars 2016 à 18:29

    Une histoire triste mais pleine de fraîcheur ...et typiquement chinoise ^^smile

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 19:06

        Merci de ta visite Jean Paul, belle soirée, bises.

    8
    Samedi 2 Avril 2016 à 10:21

    C'est une magnifique légende, tellement triste et pourtant si réconfortante... j'imagine ces deux papillons inséparables... Délicieux !

    Merci de ce partage et bon week-end à toi

    Bisous tout plein. Dani

     

      • Samedi 2 Avril 2016 à 11:21

        Bonjour Dani, comme dit la chanson: les histoires d'amour finissent mal en général!

        Merci à toi d'être passée me voir, bon week-end, bises

    9
    Dimanche 3 Avril 2016 à 11:25

    Je ne connaissais pas Triskèle, j'ai lu avec grand plaisir. A ce genre de lecture mon côté fleur bleue prend toute la dimension sarcastic et puis j'adore les papillons.

      • Dimanche 3 Avril 2016 à 11:40

        Bonjour Debla, nous avons toutes notre côté romantique qui nage avec bonheur dans ce genre d'histoires. smile

        Je te remercie d'être passée chez moi, je te souhaite un beau dimanche, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :