• Légende de Okwaho

     

    Légende de Okwaho


    Une légende des Pléiades.

    Il y a très, très longtemps, dans la période du premier Conseil des Sages de la longue maison qui servait aussi aux cérémonies importantes de la Nation, les cérémonies étaient gardées secrètes et hors d'atteinte des enfants qu'on ne jugeait pas assez matures. Evidemment, les enfants, incluant le fils du chef, n'étaient pas tellement contents d'être mis à part de ces cérémonies.

    Donc un jour, le fils du chef rassembla tous les autres enfants et expliqua son plan: « Comme il ne nous est pas permis de participer avec les adultes aux cérémonies sacrées, nous en auront une qui sera nôtre. Nous irons à un endroit donné à la plage et nous emmèneront de la viande, du maïs et autres bonnes choses pour les offrandes et le repas sacré. L'un d'entre nous battra le tambour pour nos danses et de cette manière, nous rendrons honneur et grâce à nos ancêtres.»

    Tous les enfants, au nombre de sept, applaudirent à cette brillante idée et se préparèrent pour ce jour spécial. Les filles ramassaient des citrouilles, des fèves et du maïs pendant que les garçons trouvaient un moyen de chaparder un peu de viande de chasse prise par leurs parents ou allaient pêcher à la rivière . Quand tout fut prêt, ils se donnèrent rendez-vous pour la prochaine Lune pleine, se promettant de faire de cette fête la plus belle que les ancêtres n'auraient jamais vue. Cependant, ils ignoraient les côtés spirituels des préparatifs comme, les rites de purification et la sudation afin de purifier le corps avant de marcher sur un sol sacré.

    Légende de OkwahoLa Lune pleine ne tarda pas à se montrer et, cette même nuit, le fils du chef alla quérir tous les autres enfants, leur donnant rendez-vous à la sortie du village. Une heure après, une file d'enfants dévalait la colline vers la plage, tous étant revêtus de leurs plus beaux atours et transportant chacun les aliments et instruments de la cérémonie. Ils marchèrent un certain temps le long de la rive et le fils du chef alors décida de s'arrêter à un endroit herbeux entouré de belles pierres, comme si elles étaient là pour la fête. Les filles allumèrent donc le feu et commencèrent à cuisiner les repas.
    Après avoir mangé, oubliant les offrandes, les tambours commencèrent à battre et ils entamèrent une danse désordonnée parce qu'ils n'en avaient apprise aucune. Pour eux, tout se déroulait comme un jeu comme tout enfant pouvait imaginer.

    Ce qu'ils ignoraient, c'est que le sol qu'ils avaient choisi pour la cérémonie se trouvait être la tombe d'un shaman puissant, longtemps oublié mais, qui fut un grand héros durant sa vie. Son esprit s'éveilla en entendant les sons un tant soi peu discordants qui émanaient des tambours et des gosiers des jeunes chanteurs. Son esprit fit donc surface, curieux de savoir d'où venait ce tintamarre et vit ce que faisaient les enfants. Amusé d'abord par la scène mais aussi très concerné de voir les cérémonies prendre une tournure clownesque, il apparut soudainement aux enfants qui, effrayés, lâchèrent tous leurs gréements... Le shaman dit avec un ton sérieux: "Arrêtez ce que vous faites de suite mes enfants, ce n'est pas bien et vous ne vous êtes pas préparés pour cette tâche! Prouvez votre valeur en étant avec vos parents, aidez-les dans leurs tâches pour alléger leurs journées et apprenez d'eux les vrais gestes à poser pour une telle cérémonie et, surtout comment vous purifier avant l'événement."
    Le shaman disparut comme une fumée qui se disperse...
    Les enfants dépités acceptèrent les paroles de ce sage esprit, retournèrent vers leurs parents et devinrent studieux et dociles en toutes choses.

    Légende de Okwaho

    Enfants photographiés en 1900,  photographe inconnu.

    Des années passèrent, les enfants étaient devenus adolescents et avaient bien appris de leurs parents et grand parents. Malgré tout ça, on leur refusait toujours l'accès aux cérémonies secrètes...
    Un beau matin, à l’aube, le fils du chef s'en alla éveiller tous les autres, leur disant qu'ils étaient fin prêts pour les cérémonies. Avec vêtements, provisions et instruments en main, ils retournèrent au site où ils avaient vu le puissant esprit du shaman.
    Ils se préparèrent bien, les garçons pratiquèrent le rite de purification puis, préparèrent la tente de sudation afin de terminer leurs préparatifs, ils offrirent alors de magnifiques sacrifices... Les filles, de leur côté, parfumèrent leurs cheveux d'abord brossés au foin d'odeur avec des herbes essentielles et ornèrent leurs cheveux de belles plumes placées en " queue de lapin ". Alors un des garçons, qui avait appris comment chanter les chants et battre la mesure, entonna le premier chant d'honneur, démarrant ainsi la danse sacrée... Ils dansèrent longtemps, animés par un cœur pur et un esprit clair et illuminés par la pureté de chacun de leurs pas. L'esprit du shaman apparut d'abord, avec un sourire de pleine satisfaction, tout vêtu de beaux atours ainsi que, un à un, d'autres esprits des environs. Beaucoup étaient de grands héros, même Hiawatha, le plus grand de tous, y était. Ils s'assirent donc tous autour des enfants et se mirent à briller d'une intense et étrange lumière bleutée. Les enfants étaient en transe parfaite, leurs esprits étaient parfaitement élevés vers les cieux et, miraculeusement, tout en dansant, ils s'élevaient tout doucement!

    Une vieille femme passant par là vit cette belle vision où les enfants dansaient dans le ciel, continuant toujours de monter. Ils montèrent, montèrent toujours plus haut jusqu'à devenir de brillants petits points dansant dans les cieux: les Pléïades étaient nées, les fameuses étoiles dansantes de la Constellation d'Orion. Ayant aperçu la vieille femme, le shaman vint vers elle en souriant et lui dit: " Ne crains ni ne pleure pour ces enfants, vieille femme, ils ont achevée leur mission d'apprentissage et d'obéissance; ils ont été attentifs envers leurs parents lorsque leur furent expliquées les façons de faire les cérémonies. Ils furent de parfaits enfants! Ne les pleurez pas parce que le Grand Esprit leur a accordé de cette façon l'immortalité. Ils seront désormais un exemple pour tous les autres enfants. "

    Depuis ce temps-là, tous font partie des grandes festivités et des cérémonies, plusieurs furent aussi créées pour les jeunes et moins jeunes. Même le plus petit bébé fait partie du tout, chacun se remémorant ce chant de la pureté de ces enfants des Pléïades chanté par tant de mères iroquoises parce qu'elles se rappellent de l'importance d'être tous une seule entité lors des danses spirituelles et traditionnelles. On peut voir, encore aujourd'hui, ces magnifiques étoiles qui continuent à danser sans arrêt. Quelquefois, une nouvelle étoile y brille, sans doute un autre enfant qui a atteint cet état de grâce unique... Qui sait?

    Légende de Okwaho

     

     

    Source: http://www.medecinedemereterre.com/pages/philosophie-amerindienne/legendes-amerindienne/legende-de-okwaho.html

     

     

     

     
     

    24 commentaires
  •  

    Le Sotré

    Pour Peache


    Le Sotré est un lutin qui hante la Lorraine, et plus précisément les Vosges.

    Le nom "sotré" est issu du patois local et signifie "sorcier". Il s'agit pourtant d'un petit être bon et serviable, (enfin la plupart du temps!)
    Le Sotré, génie protecteur des foyers domestiques, est un petit bonhomme malicieux et enjoué, serviable à ses heures, quoiqu'espiègle et susceptible, avec une fâcheuse tendance à voler la nourriture car il est gourmand, quelque peu pillard et effronté.

    Ah! Les bons tours qu'il a joués aux gens distraits, aux désœuvrés, aux ménageurs de leur peine. Ce lutin facétieux déteste qu'on le rudoie, qu'on le surprenne ou qu'on lui adresse la parole. Il se fâche alors et sa colère est redoutable.

    Sa taille est celle d'une enfant de 5 ans, mais il est doué d'une force extraordinaire. Il est décrit comme étant assez laid, difforme, aux pieds fourchus.
    Il est généralement coiffé d'un bonnet rouge, d'un pantalon rouge et vêtu d'un grand manteau sans manche, parfois rouge, parfois noir... c'est selon!!! Il déteste pourtant cette couleur... bizarre non? Mais cela s'explique par le tempérament et le caractère très soupe au lait de notre petit lutin...

    Il est doué de certains dons magiques qu'il utilise parfois aux dépends des êtres humains qui croisent son chemin... il peut aussi utiliser ses dons pour rendre service... cela dépendra de son humeur du jour...
    Ainsi, à l'occasion il pourra devenir très affable, et très serviable à l'encontre des personnes chez qui il élira domicile. Pour cela, il pourra passer des nuits entières à utiliser son don de nyctalopie (eh oui, il voit dans l'obscurité...) pour chasser les souris de votre grenier, passer le balai, la serpillière, entretenir le feu, ranger la maison etc...
    Mais gare à vous si vous le dérangez ou le surprenez... Il pourra alors se mettre très en colère! Alors, plus de tranquillité au domicile. Il s'amusera à répandre de la poussière partout, à tout déranger, à casser la vaisselle etc... Ainsi, mieux vaut être ami avec lui, qu'ennemi.
    Pour le récompenser, il ne demande pas grand chose.. Un peu de lait qu'il ira traire lui même et un bon feu auprès duquel il pourra se reposer.

    Autre qualité, le sotré aime beaucoup les enfants. (peut être à cause de sa taille enfantine ?). Dés la naissance, il aime prendre soin d'eux en les berçant quand ils pleurent, en leur chantant des berceuses, en les faisant rire avec des grimaces de toutes sortes. Il leur donne aussi de la bouillie noire, dont il garde le secret de préparation, pour les aider à grandir et à se fortifier.

    Un autre endroit qu'affectionne notre sotré: l'écurie. Il y soigne les bêtes, change leur litière, leur donne des herbes succulentes pour qu'elles produisent un meilleur lait, leur donne à boire etc... Pour traire les vaches, il prend cependant la précaution de leur ôter leurs cornes pour ne pas se blesser... il prendra soin de les remettre en place comme il faut quand il aura fini sa besogne... Surtout il ne faut pas le déranger avant qu’il en ait terminé, .
    Cette mésaventure est arrivée à un fermier qui avait poussé un cri en voyant les pieds fourchu du lutin, celui-ci s’enfuit sans remettre les cornes en place.

    Mais ses animaux préférés restent les chevaux. Il adore les peigner, les étriller, leur faire leurs soins avec toutes les précautions possibles. Toute cette activité nocturne à l'écurie n'est pas toujours du goût des paysans qui, en essayant de contrarier le lutin, peuvent se retrouver dans des situations très délicates... En exemple, on peut citer ce paysan qui fut changé en bourrique en ayant voulu mettre hors de son écurie un sotré qui venait toutes les nuits s'occuper de ses chevaux.

    On retrouve également notre sotré à d'autres endroit, notamment dans les mines de Lorraine où on lui a donné l'affectueux surnom de "Petit Minou" ( petit homme des mines). Il protège les galeries et les mineurs et garde un oeil sur eux pour les avertir si un danger les menace.
    Dans la vallée de la Sarre on l'appelait également "Kleinebergman" (petit homme de la Montagne).

    Ainsi donc le sotré rythmait le quotidien d'autrefois... je dis d'autrefois car désormais, plus de vache à traire (tout ou presque est automatique), plus de feu à entretenir dans les foyers (ou si peu), plus de mine à protéger... Aussi notre ami sotré tend à disparaître car, là est le plus grave, on ne croit plus en lui, ou, en tout cas on ne parle pus de lui et comme tout être magique, ce qui le fait exister, c'est le fait qu'on y croit, qu'on y pense et surtout qu'on le raconte... Alors n'hésitez pas à perpétuer la légende et à parler de lui car sinon, il finira par disparaître complètement...

     

     

     


    Sources: "Sotré et autres lutins de Lorraine" de Roger Wadier
    http://bricabracblocenvrac.over-blog.fr/article-25240234.html
    http://coquelycotrouge.skyrock.com/2654356360-LEGENDE-DU-SOTRE.html)

     

     

     


    34 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires