• Pour déroger à mes habitudes, une fois n'est pas coutume, j'ai envie de poster un poème que j'affectionne particulièrement:

    Pour faire le portrait d'un oiseau


    Peindre d'abord une cage
    avec une porte ouverte
    peindre ensuite
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    quelque chose d'utile
    pour l'oiseau
    placer ensuite la toile contre un arbre
    dans un jardin
    dans un bois
    ou dans une forêt
    se cacher derrière l'arbre
    sans rien dire
    sans bouger ...
    Parfois l'oiseau arrive vite
    mais il peut aussi bien mettre de longues années
    avant de se décider
    Ne pas se décourager
    attendre
    attendre s'il le faut pendant des années
    la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau
    n'ayant aucun rapport
    avec la réussite du tableau
    Quand l'oiseau arrive
    s'il arrive
    observer le plus profond silence
    attendre que l'oiseau entre dans la cage
    et quand il est entré
    fermer doucement la porte avec le pinceau
    puis
    effacer un à un tous les barreaux
    en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau
    Faire ensuite le portrait de l'arbre
    en choisissant la plus belle de ses branches
    pour l'oiseau
    peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
    la poussière du soleil
    et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été
    et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter
    Si l'oiseau ne chante pas
    c'est mauvais signe
    signe que le tableau est mauvais
    mais s'il chante c'est bon signe
    signe que vous pouvez signer
    Alors vous arrachez tout doucement
    une des plumes de l'oiseau
    et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

    Jacques Prévert

     


    20 commentaires
  • Et pour bien commencer cette nouvelle année, une jolie histoire qui donne à réfléchir:

    Le roi et son jardin

     

     Il y avait un jour un roi qui avait planté près de son château toutes sortes d'arbres, de plantes et son jardin était d'une grande beauté.
    Chaque jour, il s'y promenait : c'était pour lui une joie et une détente.

    Un jour, il dût partir en voyage. A son retour, il s'empressa d'aller marcher dans le jardin. Il fût surpris en constatant que les plantes et les arbres étaient en train de se dessécher.

    Il s'adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui s'était passé. Le pin lui répondit :
    - J'ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne produirais les bons fruits qu'il porte. Je me suis découragé et j'ai commencé à sécher.

    Le roi alla trouver le pommier : lui aussi se desséchait... Il l'interrogea et il dit :
    - En regardant la rose et en sentant son parfum, je me suis dit que jamais je ne serais aussi beau et agréable et je me suis mis à sécher.

    Comme la rose elle-même était en train de dépérir, il alla lui parler et elle lui dit : "Comme c'est dommage que je n'ai pas l'âge de l'érable qui est là-bas et que mes feuilles ne se colorent pas à l'automne. Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs? Je me suis donc mise à dessécher."

    Poursuivant son exploration, le roi aperçut une magnifique petite fleur. Elle était toute épanouie. Il lui demanda comment il se faisait qu'elle soit si vivante.

    Elle lui répondit :
    - J'ai failli me dessécher, car au début je me désolais. Jamais je n'aurais la majesté du pin, qui garde sa verdure toute l'année; ni le raffinement et le parfum de la rose. Et j'ai commencé à mourir mais j'ai réfléchi et je me suis dit : "Si le roi, qui est riche, puissant et sage, et qui a organisé ce jardin, avait voulu quelque chose d'autre à ma place, il l'aurait planté. Si donc, il m'a plantée, c'est qu'il me voulait, moi, telle que je suis et, à partir de ce moment, j'ai décidé d'être la plus belle possible!

    Le Roi et son Jardin

      

     
    Anonyme


    13 commentaires
  • La Reine Isis dévoilée

    La Reine ISIS dévoilée

    Reine de l’Atlantide, Isis dans l’antiquité était pour cela patronne des navigateurs. Dans l'empire romain, elle est assimilée à Déméter, puis à Vénus, patronne des courtisanes. Peu à peu, son culte englobe tous les autres cultes féminins et Isis devient la fameuse Déesse Universelle, comme on peut le constater dans les hymnes d'Isidore du 1e siècle avant notre ère et que l'on retrouve deux siècles plus tard dans les textes appelés ‘‘ Métamorphoses d'Apulée ‘‘ .Voici comment ISIS elle-même y dévoile sa véritable identité :

    « Je suis la Nature, Mère des choses, Maîtresse de tous les éléments, Origine et Principe des siècles, Divinité Suprême, Reine des Mânes, première entre les habitants du ciel, Type uniforme des dieux et des déesses. C'est moi dont la volonté gouverne les voûtes lumineuses du ciel, les souffles salubres de l'océan, le silence lugubre des enfers au sein de la Terre. Puissance Unique, je suis, par l'univers entier, adorée sous plusieurs formes, possédant plusieurs appellations avec des cérémonies diverses ! Les Phrygiens, premiers nés historiques sur la terre, m'appellent la Déesse-Mère de Pessimonte ; les Athéniens autochtones me nomment Minerve la Crécopienne ; chez les habitants de l'île de Chypre, je suis Vénus de Paphos ; chez les Crétois armés de l'arc, je suis Diane Dictynna ; chez les Siliciens qui parlent trois langues, Proserpine la Stygienne ; chez les habitants d'Eleusis, l'antique Cérès ; les uns m'appellent Junon, d'autres Bellone, d’autres encore, la Déesse de Rahmonte. Mais ceux qui les premiers sont éclairés par les rayons du soleil naissant, les peuples de l'Ethiopie, de l'Asie, et les Egyptiens, puissants par leur antique savoir, ceux-là me rendent mon véritable culte et m'appellent de mon vrai nom : LA REINE ISIS

    A méditer.

      

    http://triskele.eklablog.com/isis-a100342129 

     

     


    4 commentaires
  •  Sang bleu, peau bleue

    Pourquoi cette expression: sang bleu, et ces représentations de dieux à la peau bleue?
     
    J’ai fait quelques recherches, et ayant écarté certaines élucubrations il m’en reste quelques unes d’un peu plus crédibles, à mon avis du moins.
     
    Le teint bleu est sans doute lié à l’association de la divinité avec l’eau. L’eau est liée à la spiritualité, à la voyance, à la dissolution, la réceptivité…
    Le bleu nous entoure en haut dans le ciel, en bas dans les océans, les fleuves et les lacs; Dans l’hindouisme, la peau bleue est également associée aux êtres qui font preuve de profondeur de caractère et d’endurance dans le combat.
     
    Rama et Krishna, les incarnations de Vishnou, dont le but était de vaincre le mal et de protéger l’humanité, sont représentées avec un teint bleu, couleur qui symbolise le courage, la virilité la profondeur et la stabilité.
     Amon est un dieu anthropomorphe qui peut être représenté de deux façons différentes, l'un est coiffé d'une couronne ou mortier surmonté de deux grandes plumes, il est représenté avec la peau bleue qui l'identifie comme un dieu céleste.
     Sa peau bleue le désigne comme un Dieu des concepts abstraits, c'est-à-dire invisible et pourtant omniprésent. Osiris et Ptah sont aussi souvent représentés avec la peau bleue.
     
    La légende des Dieux sumériens
    Selon certains auteurs, les anciens « dieux » sumériens, censés avoir créé l’Humanité, auraient eu un sang de couleur bleue. Ces mêmes sources précisent que les prétendus croisements entre Dieux et femmes mortelles auraient été à l’origine des lignées royales qui régnèrent bien avant le déluge. Du reste, les civilisations anciennes d’Egypte et d’Amérique latine ont souvent représenté leurs « dieux » avec la peau bleu clair.
    Voici une citation extraite d’un livre de William Bramley, The Gods of Eden, p. 233, qui va dans ce sens :
    « Les écrits Sumériens déclarent que les premiers rois humains sur Terre étaient les rejetons des Gardiens “divins” qui se croisèrent avec des femmes humaines. Ainsi naquit l’idée de “sang royal” et l’importance de maintenir une lignée royale au sang pur identique à celui des ancêtres […] Chose intéressante à noter, certains anciens Gardiens “divins” ont été décrits comme ayant soit une peau bleue, soit ayant un sang bleu […] Un être humain à sang bleu paraît être un label de supériorité au sein de notre espèce ».
     
    Selon d’autres écrits:
    Une thèse assimile les idoles de l'antiquité à une mystérieuse élites à sang bleu qui, dans des temps lointains, constituaient une sorte de royauté divine.
     Les Atlantes furent-ils un peuple bleu?
    En se rappelant que Platon leur attribuait une origine autre que celle des hommes terrestres, et un sang différent.  D'après certaines traditions, les Atlantes auraient été les fondateurs de la civilisation égyptienne. La trace la plus anciennes des dynasties divines, 12 000 ans avant notre ère, suggère qu’elles étaient des Atlantes de race pure.
    Les Égyptiens reproduisaient les couleurs. Or, de quelles couleurs peignaient-ils leurs dieux?
     Pourquoi cette couleur fondamentale était-elle l'apanage des dieux égyptiens?
     Ces élites seraient les descendants d'un peuple à peau bleue, ou considérés comme tels.
     L'expression «sang-bleu» est employée encore de nos jours en Amérique du Sud : dans certaines contrées de la côte du Pacifique, on dit d'une personne issue de l'union d'un Indien et d'un Européen qu'elle est de «sang-bleu». Les mayas, les aztèques ainsi que les incas possédaient aussi des empires associés à une lignée de sang bleu.
     En Europe, cette expression désigne explicitement des individus prétendus de haute et antique noblesse. En Russie, en Mongolie, les nobles étaient réputés de sang bleu ce qui, incontestablement, rejoint l'idée de supériorité.
     Il existe des «hommes bleus» aux environs d'Agadir, et en 'Écosse antique on avait coutume de se teindre la peau en bleu.
     
    Lorsqu'on examine tous ces faits par rapport à la géographie, on s'aperçoit que dans la plupart des cas l'existence de tribus à la peau olivâtre ou bleue, naturelle ou teinte artificiellement, est liée au littoral atlantique. On en vient donc à imaginer que les Atlantes, habitant une contrés aux montagnes élevées, constituent une population à la peau bleue, par la suite des conditions biologiques de l'hérédité et du milieu, race déjà en voie d'extinction et qui perdit ses caractéristiques au moment de la disparition de l'Atlantide.
      
    LE BLEU Dans la mythologie égyptienne, le bleu trace une frontière entre le profane et le sacré,  et évoque à la fois la nuit étoilée et l'obscurité des eaux primordiales de la création du monde.
     Les Egyptiens cherchèrent donc des pierres bleues jusqu'en Mésopotamie.
     Le bleu du lapis-lazuli en a fait une pierre à la spiritualité incontournable de l'histoire de la Mésopotamie, de l'Egypte et de l'ensemble du Proche-Orient.
    "Pierre de délivrance", le lapis-lazuli était aussi utilisé pour fabriquer des potions magiques.
    Dans la mythologie sumérienne, le dieu Ninurta, après sa victoire sur les démons, aura béni la fameuse pierre qui a combattu à ses côtés.
     Le bleu intense de la pierre accompagnera les monarchies assyriennes puis babyloniennes.

     En Europe, le bleu était aussi une couleur initiatique... Et la couleur de la royauté.
    Le bleu, couleur de l'azur, de l'air de la voûte céleste et du paradis, symbolise la sagesse et la vérité divines. Consacré à Jupiter, il est associé aux dieux créateurs: «La peau d'Amon, dieu d'air, se teinte de bleu pur» .  D'après les livres sacrés, Vishnu naquit de cette couleur.
    Le bleu foncé (ou quasi noir), qui est la couleur d'Osiris, est également celle de Krishna et de Bouddha.

     Le bleu, attire l'homme vers l'infini et éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel, est la plus immatérielle et la plus profonde des couleurs :  Il représente d'ailleurs l'immortalité.
     Le bleu est le symbole de l'inspiration, de la dévotion, de l'infini et des aspirations religieuses. Cette couleur élève, exalte et inspire. Sa vibration engendre le calme, la paix intérieure et fait naître le sommeil.
     
    Le Bleu correspond au 5e chakra, la gorge (glande thyroïde)
     Le bleu est relié à la gorge, qui est le centre de la parole, et la gorge est le « passage » qui permet à notre être intérieur de se manifester et d'entrer en contact avec le monde extérieur. C'est grâce à la parole que nous pouvons traduire nos émotions et nos sentiments.
     La gorge est également le centre de la pureté. Le rayon bleu possède un très grand pouvoir curatif.
    Il est très efficace dans le traitement des blocages de la parole et des maladies de la gorge: inflammation, saignement interne et crispation.
     Comme cette couleur est associée au manque de chaleur, ses propriétés sont sédatives et astringentes. Alors que la force du bleu foncé est d'une très grande puissance, le bleu pâle, lui, oriente vers une haute inspiration morale. C’est la couleur des auras les plus spirituelles.

    Le bleu est "la plus chère" des couleurs, pendant très longtemps la seule façon de créer du pigment bleu était de broyer du Lapis-Lazuli. C' est pourquoi la vierge Marie est souvent vêtue de bleu.
       
    Alors réalité ou symbolisme?


     
    Sources diverses (nousnesommespasseuls et interneland)
    Atlantis- Revue d'Archéologie scientifique et traditionnelle, 30, rue de la Marseillaise, Vincennes, n° 204 Dec 1960

      

      


    12 commentaires
  • Demi-dieux, mythes ou réalité?

    Héros, géants ou Néphilims?

    La conception de l'histoire du monde des Grecs anciens plaçait un âge héroïque où avaient vécu des hommes mortels, mais plus grands, plus forts, et, de façon générale, dotés de qualités supérieures à celles des hommes: c'étaient les héros, issus directement ou indirectement d'unions entre des divinités et des humains.

    On retrouve de nombreuses histoires similaires bien avant les Grecs, en Egypte et chez les Sumériens. La Bible également en parle, d’une façon plus discrète. Certains passages (voir des livres entiers) ont été purement et simplement écartés des versions officielles.

    Les Héros de l'Antiquité
    En effet, dans la mythologie Grecque, les dieux étaient considérés comme immortels. Ils aimaient jouer et côtoyer les humains jusqu’à même s’accoupler avec eux. De leurs unions, naquirent des demi-dieux qui perdirent un peu de leur éternité. Eux-mêmes eurent des enfants de dieux ou d’humains, si bien que la durée de vie de ces êtres hybrides se mesurait par le taux de sang divin, autrement dit, par leur lien de parenté avec les dieux de l’éternité.

    Dans la Bible on constate que l’âge des patriarches va decrescendo, depuis Adam qui vécut 930 ans, ou dit-on Noé 950 ans, les durées des vies diminuent: Enoch vécu 365 ans, Abraham 175 ans, Moïse 120 ans…

    Tous ces illustres patriarches avaient-ils du sang divin dans leurs veines ?
    Y a-t-il eu une dissolution du sang divin au cours des âges ?
    Leurs ancêtres étaient-ils véritablement des dieux ?

    Les tablettes sumériennes
    Plus on va dans le passé, et plus les Patriarches ont vécu longtemps. On retrouve également cette constante dans la liste Royale Sumérienne définit par Bérose, dit Bérose le Chaldéen, un prêtre Chaldéen astronome, mais aussi historien du IIIè siècle av. JC, né à Babylone.
    Cette liste n’a jamais été remise en cause par les archéologues de notre époque, car les évènements et découvertes de l’histoire concordent. Seul grain de sable, la durée de règne des personnages.

    Extrait du début de la liste Royale Sumérienne :
    "Après que la royauté descendit du ciel, elle alla à Eridug. (du ciel elle descendit dans la ville)

    À Eridug, Alulim devint roi pour un règne de 28800 ans."
    -Alalgar de Eridug / Eridu : 36000 ans (10 sars)
    En-Men-Lu-Ana de Bad-Tibira : 43200 ans (12 sars)
    En-Men-Gal-Ana de Bad-Tibira : 28800 ans (8 sars)
    Dumuzid de Bad-Tibira : 36000 ans (10 sars)
    En-Sipad-Zid-Ana de Larak / Larag : 28800 ans (8 sars)
    En-Men-Dur-Ana de Sippar / Zimbir : 21000 ans (5 sars et 5 ners)
    etc.

    Et après le déluge, les règnes raccourcissent singulièrement, de plus en plus. Le déluge aurait-il été une coupure dans l’histoire de la constitution humaine?

    Dans la Bible, il est clairement dit que l’immortalité à été finalement refusée à l’homme, ce qui sous entend que les dieux ont cette faculté.
    « L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. »

    En effet ces mythologies parlent de dieux qui se sont unis à des femmes pour engendrer des héros surhumains, des demi-dieux parfois effrayants qui possédaient à la fois des caractéristiques divines et humaines. C'est ce même rapport que l'on retrouve avec les Géants et les Titans de la mythologie grecque, enfants d'Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre).

    On retrouve partout des traces de ces événements dans les légendes d'anciennes civilisations. Par exemple, une épopée mésopotamienne, vieille de 4 000 ans, relate les exploits extraordinaires de Gilgamesh, demi-dieu puissant et violent, dont le « désir ne laisse pas une vierge à son amoureux ».

    L’épopée Sumérienne de Gilgamesh, raconte, sur une tablette cunéiforme, une quête vers l’immortalité. Gilgamesh est le cinquième roi (peut-être légendaire) de la première dynastie d’Uruk (généralement datée de l’époque protodynastique III, vers 2600 avant JC). Traditionnellement, c’est un demi-dieu, de deux tiers humain et d’un tiers divin. La liste royale Sumérienne lui attribue 126 ans de règne. Ce sang sacré qui coule dans ses veines, lui permet d’ailleurs d’entrer dans le domaine des dieux, interdit aux humains.
    Les grands Dieux Grecs enfantèrent énormément de demi-dieux.

    Demi-dieux, enfants de Zeus et de mortelles:
    Zeus le roi des dieux était un grand séducteur, qui n’admettait aucune résistance. C’est ainsi qu’il poursuivit de ses assiduités de nombreuses mortelles, qu’elle soient séduites de gré ou de force! Ses enfants sont les plus célèbres:

    - Ainsi il eu avec Sémélé (fille de Cadmos, fondateur de Thèbes) : Dionysos, dieu des jonctions, des opposés et des ambiguïtés (mort-vie, homme-femme, vin et ses excès). Sa mère ayant voulu contempler Zeus au grand jour, elle fut foudroyée. Pour sauver son fils, Zeus le mit à l'intérieur de sa cuisse pour la durée des mois manquant à l'enfant pour naître à terme. Il est le seul divinisé à avoir une mère mortelle. Zeus s'est déguisé en mortel pour séduire Sémélé.
    - Avec Io (fille d'Inachus, premier roi d'Argos) il eut : Epaphos, souverain d'Égypte et d'Afrique
    -Avec Antiope (une princesse thébaine) il eut : Zéthos et Amphion
    Ils régnèrent tous les deux sur Thèbes. Ce sont eux qui firent construire les remparts de la ville. Zeus se transforma en satyre pour séduire Antiope.

    -Avec Léda (femme du roi de Sparte Tyndare) il eut des jumeaux:
    Léda eut 4 enfants: les Dioscures renfermés dans deux œufs. De l'un sortirent Pollux et Hélène et de l'autre Castor et Clytemnestre qui eux étaient les enfants du roi de Sparte Tyndare.
    - Avec Alcmène (l'épouse du roi de Tirynthe, Amphitryon) il eut : Héraclès ou Hercule, dont les 12 travaux sont mythiques.
    - Avec Danaé (fille du roi d'Argos, Acrisius) il engendra: Persée
    Zeus se transforma en pluie d'or pour la séduire.
    - Avec Europe (une princesse phénicienne) il eut : Minos - Rhadamanthe - Sarpédon
    Zeus se changea en taureau blanc pour l'enlever.

    Alexandre le Grand
    La vie d’Alexandre le Grand a été exceptionnelle, pas étonnant qu’il soit devenu un mythe de l’Antiquité. Couronné roi à 20 ans, victorieux de nombreux combats, il a conquis un immense empire allant de la Grèce à l’Inde. Par ses succès militaires, il contribua également au développement de la culture grecque en dehors de ses frontières. Fils de Philippe II et d’Olympias, sa mère le convainc qu’il est le descendant de Zeus par son père et d’Achille par elle-même.

    Malgré les importantes altérations que ces récits ont subi de génération en génération, ils montrent néanmoins une certaine convergence avec ce que la Bible dit au sujet des Nephilim et de leurs pères, les anges rebelles.

    Extrait de la Bible, Chapitre 6 de la Genèse (juste avant l’épisode du déluge) :
    « … quand les fils des Elohim [divinités] virent les filles des hommes, ils les trouvèrent belles et les prirent pour femmes.
    … Et elles leur enfantèrent des enfants… »
    Noé était un des enfants de ces Elohim, à sa naissance il stupéfia son entourage par son apparence si différente (cheveux blonds et yeux bleus, peau très blanche)
    Et tout le monde connait l’histoire de David et Goliath dont le nom est devenu synonyme de géant.

    Dans les livres Apocryphes
    Le Livre d'Hénoch de l'Église éthiopienne orthodoxe présente une description bien plus détaillée des Géants bibliques.
    Le Livre des Jubilés, également de l'Église éthiopienne orthodoxe, complète l'histoire du Livre d'Hénoch.
    Il y a des allusions aux Géants dans des Livres deutérocanoniques, comme celui du troisième livre des Macchabées.

     

    Sources diverses dont Wikipédia et http://fargin.wordpress.com/tag/demi-dieux


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique