• 3 Légendes Tziganes

       Légendes Tziganes

    (Pour le Loupzen Gaulois)

    La Création

    Aux origines, le Ciel et la Terre ne faisaient qu'un, une seule masse, comme un couple étroitement uni, vivant dans le bonheur et ayant cinq enfants, le roi soleil, le roi lune, le roi feu, le roi vent, le roi brouillard. Le couple initial ne devait pas vivre longtemps en paix, car leurs enfants devenus grands étaient en disputes continuelles. Le ciel et la terre se réunirent alors fortement et formèrent entre eux un espace vide dans lequel il enfermèrent leurs enfants.

    Alors ceux-ci se mirent en colère et décidèrent de séparer leurs parents, pour pouvoir s'échapper et chercher chacun sa résidence.
    La lune la première bondit sur la terre, sa mère, et essaya de la séparer du ciel ; mais sa force était trop faible pour cela.
    Le brouillard s'en prit à son père, le ciel, et essaya de le séparer de la terre. Mais en vain.
    Ce fut au tour du feu qui essaya lui aussi en vain.
    Puis le soleil intervint auprès de la terre, sa mère ; il parvint à ébranler ses parents, mais n'eut pas assez de force pour parvenir à les séparer.
    Alors survint le vent avec toute sa puissance qui réussit à séparer le ciel de la terre. Les cinq fils continuèrent à se disputer pour savoir qui d'entre eux irait du côté de la terre ou du côté du ciel.
    La mère terre dit alors à ses cinq fils : "Vous, soleil, lune et vent, vous avez été contre votre mère, éloignez-vous de moi ! Quant à vous, brouillard et feu, vous ne m'avez rien fait de mal, restez auprès de moi.". Depuis ce temps-là le ciel et la terre sont séparés et leurs cinq fils vivent en éternelle dispute.
     -------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le roi perdu :

    Un roi tzigane alla se promener dans une épaisse foret. Il s’y promena si bien qu’il s’y perdit. Rien à faire pour trouver son chemin. Et voila le roi affolé qui crie, se désespère : il se croit déjà mort, de froid, de faim ou bien dévoré par des bêtes féroces.
    Tout a coup, une petite voix se fit entendre, celle d’un niglo (hérisson) posé prés d’un taillis.
    - grand roi, si tu le veux, je te montre ta route. Mais a une condition.
    - laquelle niglo, laquelle ? Je suis prêt à tout ! Tu auras autant d’or que tu désires...
    - je ne veux pas d’or, grand roi, mais seulement la main de ta fille.
    - quoi ?
    Le roi eu beau s’indigner, le hérisson n’en voulut pas démordre. Et le roi avait tellement peur qu’il accepta finalement le marché :
    - je te donne ma parole d’honneur : tu épousera la princesse.
    Le hérisson se mit en marche, l’un guidant l’autre ils arrivèrent tous les deux au château.
    Là jugez de la scène : la fille du roi qui crie tout ce qu’elle sait, qu’elle n’épousera pas un niglo, il n’en est pas question ; le roi réplique en disant qu’il a promis, etc etc.
    Après cette dispute, la princesse fut tout de même obligée d’obéir à son père. Ce dernier organisa les noces sur-le-champ, les célébra lui-même, offrant aux mariés sel et pain.
    Tout les tziganes invités, la surprise passée, mangèrent et burent tout en riant et en chantant. Seule la fille du roi pleurait.
    Mais voila que tout a coup, ô miracle, aux douze coups de minuit, le hérisson disparut, s’évanouit, et à sa place surgit un prince !
    C’était le prince d’un pays voisin. Il expliqua qu’une fée mauvaise lui avait jeté un sort : il resterait hérisson jusqu'au moment ou une princesse accepterait de le prendre pour époux.
    La princesse sécha ses larmes, son visage s’illumina de joie la fête redouble d’ardeur.
    Tout est bien qui finit bien.
    Depuis ce temps la, si certaines jeunes filles continuent a manger des niglos, parce que c’est bon, d’autres refusent au contraire car elles ne veulent pas prendre le risque de dévorer leur prince charmant.
    ------------------------------------------------------------------------------------------------

    Rroms, Tziganes, Gitans et la belle légende de la musique...

    Une vieille légende raconte qu'un jour Dieu fit la distribution des métiers. La répartition fut faite: à ceux-là, l'agriculture et l'élevage, à ceux-ci la construction, à d'autres la pêche, ou encore la médecine... Puis vint le tour du tzigane qui était arrivé en retard les cheveux plein de plumes car il jouait avec les oiseaux. Dieu lui dit : " j'ai tout distribué, il ne reste plus rien pour toi"... Alors le tzigane se retourna et fit quelques pas, lorsque Dieu le rappela et lui dit :  « bon j'ai quand même quelque chose pour toi,- et lui tendit un violon - alors occupe toi de musique".

    Une petite illustration:

     

     

     

    Hommage à mon pote Loupzen, Prince des Gitans:

     

      

      

    http://filsduvent.kazeo.com/legendes-contes/ah-bon-mais-pourquoi-les-femmes-tsiganes-n-aiment-pas-manger-le-herisson,a851362.html

      

     

    « La LicorneLa Foudre »

  • Commentaires

    1
    Aluna
    Mardi 22 Octobre 2013 à 13:16

    J'adore la musique tzigane, ça me retourne les tripes..

    Merci!

    2
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 11:34

    Vite, je reviens lire la suite, je n'ai lu que la première partie et j'Adore !

    Merci Triskèle.

    Douce journée.

    Bisous.

    3
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 11:40

    Ymi qui court toujours après le temps!  Bises, à  plus tard.

    4
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 17:25

    Je comprends mieux pourquoi les niglos et moi, nous nous aimons tant...si...

    en ce moment, il y en a un (niglo) qui hiberne sous un gros tas de feuilles,

    près de la maison des oiseaux.

     

    Un jour mon prince viendra... j'attends le printemps avec impatience.

    Quant à leur musique, j'ai déjà eu la chance d'assister à un concert - spectacle,

    je dis bien spectacle, de Manitas de Plata, doigts de fée, jouant avec les siens. Fabuleux !

     

    Encore merci Triskèle, j'ai beaucoup aimé ce billet.

    Agréable fin de journée. Bisous.

     

    (J'offre une bonne partie de mon temps à mon époux fatigué)...

    5
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 17:40

    Peut-être qu'au printemps ton prince sortira du tas de feuilles mortes?   Mais ton époux ne serait sans doute pas très content, occupe toi bien de lui, j'espère que ce n'est pas grave.

    Mon fils joue cette musique avec ses amis gitans dont font partie ceux de la troisième vidéo, je dois dire que j'apprécie particulièrement le violon, ces musiques sont magiques! Bises Ymi.

    6
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 18:36

    Pas besoin de se transformer.

    Que mon prince reste niglo à trottiner dans le jardin, m'ira bien.

    J'irai, le soir venu, l'entendre me raconter des histoires très piquantes et nous rirons ensemble.

    7
    Vendredi 29 Septembre à 10:32

    Bonjour,

    superbes legendes tziganes,j'aime la premeire qui explique la creation

    la deuxième ressemble au conte des frères Grimm Le Roi Grenouille

     

    et les musiques qui accompagnent cet article sont bien agreables a ecouter,

    difficile d'en choisir une préférée, par exemple, elles valent toutes le coup

     

    bon weekend

      • Vendredi 29 Septembre à 11:16

        Bonjour Philippe, je suis très contente que ça te plaise. Moi, les violons tziganes me font craquer!

        Passe une belle fin de semaine et merci de ce commentaire, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :