• Le Dullahan

    Le Dullahan

    Dullahan à cheval magnifiquement illustré par: Zoey Carr

    Le Dullahan

     

    Le Dullahan est l'une des créatures les plus spectaculaires dans l’imaginaire irlandais et il est particulièrement actif dans les parties les plus reculées des comtés de Sligo et Bas.

    Vers minuit pendant certains festivals irlandais ou jours de fête, ce sauvage cavalier vêtu de noir peut être observé galopant sur un cheval sombre à travers la campagne.

    Le Dullahan est un cavalier sans tête, il la porte avec lui, que ce soit sur le devant de la selle de son cheval ou tendue dans sa main droite.

    La tête du Dullahan a la couleur et l'apparence de «fromage moisi,» à ce qu’on dit, et brille avec une étrange phosphorescence; la créature peut l'utiliser comme une lanterne pour la guider sur son chemin le long des sentiers sombres de la campagne irlandaise.

    En raison de sa nature surnaturelle, la tête du Dullahan peut voir à des miles, à travers n’importe quel objet, même dans la nuit la plus sombre, lors de la recherche de la personne désignée par le sort. Il cherche ses victimes en tenant la tête coupée en hauteur de façon à ce qu‘elle voit loin. L'utilisation de ce pouvoir lui permet d’espionner la maison d'une personne en train de mourir, peu importe où il se trouve.

    Partout où le Dullahan s’arrête, quelqu’un meurt.

    Le Dullahan est généralement monté sur un cheval noir, qui gronde à travers la nuit. Il utilise une colonne vertébrale humaine comme fouet. Le cheval envoie des étincelles et des flammes de ses narines pendant sa course. Dans certaines parties du pays, comme le comté de Tyrone, le Dullahan se déplace dans un chariot tiré par six chevaux noirs, et se déplace si vite que la friction créée par son mouvement met souvent le feu aux buissons le long des côtés de la route.

    Ceux qui regardent de leurs fenêtres pour le voir passer sont punis, dans le meilleur des cas par un bassin plein de sang qui leur est jeté au visage, ou dans le pire des cas en étant frappé de cécité d’un œil.

    WJ Fitzpatrick, un conteur des montagnes de Mourne dans le comté de Down, raconte:
    "J’ai vu le Dullahan, s’arrêtant sur le front de la colline entre Bryansford et Moneyscalp tard un soir, tout comme le soleil se couchait. Il était complètement décapité mais il tenait sa propre tête dans sa main et je l'ai entendu appeler un nom. J’ai mis mes mains sur mes oreilles au cas où le nom aurait été le mien, donc je ne pouvais pas entendre ce qu'il a dit. Quand j’ai regardé de nouveau, il avait disparu. Mais peu après, il y a eu un grave accident de voiture sur la même colline et un jeune homme a été tué. C’était donc son nom que le Dullahan appelait ".

    Cette créature est autorisée à parler une seule fois lors de chaque voyage pour uniquement appeler le nom de la personne dont la mort est programmée.

    Les origines du Dullahan ne sont pas connues avec certitude, mais on dit qu’il est l'incarnation d'un ancien dieu celte, Crom Dubh, ou Noir Crom.

    Crom Dubh était adoré par le roi préhistorique Tighermas, qui a régné en Irlande il y a environ 1500 ans, et qui a instauré le sacrifice humain aux idoles païennes. Êtant un dieu de la fertilité, Crom Dubh exige des vies humaines chaque année, la méthode préférée pour ce sacrifice étant la décapitation. Le culte de Crom a continué en Irlande jusqu'au sixième siècle, quand les missionnaires chrétiens sont arrivés de l'Ecosse. Ils ont dénoncé tous ces cultes et sous leur influence, les vieilles religions sacrificielles de l'Irlande ont commencé à décliner.

    Néanmoins, comme un bon nombre des anciens dieux, Crom Dubh était plus tenace que prévu. Crom Dubh ne devait pas être privé de son quota annuel d'âmes, et sa légende a pris une forme physique qui est devenue renommée sous le nom de Dorcha Dullahan (homme noir), l'incarnation tangible de la mort.

    Contrairement à la banshee, le Dullahan ne poursuit pas des familles spécifiques et son appel est une convocation de l'âme d'un mourant plutôt qu'un avertissement de mort. Un Dullahan arrête son cheval devant la porte d'une maison et crie le nom de la personne sur le point de mourir, l'âme répondant tout de suite à l'appel. Il peut également s’arrêter à l'endroit même où une personne va mourir dans la nature.

    Les nuits de fêtes irlandaises, il est conseillé de rester à la maison avec les rideaux tirés, en particulier autour de la fin de Août ou début Septembre quand le festival de Crom Dubh a lieu. Si vous devez être à l’extérieur à ce moment, veillez à être sûr de garder un objet d'or à portée de main.

    Malheureusement, si vous êtes l'une des âmes que Dullahan cherche, il n’est pas de véritable défense, parce qu’il est le porteur de la mort elle-même. Aucun mortel n’est à l'abri de Dullahan une fois que son temps est venu. Pas de porte, pas de verrou, aucun mur ne peut l’empêcher d’accomplir sa mission macabre.

    Cependant, un objet en or peut l’effrayer, le Dullahan semble avoir une peur irrationnelle de ce métal précieux. Même une petite quantité d'or peut suffire à le chasser, comme le récit suivant du comté de Galway le rapporte:
    "Un homme était sur le chemin de sa maison une nuit entre Roundstone et Ballyconneely. Il commençait juste à faire sombre et, tout d'un coup, il entendit le son des sabots des chevaux martelant la route derrière lui. En regardant autour, il a vu le Dullahan sur son chariot, fonçant vers lui à une grande vitesse. Avec un grand cri, il a fait mine de courir, mais la chose est venue sur lui et gagnait du terrain. En vérité, elle l’aurait emporté s’il n’avait pas fait tomber une épinglette en or des plis de sa chemise sur la route derrière lui. Il y eut un bruit dans l'air au-dessus de lui et, quand il regarda de nouveau, le Dullahan avait disparu ".

    Washington Irving en a tiré une histoire devenue célèbre:

    « La légende de Sleepy Hollow. "

     

    Le Dullahan

     

     

    Sources: http://www.irelandseye.com/paddy3/preview.htm http://scathcraft.wordpress.com/2014/10/28/dullahan
    http://gotireland.com/2012/09/27/irish-faerie-folk-of-yore-and-yesterday-the-dullahan/

     

     

    « PerséphoneLa ville maudite de Bhangarh »

  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Février 2015 à 17:44

    Cette légende me rappelle bien ce film, Sleepy Hollow, que j'ai beaucoup aimé. happy Un film à voir, je conseille ! cool

    2
    Lundi 23 Février 2015 à 18:25

    En effet j'ai vu le film et j'ai bien amé aussi.

    Merci Pianosh, passe une belle soirée, amitiés.

    3
    Mardi 24 Février 2015 à 19:39

    Bonsoir la Fée,

    Ainsi donc la légende du cavalier sans tête. J'aime beaucoup les paroles rapportées par les  conteurs,

    elles attestent le phénomène ! 

    Toujours en voyage grâce à tes articles, Triskèle. Merci pour ces évasions légendaires.

    Douce soirée à toi, la Fée,

    Bises

    4
    Mardi 24 Février 2015 à 20:13

    Bonsoir ma douce Kattelm, ce sont des commentaires comme les tiens qui me soutiennent et m'encouragent à continuer, parce que j'avoue que depuis quelque temps la lassitude me prend et associée à quelques problèmes de santé l'énergie me manque, et j'ai également des difficultés à écrire.

    Si je ne vous avais pas vous, mes quelques fidèles que j'aime, je crois que j'aurais déjà baissé les bras.
    Alors un grand merci à toi pour ta fidélité et ta gentillesse, si je ne t'écris pas toujours sois sûre que je te lis; douce soirée à toi également et que tes désirs se réalisent, je t'embrasse bien amicalement.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Mardi 24 Février 2015 à 22:01

    Bonsoir la Fée,

    Ton commentaire me touche. Bien-sûr, les liens sont virtuels, mais ils n'excluent ni la communication d'émotions, ni celles de sentiments entre anonymes. J'espère que tes problèmes de santé ne sont pas -trop-préoccupants et que leur présence n'a pas pour conséquence d'altérer ton moral. Mais je n'en suis pas sûre. Tu fais partie des rares et précieux anonymes avec lesquels j'échange par l'intermédiaire de cette plate-forme. Ton blog, de par sa qualité et l'assiduité de sa rédaction est une pierre précieuse : la richesse et la variété des informations, la rigueur (sources citées), l'ouverture sur les cultures,.. C'est un magnifique travail, Triskèle, et nous sommes nombreux à le suivre parce que  nous avons confiance en ta rédaction. Il est aussi un espace de vie de par les commentaires ainsi que tes réponses. Je ne sais si ces mots contribueront à ton rétablissement mais j'espère qu'ils te procureront un peu d'énergie jusqu'au prochain mot, la prochaine phrase, le prochain paragraphe, le prochain article.

    Toute l' arche se joint à moi pour te souhaiter une douce nuit, Fée Triskèle,

    Amitié

    Gargant, Miss Tigrettte, César, Kattelm, Victor, Petitchose et Ptiteblanche, Marcel 

    6
    Mercredi 25 Février 2015 à 11:05

    Merci ma belle, grosses bises.

    7
    Vendredi 27 Février 2015 à 12:26

    Bonjour Triskele !

    je connais cette histoire via le film de Tim Burton ....une histoire oú y perd sa tete he

    Comme tu verras sur mon blog , je quitte ekla pour vef et skyrock mais je continurai a venir te voir ainsi que l'ami Marco et Kattelm :)

    A bientot !

    Amities^^

    Stéphane 

    ^^^^^^^^

    8
    Vendredi 27 Février 2015 à 12:36

    Bonjour Triskèle ! Brrrr .... pas rassurant tout ça ! sarcastic ... J'ai vu aussi le film, c'est le genre à ne pas regarder avant le coucher, la nuit risque d'être agitée, mais quand on aime ... et moi j'adore ! Bises et bon wek-end.

    J'ai lu plus haut que tu étais un peu fatiguée, mais ne baisse pas les bras, ça arrive à tout le monde, et continue de nous enchanter avec tes articles toujours bien écrits et intéressants, même si c'est moins souvent wink2 ...

    Bises à toi et bon week-end.

    9
    Vendredi 27 Février 2015 à 15:09

    Bonjour Stéphane, je suis navrée que tu partes, j'ai aimé tes deux derniers articles, même si je n'écris pas souvent ces temps-ci car ça m'est difficile je lis quand même. Je ne sais quels problèmes tu as avec Ekla, mais je n'ai pas reçu de notifications de vos commentaires à toi et Béa...

    Merci de ton passage et j'espère que tu reviendras souvent, amitiés.

    **********************************************************************

    Bonjour Béa, je te remercie également de tes nombreux passages et commentaires si gentils qui m'ont toujours soutenue, je te dis la même chose qu'à Stéphane ou Kattelm, je te lis toujours même si je ne laisse pas de commentaires et tes photos sont un plaisir pour les yeux et le cœur.

    Je t'embrasse bien amicalement, belle fin de semaine, toute mon amitié.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :