• Apophis

    Apophis


     En Egypte antique, le Soleil RË avait un ennemi acharné: APOPHIS.

    Apophis ou Apopis ou Apep " ou « serpent géant » est un Dieu des forces mauvaises et de la nuit, personnification du chaos, du mal, de l'obscurité, cherchant à anéantir la création divine.

     Fils de Neith, le serpent gigantesque Apophis est un dieu maléfique, il est l'ennemi du dieu solaire Rê-Atoum. Ennemi cosmique symbolisant le mal et l'ensemble des forces destructrices.
    Les croyances sur le Dieu nous disent qu'il s'attaque quotidiennement à la barque de Rê voguant sur le Noun (l’océan primordial) au cours de son voyage à travers le Douât (monde souterrain), afin de mettre fin au processus de la création, mais il est chaque fois vaincu.
    Pour renverser la barque solaire, Apophis avale l'eau qui l'entoure pour empêcher la renaissance de l’astre. Mais Rê, bien protégé par son escorte de dieux qui immobilisent le serpent, triomphe constamment de son ennemi.
    Chaque lever du soleil marquait ainsi la victoire de Rê sur Apophis.

    Les ondulations de son corps sont d'ailleurs assimilées aux buttes de sable que le Nil laissait apparaître au moment des hautes eaux et qui étaient susceptibles de faire chavirer les bateaux.

    Très peu de documents évoquent l'apparition du serpent Apophis. En fait, seul le temple d'Esna renferme une référence précise sur son origine. D'après cette référence, Apophis serait né d'un crachat du démiurge Neith que les dieux primordiaux auraient rejeté, le condamnant ainsi à une perpétuelle révolte.

    Selon la légende, Rê était aidé pour repousser Apophis par d'autres divinités: Seth était désigné par Rê pour défendre la barque divine à l'aide d'un harpon. Isis à l'avant de la barque, utilisait ses pouvoirs magiques pour priver Apophis de ses sens dans le but de le désorienter, ce qui permettait au chat de Rê, personnification de la Déesse Bastet, de décapiter le serpent.
    Selon la mythologie, après avoir été apprivoisé par les forces du bien, Apophis était enchaîné et transpercé avec un couteau. C'était le sang qui coulait de ses blessures qui donnait au ciel le matin ses teintes rouges.

    Si Apophis est toujours vaincu, il n'est jamais détruit, signe que les forces destructrices ne peuvent être supprimées mais seulement contenues, et qu'elles constituent une menace perpétuelle pour le monde organisé. Les dieux le tuent toutes les nuits, mais le serpent Apophis renait le soir venu pour accomplir son devoir qui est d'interrompre la course du disque solaire, et il s’y emploie du crépuscule à l’aurore.

    Dans la vie quotidienne, des rites d'envoûtement étaient destinés à repousser Apophis et les autres puissances hostiles. De petites figurines fabriquées à l'effigie d'une des formes animales adoptées par le serpent (hippopotame, tortue, oryx) sur lesquelles était gravé le non d'Apophis étaient lacérées et jetées au feu.

    Dans la plupart des représentation d'Apophis il est ligoté et transpercé de flèches afin de représenter le triomphe du bien.
    Une des représentations les plus courantes est celle que l'on peut trouver dans le Livre des Morts. Le chat de Rê, personnification de la Déesse Bastet, aussi appelé chat d'Héliopolis, tue et mutile le serpent avec un couteau. Dans l'Au-delà, les formules contenues dans les textes funéraires, dont notamment le chapitre XXXIX du Livre des Morts intitulé "Pour repousser le serpent Apophis" (Papyrus Bremmer-Rhind du IVe siècle conservé au British Museum) permettaient au défunt de contrer l'animal maléfique.

    Dans le grand temple d'Amon à Karnak, des Prêtres, à l'aide du Livre d'Apophis, pratiquaient un rituel spécial, répété plusieurs fois par jour, pour aider le Dieu du soleil à résister aux attaques d'Apophis. Les chapitres décrivaient un processus progressif de démantèlement et d'élimination : Cracher sur Apep ; Profaner Apep avec le pied gauche ; Prendre une lance pour frapper Apep ; Entraver Apep ; Prendre un couteau pour frapper Apep ; Incendier Apep. En plus des recommandations, il y avait dans ce guide des instructions pour faire en cire, ou en dessins, des représentations qui seraient mutilées et brûlées ou sur lesquelles on crachait, tandis que l'on récitait les sorts.


    Le serpent Apophis (registre du bas) tente chaque nuit de s'opposer à la course de Rê sur sa barque solaire (registre du haut). Mais le dieu du Soleil est protégé par un autre serpent (Méhen) qui l'entoure sur sa barque et ici le dieu Atoum combat Apophis.
    Livre des Portes. Tombe de Ramsès Ier

     

    Le serpent Apophis tente ici d'avaler l'eau du fleuve pour faire échouer la barque solaire. Mais le reptile malfaisant est maîtrisé par des déesses qui l'immobilisent avec des cordes.


    Ici, une divinité à tête de lion (Sekhmet, avatar de Bastet) découpe le serpent Apophis dont le corps est transpercé de nombreux couteaux.
    Papyrus d'Hérouben - XXI° dynastie - Vers 900 av.J.-C - Musée du Caire.

    Il n’y avait pas de culte d’Apophis, qui n’était pas adoré comme un dieu aimé de la population, mais tenu pour un démon dont il fallait protéger les mortels. Son existence menaçait l'ordre naturel de l'univers. On l'associait souvent à des événements catastrophiques comme les tremblements de terre, les tempêtes ou les éclipses. A ces moments, les Egyptiens pensaient qu'Apophis avait vaincu Seth. Quand le phénomène naturel prenait fin, ils en déduisaient que Rê avait vaincu son ennemi.

    On offrait des prières et des rituels au dieu solaire pour s'assurer qu'Apophis ne serait jamais victorieux. Chaque année, un rituel appelé le "banissement d'Apep" était accompli par les Egyptiens et les prêtres de Râ. On amenait dans les temples des effigies en cire d'Apophis, et les gens priaient pour que les forces mauvaises s'y concentrent. Puis on les détruisait et on les brûlait. Les Egyptiens étaient ainsi persuadés d'avoir jugulé le pouvoir d'Apophis pour l'année à venir.

     

    Apophis tué par le chat de Rê ( la Déesse Bastet)

     

     

    http://jfbradu.free.fr/egypte/LA%20RELIGION/LES%20DIEUX/apopis.php3
    http://www.guidegypte.com/dieux/apopis.php - http://www.egyptos.net/egyptos/dieux/apophis.php
    http://www.bubastis.be/religion/dieux/apopis.html-http://www.antikforever.com/Egypte/main_egypte.htm

     

     

    « IcareMarine, l'elfe blanc »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Mai 2014 à 12:17

    J'ai regardé à la télé maintes et maintes fois avec mon fils très jeune à l'époque la série "Stargate SG1" où il était question d'Apophis. Ils se seraient donc inspirés de cette légende ... revue évidemment à l'américaine ! Bises de Béa

    2
    Jeudi 15 Mai 2014 à 12:58

    En effet, dans Stargate, que j'aimais bien aussi, ils se sont appropriés tous les dieux de l'Egypte antique en les mettant à leur sauce, mais assez justement en fait.
    Bises Béa, merci de ta visite.

    3
    Mardi 20 Mai 2014 à 09:24

    La mythologie de l'Egypte antique est l'une des plus complexes. Au bout de chacun de ces mythes il y a l'espoir, l'espoir surtout de renaître à l'éternité, et tous les serpents maléfiques n'y peuvent rien. Merci Triskèle.

    4
    Mardi 20 Mai 2014 à 10:29

    Tu as raison Fardoise, en Egypte la mort n'est jamais une fin en soi.
    Merci de ta visite, belle journée.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :