• La Légende de Lyonesse

    La Légende de Lyonesse

    La légende de Lyonesse

      Il y avait autrefois un grand roi du nom d’Arthur. Son courage légendaire lui avait permis de pacifier toute l’île de Bretagne et d’y établir sa souveraineté.
    Il avait une épouse du nom de Guenièvre, et qui était d’une grande beauté, admirée par tous les chevaliers.

    Dans la légende arthurienne, Mordred est le fils du Roi Arthur et de sa sœur, la fée Morgane, conçu au cours d’un rituel de fertilité alors que l’un et l’autre ignoraient qui était leur partenaire. Un temps, Arthur voulu sa mort lorsqu’il apprit la vérité, mais plus tard il l’accueillit à sa cour.
    Là, il se forge une réputation de chevalier sournois, cruel et ne respectant pas les règles de courtoisie de la Chevalerie. De plus sa beauté lui permettait de séduire nombre d’épouses, ce qui fait qu’il était détesté de tous les autres chevaliers. Arthur, trompé par sa perfidie, lui faisait confiance.
    Mais Mordred jalousait Arthur et le détestait, lui reprochant de ne pas le reconnaitre comme son fils, et aurait bien voulu prendre sa place, non seulement sur le trône, mais également dans le cœur de la reine Guenièvre.

    A une certaine époque Arthur, à la tête de ses cavaliers, dut aller guerroyer dans des pays lointains. Avant de partir, il avait confié son royaume à son compagnon Mordred, à charge pour lui d’y faire respecter l’ordre et la justice. Mais Mordred vit là l’occasion tellement espérée. Quelque temps plus tard, il fit annoncer dans tout le royaume que le roi Arthur avait péri dans une bataille et qu’il avait été choisi pour être son successeur. Il s’empara sans vergogne de Tintagel et ses trésors et manifesta son intention d’épouser la reine Guenièvre qu’il retenait prisonnière.
    Un des fidèles d’Arthur passa la mer et vint l’avertir de la situation. Arthur entra dans une violente colère.
    - Puisqu’il en est ainsi, s’écria-t-il, je le combattrai jusqu’à la mort ! Il n’y a rien de plus odieux que de trahir son roi !
    Sans perdre de temps, il fit rassembler ses troupes, les fit embarquer et aborda dans l’estuaire de la rivière Fowey. Là, il apprit que Mordred avait constitué une puissante armée, non seulement avec ses propres partisans, mais encore avec des Pictes, ennemis acharnés d’Arthur qu’il avait souvent vaincus, et des Irlandais à qui l’usurpateur avait promis des terres et des richesses. De toute évidence, Mordred était bien décidé à s’opposer à Arthur et à lui interdire l’accès de son propre royaume.
    Les deux armées se rejoignirent quelque part du côté de la rivière Camel, et ce fut un épouvantable massacre de part et d’autre. Et Arthur, submergé par le nombre de ses ennemis, entouré d’une poignée de survivants, dut s’enfuir vers l’ouest, poursuivi par de nombreux cavaliers que Mordred entraînait à la poursuite du roi.

    Arthur connaissait bien le pays: son intention était de se réfugier dans les montagnes de Lyonesse, sur un promontoire qui s’avançait très loin dans la mer et qui était facile à défendre. Le pays de Lyonesse, avec ses nombreuses vallées, était riche en troupeaux qui pâturaient sur de magnifiques herbages et, au débouché des vallées, s’abritaient des ports bien fréquentés par des navires qui venaient de partout, apportant sans cesse d’abondantes marchandises et chargeant de l’or, du cuivre et de l’étain.
    Ce fut donc dans cette direction que le roi entraîna ses compagnons. Mais leurs chevaux étaient épuisés et ils perdaient du temps. Derrière eux, les cavaliers de Mordred se rapprochaient, Mordred pris par la rage de vaincre, désireux d’en finir une fois pour toutes et de massacrer les survivants.

    Arthur s’arrêta sur la falaise qu’on nomme Lizard et examina la situation: il se voyait perdu, car il ne doutait pas qu’il serait rejoint tôt ou tard par des ennemis attachés à sa perte. Il se souvint alors qu’autrefois il avait eu un sage conseiller qui accomplissait des prodiges, c’était le mage Merlin. Mais Merlin avait disparu depuis bien longtemps et nul ne savait où il se trouvait. Cependant, Arthur se mit à appeler Merlin à haute voix.
    On vit bientôt apparaître un vieil homme, vêtu comme un bûcheron, dont la cagoule laissait passer d’abondantes touffes de cheveux gris. Il s’avançait vers le roi d’un pas très lent, en s’appuyant sur un bâton de coudrier.
    - Merlin, est-ce vraiment toi ? demanda le roi.
    - Oui, répondit l’homme, c’est bien moi, et je viens à ton aide, roi Arthur, comme je le suis venu souvent autrefois, car c’est la volonté de Dieu que tu sois protégé de la fureur de Mordred. Va sans crainte jusqu’au bout du pays de Lyonesse, mais uniquement sur les hauteurs. Je t’en conjure: ne reste pas dans les vallées, car il t’arriverait bien des malheurs et des désagréments. Ne pose pas de questions et obéis. Je vais faire en sorte de te sauver et de punir ceux qui ont eu l’audace de se dresser contre toi.
    Arthur ordonna à sa petite troupe de se précipiter sur les hauteurs. Quand il les eut vus disparaître le long des crêtes, Merlin s’en alla sur le plus haut rocher qu’il put trouver et regarda l’horizon.
    C’est à ce moment que Mordred arriva à la tête de ses cavaliers. Il s’arrêta un instant et cria :
    - Holà ! l’homme ! as-tu vu passer Arthur et ses hommes ? Dans quelle direction sont-ils allés ?
    Celui qui disait être Merlin leur indiqua le pays de Lyonesse.
    - Ils se sont réfugiés dans les vallées, dit-il alors, en espérant que vous ne les découvrirez pas. Vous pouvez les surprendre si vous évitez les crêtes !
    Sans plus attendre, Mordred et les siens se précipitèrent dans la direction indiquée, prenant bien soin de suivre les vallées profondes. Quand il les vit disparaître, Merlin leva les bras vers le ciel et prononça d’étranges paroles dans une langue inconnue qui se répercutèrent dans tous les échos des collines.
    Aussitôt, le ciel se couvrit de nuages abondants, le vent se mit à souffler en tempête et la terre trembla. Ce fut effroyable. On eût dit que le ciel s’effondrait et que la terre se soulevait, allant à la rencontre du ciel. Et la mer, jusque-là très calme, se déchaîna à son tour et déferla sur le pays de Lyonesse, en une tourmente qui paraissait ne devoir jamais finir.

    Cela dura longtemps, longtemps, et enfin, la tempête se calma et le ciel redevint très bleu.
    Arthur regarda alors en bas, là où se trouvaient les vallées. Il fut stupéfait: il se trouvait sur le promontoire qu’on appelle maintenant le cap Lizard, mais au-delà, à l’emplacement du beau pays de Lyonesse, si riche en cités et en verts pâturages, il n’y avait plus que la mer aux vagues écumantes, parsemée parfois de quelques petites îles qui se perdaient dans la brume.

    C’est ainsi que disparurent les terres de Lyonesse.

    Lyonesse est étroitement associée à la région des Cornouailles, mais sa situation géographique exacte reste indéterminée.

    Un écrivain du 16ème siècle raconte qu’autrefois, le Land’s End s’étirait encore plus loin vers l’Ouest et que c’est le point qui servait de guide pour les marins. Le rocher, connu de nos jours sous le nom de Seven Stones (les sept pierres), serait les restes du royaume, environ dix-huit miles à l'ouest de Lands End et huit miles au nord -est des îles de Scilly. Les marins locaux l’appellent The Town (la ville) et racontent qu’ils entendent parfois les cloches des églises de Lyonesse qui sonnent par delà les vagues.

    On retrouve Lyonesse dans certaines légendes arthuriennes, plus ou moins contradictoires, et notamment celle de Tristan et Iseult. En effet, le royaume aurait appartenu au chevalier Meliodas, père de Tristan, et ce dernier en aurait hérité à sa mort. Tristan aurait été en voyage avec son oncle le Roi Mark de Cornouailles quand son royaume fut envahit par les eaux.
    Selon Lord Tennyson, poète britannique de l’époque victorienne, c’est à Lyonesse que se serait déroulée la dernière bataille entre le Roi Arthur et son fils Mordred.

    La Légende de Lyonesse


    Extrait de Contes et Légendes des pays celtes de J. Markale
    http://legendes.korrigans.free.fr/?p=105

     

     

    « FenrirGlastonbury »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Juin 2014 à 10:39

    bonjour Triskèle

    une bien belle légende

    bonne journée

    bises

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 12 Juin 2014 à 11:06

    Oui les villes englouties sont sources de bien des légendes.
    Merci de ta visite Ulysse, bonne journée à toi, bises.

    3
    Jeudi 12 Juin 2014 à 21:32

    Bonsoir Triskèle !

    Les légendes Arthuriennes sont souvent sujet à litiges et controverses...Mais tout comme celles Sherlock Holmes elles ont leurs passionnés :)

     

    La série Kaamelott sont sous ses dehors de grandes bouffonneries est superbement précise quand à la légende et la réalité d'Arthur ( du moins selon les historiens)...série dont je suis un grand fan :)

     

    Je te souhaite une agréable soirée !

    Amitiés !

    Stéphane ^^ 

     

    4
    Vendredi 13 Juin 2014 à 07:08

    Bonjour Stéphane, je suis une fan des légendes Arthuriennes, la série Kamelott est très drôle, vraiment pleine d'humour,  les trois premiers livres en tout cas, j'ai moins aimé les autres, mais la précision historique est tout de même approximative.
    Merci de ton commentaire, bon vendredi 13 plein de chance, amitiés.

    5
    Vendredi 13 Juin 2014 à 07:37

    Bonjour :)

    Beaucoup de personnes ont décrochés après le livre III , après le ton deviens plus sombres et le support 50mn change un peu la donne, il est vrai...mais j'ai trouvé que l'idée intéressante car la redite des histoires auraient finit par lasser et la série se serait arrêter bien avant. Reste que je reste sur ma fin et que j'ai bien peur que les films qui devaient suivre ne verront pas le jour ...

    Je vais me refaire la série tiens :)

    Bonne journée !

    Stéphane ! 

    6
    Vendredi 13 Juin 2014 à 14:27

    Ma chère Triskèle,

    Passionnante histoire! Un grand merci pour ce beau voyage en Cornouailles! Si j'ai bien compris Mordred serait mort dans la vallée de Lyonesse avec ses cavaliers grâce au pouvoir de Merlin, cette fin me plaît beaucoup car Arthur et ses hommes sont sauvés, toutefois je croyais que c'était Arthur qui mourrait de la main de Mordred grâce à la complicité de Guenièvre qui a trahi Arthur en s'alliant avec Mordred! Certains prétendraient d'ailleurs qu'Arthur ne serait pas vraiment mort seulement en "dormition"et transporté à Avalon dans le monde souterrain enchanté crée par Merlin...Toi qui a une belle connaissance sur les légendes Celtes et la mythologie en général, qu'en penses-tu?

    Je me prends au jeu grâce à toi et tes articles si captivants!Je deviens "accroc" à ces merveilleuses légendes et c'est un vrai bonheur que de te lire!

    Je te souhaite une excellente journée, et t'envoie plein de gros bisous ensoleillés de Turquie

    7
    Vendredi 13 Juin 2014 à 14:54

    Bonjour ma petite Neige,  smile en effet il est difficile de s'y retrouver car plusieurs versions circulent. Il est généralement admis que Arthur a tué Mordred dans une grande bataille finale ayant eu lieu dans la plaine de Salisbury, et Arthur mortellement blessé a été emporté par Morgane à Avalon où il serait mort en enterré, mais peut-être qu'il se réveillera un jour.

    http://triskele.eklablog.com/le-roi-arthur-a102375733

    J'espère que tu vas mieux ma puce, merci de ton commentaire, je te souhaite une belle fin de journée également, il fait aussi très beau et très chaud ici,  plein de grosses bises.

    8
    Dimanche 15 Juin 2014 à 17:41

    Bonjour   !

     

    Je te souhaite une excellente semaine.  

    Bien que je ne sois pas trop présente, j’ai une pensée

    Chaque jour pour mes amies et amis.

    Je suis occupée entre mon travail et ma fille qui a subi une

    Lourde intervention qui me fait du souci sans que je le montre pour autant qui s’ajoute à d’autres tourments.

     

    Je te souhaite une bonne soirée.

     

     

    @bientôt !  

    9
    Dimanche 15 Juin 2014 à 18:09

    Merci de ton passage Mandragore, je te souhaite bon courage pour surmonter tes problèmes, une meilleure santé à ta fille, , ainsi qu'une bonne semaine également, amitiés.

    10
    Dimanche 15 Juin 2014 à 19:45

    Légendes arthuriennes j'aime !

    Je lis que je ne suis pas hélas la seule a avoir des soucis de santé des enfants

    Bises Triskèle et bonne soirée

    11
    Dimanche 15 Juin 2014 à 20:03

    Et non, vois-tu Petite Fleur, chacun porte sa croix, bon courage à toi également et merci de ta visite.
    Bonne soirée aussi, grosses bises.

    12
    Mardi 17 Juin 2014 à 18:31

    Le roi Arthur ! J'adore, et je suis gâtée, tant il y a de légendes dont il est le principal acteur. Bises de Béa

    13
    Mardi 17 Juin 2014 à 19:06

    Tu m'as manqué ma chère Béa, ton retour parmi nous me ravit! smile
    Passe une excellente soirée, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :