•  

    Les Tuatha dé Danann

    Les Tuatha dé Danann

      

    Tuatha dé Danann est la tribu de la déesse Dana, dans la mythologie irlandaise. C'est la dernière génération de dieux qui régnèrent sur l'Irlande avant l'invasion des fils de Milesius, les ancêtres des irlandais contemporains.

    Quand les Tuatha dé Dânann arrivent en Irlande, le jour de la fête de Beltaine, (1° mai de notre calendrier), l’île est occupée par les Fomoré, qui vont être vaincus lors de la Bataille de Mag Tured). A la seconde bataille de Mag Tured, les Tuatha dé Danann écrasèrent les Fomoré, dieux marins violents , en grande partie grâce à leurs pouvoirs magiques. Ils auraient appris la magie dans quatre merveilleuses villes du nord, Falias, Gorias, Finias et Murias, peut-être l’Hyperborée mythique, avant de décider de venir en Irlande.

    De ces villes, les Tuatha dé Danann apportèrent en Irlande quatre talismans, quatre objets merveilleux grâce auxquels ils pensaient s’assurer la suprématie sur les autres peuples de la terre:

    - de la ville de Falias fut apportée la pierre de Fal, qui fut ensuite placée sur la colline de Tara et que certains appelaient pierre du destin: Elle criait sous chaque roi qui devait gouverner l‘Irlande.

    - de Gorias fut apportée la lance qui fut plus tard celle de Lug, et qu’on appelait également la lance d’Assal: on ne pouvait gagner de bataille contre celui ou celle qui la brandissait.

    - de Findias fut apportée l'épée magique de Nuada, qu’on appelait également Caladbolg, c’est-à-dire Violente Foudre: personne ne lui échappait tant sa fureur était grande quand elle était tirée de son fourreau.

    - de Murias fut apporté le chaudron de Dagda, il contenait une nourriture inépuisable et aucune compagnie ne le quittait qu’il n’eut rassasié.

    Le peuple mythique connus en Irlande comme Tuatha dé Danann était connu dans tout le monde celtique, parfois sous d‘autres noms. Ce sont des dieux, des déesses, des héros, des magiciennes. Ils maîtrisent le druidisme, la magie, le savoir et les arts. On trouve leur nom dans des mythes gallois et sur des inscriptions en Europe continentale. Mais face aux Milésiens, ils doivent se replier dans le Sidh. Les dieux s'effacent devant les humains, puisque les fils de Mile sont les Gaèls. Ils prirent place dans le monde souterrain avec les fées. Certains disent que, comme les prêtresses de la Lune, ils avaient le pouvoir de se rendre invisibles, ainsi que leur monde, aux yeux des humains.

    En Irlande, l'arrivée du christianisme ne réussit pas à les faire oublier. Leurs exploits furent racontés par des moines qui écrivirent les sagas irlandaises et survécurent dans les mémoires. De nos jours on les chante toujours.

    On raconte que lors de l'ancienne fête celtique de Samhain, célébrée le dernier jour d'octobre pour marquer la nouvelle année, les Dé Danann autorisaient les mortels à entrer dans leur royaume.

     

     

     Source: Jean Markale , la grande épopée des Celtes.

     

     


    20 commentaires
  • La Pivoine

    La Pivoine

    Pour Béa


    Fleur de légendes vénérée par les Chinois, la pivoine a beaucoup à nous conter…Du grec paeonia (littéralement «plante à guérir»), la pivoine a très tôt connu le succès grâce à ses vertus curatives. Au regard de son incomparable beauté, elle n’a pourtant rien à envier à la rose!

    En Chine, les pivoines herbacées ont été cultivées avant tout comme plante médicinale. Il y a environ 2000 ans, la Chine commença à cultiver la pivoine pour traiter diverses affections, comme la paresse hépatique ou les faiblesses du sang.

    Cette fleur est aujourd’hui adulée autant pour son opulente beauté que pour ses vertus médicinales. Elle est encore très cultivée pour la production de médicaments, fabriqués à partir de l’écorce de ses racines.

    La pharmacopée japonaise l'utilise comme antispasmodique. Dans la médecine traditionnelle chinoise, c'est sa racine pelée, découpée en tranches qui est utilisée. Connue sous le joli nom de 白芍药 (báisháoyào), elle a pour fonction traditionnelle d'enrichir le sang, de consolider le yin, de réguler le foie et calmer la douleur.

    Des textes antiques nous prouvent que les Grecs étaient déjà conscients des nombreuses vertus qu’offre la pivoine. Vers 400 ans av J.-C., le fameux médecin grec Hippocrate se servait de la plante dans le traitement de l’épilepsie, pour favoriser les menstruations et l’expulsion du placenta après les accouchements.

    Il faudra attendre 500 ans avec l’arrivée de la dynastie Song (960-1279) pour que la pivoine soit appréciée pour ses qualités esthétiques et son incroyable parfum. Elle orne alors les palais impériaux et inspire les artistes qui la déclinent en peinture, porcelaine, poteries…

    La PivoineLa PivoineLa PivoineLa Pivoine

    Symbolique:
    Pour les Chinois, la pivoine est riche de symboles: on l’associe à la beauté féminine mais elle est aussi l’emblème de l’abondance et de la réussite sociale.

    Considérée comme la reine des fleurs, la pivoine incarne aussi l’amour. Représentées par trois, elles sont également le symbole du printemps. Sous la dynastie Song (960-1279), elle a été appelée "fleur de richesse et de prestige" et était représentée sur de nombreux objets.

    Aujourd’hui encore, des tableaux représentant des pivoines sont accrochés dans les maisons, pour favoriser la chance, ou dans les bureaux, pour favoriser les bonnes affaires.

    Symbole floral traditionnel de la Chine, fleur de l'état de l'Indiana et fleur du 12e anniversaire de mariage, la pivoine est connue comme la fleur de la richesse et de l'honneur. Avec leur apparence luxuriante, pleine et ronde, les pivoines incarnent le romantisme et la prospérité et sont considérées comme un présage de bonne fortune et de mariage heureux.

    Mythes et légendes
    Entre la pivoine et les dieux, c’est une histoire sans fin et pleine d’ambivalence.

    Dans son Iliade, Homère est le premier à donner ses lettres de noblesse à la fleur au travers de l’histoire de Péon. Ce médecin des dieux de l’Olympe aurait guéri Hadès, blessé mortellement par Hercule, grâce à la racine de pivoine.

    Dans une autre légende grecque on raconte que la nymphe Péone, fille d’Asclépios dieu de la médecine et de la nymphe Epione, était si courtisée par les dieux qu’une déesse, folle de jalousie, l’aurait transformée en une fleur aux mille pétales: la pivoine.

    Nous connaissons tous l’expression populaire «rougir comme une pivoine» ? Le sentiment de honte ressenti par la nymphe Péone, qui fut transformée en cette fleur, pourrait en être à l’origine, mais toutes les pivoines ne sont pas rouges.
    Ou aussi que son père, jaloux, la trouvant trop impudique, menaça de la tuer, alors Zeus la sauva en la transformant en pivoine. 

    Théophraste considérait la pivoine comme une plante magique, liée au cosmos tout entier. Il préconisait des règles très spécifiques pour sa cueillette, car mal exécutée, celle-ci pouvait conduire à d’atroces souffrances…: «Cette plante doit être arrachée la nuit; si on l’arrache de jour, et que l’on est vu par un pivert en train de cueillir le fruit, on risque de perdre les yeux et si on coupe la racine, on risque la procidence de l’anus.»

    Il est dit que l'Empereur Yang-Ti (605-618) plaça la pivoine sous protection impériale et qu'elle fut dès lors vénérée comme fleur nationale. Certaines variétés étaient vendues 100 onces d'or (environ 3 kg) la plante.
    La culture de la pivoine était très importante, surtout sous la dynastie des Tang. On liait même le destin de la fleur à celle du pays, l'épanouissement de la fleur de pivoine reflétant la prospérité de la Chine.

    En Chine, on raconte que Wu Zetian, unique impératrice de l’histoire de la Chine, se promenait dans ses jardins un soir d’hiver de l’an 691. Etonnée de n’y trouver aucune fleur, elle ordonna à celles-ci de fleurir pendant la nuit. Toutes les fleurs s’exécutèrent excepté la pivoine qui refusa de fleurir hors saison. Ses longues tiges restèrent nues sans la moindre petite feuille verte. L’impératrice, humiliée, bannit alors toutes les pivoines de sa ville, Xi’an, et les renvoya à Luoyang, qui devint plus tard la capitale de la fleur.

    La pivoine trouve aussi sa place dans l’histoire de France: au Moyen Age, les bracelets de graines de pivoine permettaient d’après les croyances de se protéger des mauvais esprits, des maladies et des tempêtes.

    La Pivoine

    La pivoine fut une immense source d’inspiration pour le peintre Edouard Manet (1832-1883). On la retrouve en fleurs coupées, notamment dans Le vase aux pivoines et Branches de pivoines blanches et sécateur. La forme et le rythme de ses pétales évoquaient la complexité des sentiments passionnels. Dans son poème «Pétales de pivoine», Apollinaire associe la fleur à la beauté féminine.

    Guerlain l’a décliné dans son parfum Aqua Allegoria, où les essences de la fleur sont sublimées par la bergamote et le pamplemousse rose. Thierry Mugler propose aussi une variation de son parfum mythique Angel avec Pivoine Angel, qui marie la force du patchouli à la douceur de la pivoine.

    Dans nos sociétés occidentales et le langage des fleurs, la pivoine est plutôt symbole de sincérité et de timidité, on dit aussi d’elle qu’elle apporte la protection. Associée à d’autres fleurs dans un bouquet, elle renforce leur message.

    · Pivoine multicolore : Ta beauté nourrit mon désir pour toi.
    -
    Pivoine blanche : Je suis heureux de t'aimer.
    · Pivoine mauve : Mon amitié pour toi est forte.
    · Pivoine rouge : J'ai pour toi un désir charnel ardent.
    · Pivoine rose : Je t'aime mais suis trop timide pour l'exprimer.

     

     

     

     http://blog.interflora.fr/encyclopedie-des-fleurs/fiches-fleurs/pivoine/
    # http://taijiqigong.over-blog.com/article-la-chine-des-symboles-la-pivoine-52220164.html

     

     

     

     


    22 commentaires
  • Lancelot

    Lancelot

    Lancelot est généralement considéré comme le fils du roi Ban de Bénoïc et de la reine Élaine. Il est donc l'héritier d'un royaume de Bretagne armoricaine.

    Le château de son père, situé non loin de la forêt de Brocéliande, était réputé imprenable. Cependant, lors d'une campagne aux côtés du roi Arthur, le roi Ban de Bénoïc mourut en quittant son château incendié par Claudas de la Terre Déserte, laissant seule sa femme enceinte. Quelques mois après sa naissance, le jeune Lancelot est enlevé sous les yeux de sa mère par la fée Viviane (La dame du Lac) une créature venant du fond du lac, et, aux yeux de sa mère, disparaît.

    Ce lac était en fait la demeure de la Dame du Lac, et était la « passerelle » vers l'île enchantée d'Avalon, pays des mages et sorciers. La fée Viviane, car c'était elle, avait enlevé Lancelot pour l'emmener dans son palais sous-marin et l'éduquer comme un fils. De là lui vint son surnom de Lancelot du Lac. Durant toute sa jeunesse, elle l'éduqua à dessein d'en faire le chevalier parfait, lui enseignant chasse, musique, combat mais aussi courtoisie et noblesse d'esprit. il deviendra le meilleur chevalier au monde.

    Quand le moment fut venu, Viviane fit venir Lancelot à la cour du roi Arthur pour qu’il soit adoubé, ce qu’Arthur accepta volontiers. Néanmoins, il ne put finir la cérémonie, et c’est au final Guenièvre qui adouba Lancelot le jour de la Saint-Jean. C’est ici que leur amour sans borne est né, mais c’est qu’un peu plus tard qu’ils s’en rendirent vraiment compte. Très vite Lancelot acquis une très forte réputation au sein des chevaliers de la Table Ronde. En effet, jamais il n’entreprit une quête sans la finir, jamais il ne rencontra un chevalier qui fût en mesure de le battre, et jamais il ne perdit un tournoi.

    Son premier exploit fut de conquérir la Douloureuse Garde, seulement quelques jours après avoir été adoubé. Ce château était gardé par 20 chevaliers (10 à la porte de la première muraille, 10 à la seconde) qui attaquaient en même temps n'importe quelle personne qui essayait d'entrer. Lancelot réussit à les vaincre, notamment grâce aux boucliers que lui avait donné la Dame du Lac (un lui donnait la force d'un homme, l'autre la force de deux et le dernier de trois: il n'utilisa pas le dernier). Une fois entré on le conduisit au cimetière et il vit une tombe avec l'inscription suivante "Ci-gît Lancelot du Lac, fils du roi Ban de Bénoïc" (c'est effectivement là que sera enterré Lancelot, bien des années plus tard). Ce château fut renommé la Joyeuse Garde. Etant proche de Camelot, il y passa souvent lorsqu'il allait sur les terres d'Arthur.

    Lancelot et Arthur devinrent de vrais amis, et pour l’honorer (et aussi peut-être pour retenir un peu plus à la cours ce chevalier errant), Arthur le fit chevalier de la Table Ronde, et champion du Roi. Evidement, il s’attira la sympathie d’un grand nombre de chevaliers, comme Gauvain et son jeune frère Gahériet, mais aussi la jalousie de quelques autres, comme Agravain et Mordred.

    A l’origine, c’est lui qui devait réussir la quête du Graal, mais entretenant une liaison adultère avec Guenièvre, il ne put qu’entrevoir les mystères de la Sainte Coupe (ce qui est déjà bien plus que les autres chevaliers). En réalité ce sera son fils, Galaad, qui achèvera cette quête. Tout au long de sa vie, Lancelot mena un grand nombre d’aventures, suivant une ligne de conduite irréprochable (hormis sa liaison avec Guenièvre).

    Un amour fatal
    Malgré ses explLancelotoits, la proximité de Lancelot et Guenièvre est vue d’un mauvais œil par les autres chevaliers, et leur relation rapidement éventée. Un soir, alors qu’il avait rejoint Guenièvre dans sa chambre après un banquet, il est surpris par Arthur. Celui-ci voit donc ses soupçons confirmés, et décide alors de le faire arrêter. Lancelot réussit à s’enfuir, mais doit abandonner sa dame. Selon les lois du royaume, celle-ci a trahi et doit donc mourir: elle montera sur le bûcher.

    Le jour dit, les soldats hésitent à s’emparer de la reine, son aura est encore intacte. Alors que celle-ci avance d’elle-même vers le lieu du supplice, une trentaine de cavaliers arrivent à bride abattue: c’est Lancelot qui, à leur tête, vient enlever Guenièvre. Mais les chevaliers d’Arthur veillent : après une rude bataille, dans laquelle Lancelot tue Agravain et Gahieret, seuls Gauvain et Lancelot sont en mesure de se battre. Arthur voit alors s’affronter ses deux meilleurs chevaliers, autrefois amis. Il leur demande d’éviter ce massacre inutile mais la détermination de Gauvain est grande. Dans cet ultime combat entre deux adversaires de même valeur, Lancelot finit par prendre le dessus et assène un coup fatal. Il demande alors à Arthur la faveur d’arrêter le combat et de retourner dans sa Gaule natale. C’est ainsi qu’il quitte le roi Arthur, pour rejoindre l’ermitage de ses derniers jours et ne plus revoir son roi et sa dame, qui elle, finira ses jours dans un  couvent.

     

     

    http://le-roi-arthur.over-blog.fr/article-17178840.html
    http://www.histoiredumonde.net/Lancelot-du-Lac.html

     


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires