• Bakhtalo

    Bakhtalo


    C’est l'histoire d'un couple qui ne peut pas avoir d'enfant. La femme Zara, part un jour chercher du bois en forêt et elle chante sa tristesse:

    "le vent souffle où il veut,
    L'homme va où il peut,
    Mon cœur est léger et lourd,
    Mon cœur est triste et plein d'espoir.
    Dans les branches chantent les feuilles,
    L'eau du ruisseau fredonne aussi,
    Dans le ciel, les oiseaux crient,
    Chaque plante croit et meurt,
    Chaque arbre donne ses fruits.
    Et moi, que sera ma vie?
    Le voyage est long, difficile,
    Qui sait quand il finira?"



    Elle parvient dans une grande clairière, où se dresse en son centre un hêtre majestueux. Elle le salue, ramasse quelques uns de ces fruits et se retrouve face à une femme qui sort du tronc de l'arbre. Elle se présente comme étant l'esprit Matouya, l'âme du hêtre.
    Pour la remercier et pour la consoler, elle lui promet un enfant, lui offre un coffret, et lui recommande de l'offrir à son fils quand il sera en âge de partir. Son père devra également lui tailler un bâton en bois de hêtre. Matouya ajoute que son fils deviendra un grand tzigane.


    L'enfant naît et se fait appelé Bakthalo. Il grandit, et un jour part sur les routes, avec le coffret et le bâton taillé par son père. Il marche longtemps jusqu'a arriver à la lisière de la forêt ou se trouve un campement. Il se fait héberger et le soir, autour du feu, Zelda, la fille du chef se met à chanter et danser. Bakhtalo captivé, va demander sa main. Mais le père se fâche quand il voit Bakhtalo les mains vides sans un présent digne de ce nom et l'enferme dans un trou sous un vieux hêtre et le laisse sous terre.


    Au bout de trois jours et trois nuits, Matouta apparaît au garçon, et lui offre une mèche de ses longs cheveux. Puis avec le bâton et le coffret, elle lui montre comment assembler le tout pour faire un violon. Elle souffle sur le bois, et l'instrument se met à vibrer.
    Bakhtalo se met alors à jouer sur l’instrument qu’il a confectionné et la musique sort de terre, émeut le chef qui le libère. Le tzigane fascine tellement avec sa musique qu'il obtient la main de Zelda et tous deux partent sur les routes, lui jouant, elle chantant.

     

    YOGAN

      

     

     

    Source: "Contes à Musique" de Bernard Chèze. http://www.conteur.com/forum/read.php?6,21524

     

    « Le CygneDionysos »

  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Octobre 2016 à 11:07

    il y a un vrai violoniste qui s'appelle Bakhtalo, c'est lui ?

      • Lundi 17 Octobre 2016 à 11:31

        LUI c'est Yogan! Il est génial. Je n'ai pas trouvé de vrai violoniste qui s'appelle Bakhtalo, il y a un groupe nommé les P'tites laines qui raconte une histoire autour du violon de Bakhtalo, et un autre groupe qui s'appelle Baxtalo Drom.

        https://www.youtube.com/watch?v=6NepDMv5_W4

        Belle semaine Peache, bises.

         

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 17 Octobre 2016 à 16:26

    Un morceau classique mais si bien interprété. J'adore cette musique et cet artiste.

    Bonne semaine.

      • Lundi 17 Octobre 2016 à 17:00

        Ca me fait plaisir que tu aimes Baba, merci beaucoup.

        Belle semaine à toi aussi, amitiés.

    3
    Lundi 17 Octobre 2016 à 18:41

    a légende   et la vidéo

     bonne soirée  Triskéle

     kénavo

      • Lundi 17 Octobre 2016 à 19:13

        Je suppose que tu as voulu dire que tu aimes Monica? smileJe te remercie.

        Bonne soirée à toi aussi, kenavo a-wechall.

    4
    Mercredi 19 Octobre 2016 à 15:18

    Bonjour Triskèle !

    Une musique qui sait se faire envoûtante et joyeuse à la fois, j'adore  ! ... Merci pour la légende et pour cet instant musical, à bientôt Triskèle happy

      • Mercredi 19 Octobre 2016 à 15:39

        J'aime les violons tziganes! Merci à toi Béa, belle fin de journée, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :